/entertainment/stage
Navigation

Entre deux actes: Un défi de création complexe

Robert Lepage mettra en scène Le Maître et Marguerite campé dans le Moscou des années 1930

Robert Lepage
Photo Yves Leclerc Robert Lepage et le comédien russe Euvgueni Mironov lors d’une classe de maître présentée au Diamant.

Coup d'oeil sur cet article

Il est un des grands acteurs russes de sa génération. Evgueni Mironov a passé les deux dernières semaines à Québec pour travailler sur la création d’un nouveau spectacle mis en scène par Robert Lepage. 

L’acteur de 53 ans et une douzaine de comédiens russes ont investi le dernier étage du Diamant pour continuer le travail de création pour la pièce Le Maître et Marguerite. 

Ce roman de Mikhaïl Boulgakov, qui mélange histoire d’amour, critique politique et sociale, comédie burlesque et conte fantastique, se déroule dans le Moscou des années 1930.  

Le Maître et Marguerite est considéré comme l’une des œuvres majeures de la littérature russe du 20e siècle.  

Il raconte l’histoire de Marguerite qui accepte de livrer son âme au diable afin de retrouver l’homme qu’elle aime, un écrivain maudit. 

Evgueni Mironov, directeur artistique du Théâtre des Nations, a déjà travaillé avec Robert Lepage, dans le passé, pour l’œuvre Hamlet Collage, où l’acteur russe jouait tous les rôles.  

« Le Maître et Marguerite est un roman très complexe et rarement mis en scène. Robert est un aventurier et il n’a pas peur d’aller dans l’inconnu », a lancé Evgueni Mironov, lors d’une classe de maître au Diamant. 

« On cherche dans le plaisir et dans la douleur. » – Evgueni Mironov
Photo Yves Leclerc
« On cherche dans le plaisir et dans la douleur. » – Evgueni Mironov

Approche cinématographique 

Les séances de travail entreprises à Moscou vont se poursuivre ce printemps au Diamant. La pièce sera ensuite présentée au Théâtre des Nations à Moscou et peut-être, un jour, à Québec. 

« Il y a énormément de défis. Il y a beaucoup de tours de magie, d’illusions et de miracles dans cette œuvre. Il y a aussi beaucoup de réalité. Il faut réussir à amener la dimension magique et poétique tout en conservant cette humanité », a expliqué Robert Lepage. 

Evgueni Mironov, qui fait carrière au théâtre, au cinéma et à la télévision, a une admiration sans bornes pour le créateur québécois. 

« Je n’oublierai jamais les émotions que j’ai ressenties lorsque j’ai vu les premiers spectacles de Robert Lepage. Je ne comprenais pas comment il faisait tout ça », a-t-il dit, par l’entremise d’une interprète. 

Il apprécie cette approche très cinématographique où on ne crie pas sur scène. 

« Nous, les acteurs russes, on veut toujours mourir devant les spectateurs. Les gens ne crient pas comme ça dans la vraie vie. Même lorsqu’ils meurent. Robert nous ramène vers les sources de la vraie école », a-t-il indiqué. 

Evgueni Mironov a remporté plusieurs prix d’interprétation. Il s’est glissé dans la peau de Lénine, du Prince Myschkine, de Dostoïevski et de l’astronaute Alexeï Leonov. 

Persévérance 

À 15 ans, après une première année à l’école de théâtre de Saratov, où il a obtenu la note passable, on lui a recommandé d’embrasser une tout autre carrière. Il a persévéré. 

« On a dit à mon père qu’il y avait une bonne école technique de l’autre côté de la rue où je pourrais apprendre le métier de mécanicien », a-t-il raconté. 

Le travail de création pour Le Maître et Marguerite en est à l’étape d’incarnation des idées pour la mise en scène, les décors et l’utilisation de vidéo. 

« C’est un terrain de jeu. On essaie des choses, et ces choses, à un moment donné, se précisent », a fait savoir Robert Lepage.  

« On cherche dans le plaisir et dans la torture », a laissé tomber Evgueni Mironov.