/investigations/polices
Navigation

30 000$ d’essence sur le bras du gouvernement

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Un simple vol de trois cartes d’essence dans des voitures a tourné au cauchemar pour Parcs Canada, qui s’est fait subtiliser pour plus de 30 000 $ de carburant en moins de deux semaines, l’équivalent du plein de 460 Honda Civic. 

C’est le 23 novembre 2018 qu’un ou des voleurs ont accédé aux voitures de Parcs Canada à Whitehorse, au Yukon, en coupant une clôture autour d’un site sécurisé. Ils ont ensuite fracassé les vitres ou simplement ouvert une porte déverrouillée pour y subtiliser les contenus, a expliqué Meaghan Bradley, porte-parole chez Parcs Canada. 

Mais lorsque les employés ont fait l’inventaire du matériel volé, ils ont oublié l’existence des trois cartes d’essence pour les stations North 60º Petro. Résultat : on a réussi à se payer 30 195 $ d’essence et de diesel, ou environ 21 660 litres au prix moyen à la pompe, avant que Parcs Canada annule les cartes. 

Envolé en fumée 

Même si la fraude s’est échelonnée sur deux semaines en novembre et décembre 2018, elle a été révélée uniquement la semaine dernière lors de la publication des Comptes publics du gouvernement. 

Parcs Canada avoue qu’elle ne récupérera pas un sou de cette somme. 

Mais Mme Bradley assure que l’agence a mis en place plusieurs mesures pour éviter qu’un tel vol puisse se reproduire, comme la consigne de ne plus laisser ces cartes dans les voitures. 

« Des rapports de police ont été déposés auprès de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à la suite de chaque incident, mais le ou les coupables n’ont pas encore été arrêtés par les autorités. La GRC poursuit son enquête », a-t-elle ajouté. 

Plusieurs incidents du genre 

Cet incident n’est qu’un des 107 cas recensés par notre Bureau d’enquête où des cartes du gouvernement fédéral ont été fraudées. 

Au total, les malfaiteurs ont subtilisé au moins 306 864 $ aux contribuables de cette façon dans la dernière année. Seulement le tiers de ce montant a été récupéré. 

Par exemple, au sein de Services publics et Approvisionnement Canada, une utilisation frauduleuse de carte d’achat du ministère est survenue à cinq reprises et a coûté plus de 52 000 $ d’argent public.  

« Les cartes prépayées en entreprise deviennent de plus en plus populaires, et lorsque quelque chose devient plus populaire, les fraudeurs s’y intéressent davantage. Donc, c’est important de mettre en place les bons contrôles et de faire passer le message que c’est tolérance zéro pour la fraude », analyse Corey Bloom, chef d’équipe du service d’enquêtes et de juricomptabilité chez MNP.