/finance/business
Navigation

Centres commerciaux: Trudel Alliance dans la cour des géants

La firme talonne Ivanhoé Cambridge dans la région

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le président fondateur et chef de la direction de Groupe Trudel Alliance, William Trudel, et le vice-président et cofondateur, Jonathan Trudel.

Coup d'oeil sur cet article

Avec l’acquisition du portefeuille de First Capital Realty pour 165 millions $, les frères Trudel se retrouvent à quelques pieds carrés d’Ivanhoé Cambridge pour devenir les plus importants propriétaires de centres commerciaux à Québec.  

Au cours des derniers jours, Trudel Alliance a officialisé, comme le rapportait Le Journal en octobre, l’achat de sept sites commerciaux dans la région abritant 28 immeubles qui appartenaient à la société ontarienne.   

«Il s’agit de la cinquième plus importante transaction immobilière au Québec en deux ans», indique Jonathan Trudel, vice-président chez Trudel Alliance. Il partage la direction avec son frère William.   

La transaction comprend l’achat des Galeries Charlesbourg, de Place Naviles, de Place Quatre-Bourgeois, de Place Seigneuriale, des Promenades Lévis, du Carrefour Soumande et de l’ensemble du Carrefour Saint-David.   

Il aura fallu près d’un an de négociations au Groupe Trudel Alliance avant de trouver un terrain d’entente avec First Capital Realty. Cette acquisition porte à 200 millions $ les investissements de la compagnie en 2019.  

L’objectif des promoteurs, deux «petits gars» de Beauport, l’un fait six pieds quatre pouces et l’autre six pieds cinq pouces, est maintenant de redévelopper certains sites, comme les Galeries Charlesbourg et Place Quatre-Bourgeois avec l’ajout d’unités résidentielles ou d’espaces à bureaux.  

Les investissements seront de «dizaines de millions de dollars», et les chantiers pourraient démarrer en 2021.   

Consultation  

Mais avant de statuer sur un projet, Trudel Alliance souhaite «consulter la population et les commerçants», précise William Trudel, pour bien connaître les besoins dans chaque secteur. Une démarche qui sera similaire à celle effectuée pour Fleur de Lys. La proximité avec le réseau structurant de transport en commun influencera aussi leur décision.   

«Avant, les centres commerciaux étaient de l’acier et de la brique où on retrouvait des marchandises. Aujourd’hui, ils doivent se reconnecter avec leur milieu pour concurrencer le web. On vit une transformation. Ils doivent offrir un milieu de vie avec du divertissement, des places publiques et des services», dit pour conclure Jonathan Trudel.   

L’an dernier, Trudel Alliance, qui compte maintenant 80 employés, a déboursé 60 millions $ pour l’achat de Fleur de Lys. La direction espère toujours détenir un portefeuille d’une valeur d’un milliard d’ici huit ans. Il vaut actuellement environ 400 millions $.  

Les plus gros joueurs pour les centres commerciaux à Québec    

  • Ivanhoe Cambridge : 1 835 000 pieds carrés  
  • Trudel Alliance : 1 820 000 pieds carrés  
  • Cominar : 1 680 000 pieds carrés  
  • Oxford : 1 500 000 pieds carrés  
  • Canadian property holdings : 1 490 000 pieds carrés    

Source : Groupe Altus. Cette analyse ne tient pas compte des édifices seuls sur un site.