/news/society
Navigation

Un jeune sinistré veut battre un record Guinness

Un jeune sinistré veut battre un record Guinness
Photo collaboration spéciale, Stéphane Sinclair

Coup d'oeil sur cet article

Sainte-Marthe-sur-le-Lac | Un jeune sinistré qui a perdu sa collection de Casse-Noisette lors d'inondations veut battre un record Guinness de la plus grosse collection du personnage du ballet de Tchaïkovski.  

«Il y a un horloger aux États-Unis qui en a un peu plus de 400, je devrais pouvoir le battre avec la générosité des Québécois», soutient Maverick Généreux, 9 ans.   

Maverick, qui avait plusieurs figurines avant les inondations, voue une véritable passion aux personnages de Casse-Noisette depuis son tout jeune âge. «Je ne sais pas pourquoi, mais il est fasciné par ces figurines depuis son plus jeune âge», explique Annie Aubin, sa mère de 40 ans.

Sa collection à l’eau  

Lorsque la digue a cédé, le 27 avril dernier, sa précieuse collection de Casse-Noisette, qui se trouvait dans sa chambre au sous-sol, a été perdue sous plus de six pieds d’eau.

«C’était ce qu’il possédait de plus précieux à ses yeux. Après le retour à la normale, il m’a dit que la seule chose qu’il voulait vraiment ravoir, c’était ses personnages», lance avec émotion Annie Aubin.   

Même si ses parents devaient composer avec tous les aléas de la reconstruction, ils ont fait des annonces sur les réseaux sociaux pour demander de l’aide des gens, afin de retrouver quelques figurines.     

«La réponse des gens a été magique. Ce sont majoritairement des sinistrés qui lui ont répondu», lance la mère. Elle avoue en arracher financièrement depuis le sinistre. La famille Aubin-Généreux n’aurait pas eu les moyens de lui en racheter.

Ils ont perdu leur gagne-pain lorsque la digue a cédé. Mme Aubin tenait une garderie au sous-sol de la maison. Son mari a perdu tous ses outils alors qu’il est mécanicien. L’aide du gouvernement ne couvre pas leurs pertes.   

La magie de la solidarité  

L’histoire féérique de Tchaïkovski, où un jouet de Noël prend vie, présenté chaque année par les Grands Ballets Canadiens à Montréal, s’est presque matérialisée dans ce qui restait de la petite résidence de Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

«Les gens se sont mis à nous offrir des personnages de Casse-Noisette. On ne sait plus où les mettre», lance la maman, en riant de bon cœur. Elle n’en revient pas de la générosité des gens. Ils en ont reçu 58. «Ils sont tous différents, sauf deux! J'en ai jamais eu autant», lance le garçon, les yeux lumineux.

La famille Aubin-Généreux croit qu’ils pourront encore trouver de la place dans leur maison pour combler la passion de Maverick même s’ils sont toujours en rénovation.

«C’est incroyable, la majorité de ces figurines proviennent de familles qui ont été sinistrées. Les gens sont magnifiques», lance Annie Aubin.

La famille Aubin-Généreux a même reçu des billets gratuits pour assister à l’une des représentations de Casse-Noisette, exécutée par les Grands-Ballets Canadiens.