/misc
Navigation

Sexe violent sans consentement

Interracial couple having sex - domination and submission
Photo stock.adobe.com (tiagozr)

Coup d'oeil sur cet article

Gifles, crachats, morsures, étranglements, certaines personnes qui ont consenti à des rapports sexuels n’avaient pourtant pas dit «oui» à se faire violenter.  

Par les temps qui courent, je me documente sur les impacts de la pornographie pour l’un de mes futurs documentaires. Je lis tout ce que je peux trouver sur le sujet.   

Dans le cadre de mes recherches, je suis tombée sur un article publié par la BBC au début du mois, qui m’a passablement troublée.  

On y apprend que: «Plus du tiers des femmes britanniques de moins de 40 ans disent avoir subi des gifles, des étouffements, des bâillonnements ou des crachats non désirés lors de rapports sexuels consensuels.»    

Le Centre for Women's Justice fait un lien entre ces agressions et la pornographie extrême accessible partout et banalisée.  

Steven Pope, un psychothérapeute spécialisé dans le sexe et les relations, fait aussi le lien avec la pornographie. Il avance même que le Royaume-Uni est aux prises avec une véritable épidémie silencieuse de sexe violent non consenti.   

Près de moi  

Dans les jours qui ont suivi la lecture de l’article, j’ai posé la question à des amies pour savoir si elles avaient subi du sexe violent sans consentement.  

Mon échantillon ne passerait absolument pas le test de crédibilité scientifique, mais n’empêche que, sur cinq personnes interrogées, deux m’ont raconté des histoires qui, encore aujourd’hui, les déconcertent.  

  • Écoutez la chronique de Joanie Gonthier à l'émission Les Effrontées de QUB Radio, ici :

La première m’a confié avoir été mordue à l’entrecuisse au point d’avoir des marques de dents qui sont restées imprégnées sur sa peau pendant quelques jours. Elle ne s’attendait pas du tout à vivre une relation sexuelle agressive et ne le souhaitait pas.  

La seconde a reçu une gifle en plein visage après un crachat alors qu’elle faisait «l’amour» pour la première fois avec un amoureux potentiel... qui n’est finalement resté qu’un piètre amant dans l’histoire.   

Une étude sérieuse   

Quoi qu’il en soit, il serait intéressant de mener une étude sérieuse sur le sujet au Québec. Est-ce que nos statistiques ressembleraient à celles récoltées au Royaume-Uni?  

L’idée ici n’est pas de condamner le sexe violent ou de faire la morale à qui que ce soit sur ce qui se fait ou pas dans une chambre à coucher, sur la table de cuisine ou à n’importe quel endroit que vous pouvez imaginer.   

Le BDSM, ou «bondage, discipline, sadomasochisme», a ses adeptes. À chacun son truc, dans la mesure où tous les partenaires – des adultes précisons-le – s’entendent pour jouer dans le même film... qui n’est pas nécessairement un porno!