/opinion/blogs
Navigation

Les 10 plus beaux moments «vin» de 2019

Parce que le vin, c’est bien plus que du jus de raisin fermenté!

Les 10 plus beaux moments «vin» de 2019
Patrick Désy

Coup d'oeil sur cet article

Une année encore riche et faste. Tant en ce qui concerne les vins dégustés que les rencontres qui y sont associées. Parce que le vin, c’est bien plus que du jus de raisin fermenté et que chez les Méchants Raisins, on aime faire différent, voici les 10 , pardon, les 11 (!) moments marquants du vin de l’année.  

Buvez moins. Buvez mieux.  

11. Thibaud Boudignon. JP Lefebvre de l’agence RéZin, lorsqu’il m’a proposé quelques bouteilles, m’a dit: «c’est ma plus belle acquisition depuis Ganevat. Si je n’étais pas con, je ne vous en parlerais même pas, histoire d’avoir plus de bouteilles l’an prochain. Sauf que c’est tellement bon et que je vous aime, je vous le dis pareil: c’est la plus belle découverte de l’année!»

10. Soirée Honoris Brian Mulroney. Une soirée superlative au profit de la Fondation du CHUM. Épaulés par une équipe de sommeliers talentueux, nous avons pu mettre en valeur les formidables plats élaborés par le chef triplement étoilé Alain Passard et sa brigade du restaurant Arpège de Paris. Des vins de haut niveau, notamment le Chassagne-Montrachet premier cru Les Boudriottes 2014 de Jean-Claude Ramonet et le superbe Bollinger Grande Année brut 2008 servi en magnum, un des meilleurs champagnes dégustés cette année.  

9. Soirée Domaine Ponsot. Des vins rares mis en lumière de magnifique façon par Le Club Chasse & Pêche. Les rouges étaient fantastiques, notamment les Clos de la Roche grand cru Vieilles Vignes 2011 et 1997, mais c’est le Morey Saint-Denis Clos des Monts Luisants premier cru Vieilles Vignes 2016, un vin à base d’aligoté, qui a volé la vedette. Probablement le plus beau blanc dégusté cette année.  

8. Hatzidakis à Santorin. Difficile à expliquer. Revenir à Santorin sans Haridimos. Le magicien (en référence directe au plus grand pilote de tous les temps, Ayrton Senna ) nous a quitté en 2017. Sa femme et sa fille ont beau avoir repris en main les activités du domaine, il manquait quelque chose. Difficile de se prononcer sur les vins. Pour être parfaitement honnête, les vins se présentaient bizarrement. Impératif de les goûter à nouveau. À suivre...  

7. Montréal Passion Vin 2019 avec mon papa. C’était la 18e édition. La cinquième avec mon père. Un moment précieux. Des vins de haute voltige, des vignerons passionnés et passionnants pour les présenter et des rencontres humaines de premier plan durant les deux jours de l’événement. C’est cher. Très cher, même. Mais c’est pour une grande cause qui peut sauver des vies. André Papineau, un ami du vin bien connu au Québec, en est une preuve vivante.  

6. Le premier enregistrement du balado des Méchants Raisins. Un projet inspirant avec deux personnes exceptionnelles. Les stats d’écoute sont bonnes. On a surtout beaucoup de plaisir. J’espère qu’il en est de même pour les auditeurs.  

5. Siffler du Picpoul de Pinet au St Barth' Comptoir de dégustation Tarbouriech près de Marseillan, dans le Languedoc. Bouffer des huîtres à s’en rendre malade avec une bande de journalistes, chroniqueurs et d’indécrottables influenceurs du vin de partout en Europe. Vue imprenable sur l’Étang de Thau. Le temps s'arrête. Et on boit au privilège d'être heureux.  

4. Nicolas Joly et sa fille Virginie au Château de la Roche aux Moines, à Savennières. Le «pape» de la biodynamie est toujours une «coche» plus loin dans son raisonnement. Son discours continue de bousculer les idées reçues et m’a de nouveau interpellé. Les Joly mettent en valeur l’exceptionnel vignoble de la Coulée de Serrant (monopole de la famille) en y produisant des vins singuliers qui peuvent traverser le temps avec brio. Comme diraient les Gaminets Sans Soufre: Sancerre à rien, je connais déjà le chenin!   

3. Fin de soirée au bistro Les Chants d'Avril à Nantes. Les proprios, Christophe et Véronique François, sont passionnés et généreux. Une découverte rendue possible par Jo Landron , Jérôme Bretaudeau et Frédéric Niger qui m'ont gentiment traîné avec eux. Trois vignerons qui produisent des vins formidables et qui participent activement à la revitalisation du Muscadet. Tout ça avec mon vieux pote, Aurel de Chinon. Un «petit» grand bonheur!  

2. L’Afrique du Sud. Aussi jouissif, voire meilleur que lors de ma première visite, il y a 5 ans. Tout était parfait dans ce voyage de presse: les rencontres, les vins, le décor, le rythme, l’esprit. La liste des meilleurs moments serait longue et les oublis nombreux, mais impossible de ne pas mentionner le lunch de la première journée dans le magnifique jardin chez De Trafford, le lunch avec Ken Forrester, le «pape» du chenin au 96 Winery Road resto de son frère, et l'inoubliable coucher de soleil en dégustant des vins chez Newton Johnson avec les voisins Craig et Anne de Restless River.  

1. Visite du Domaine Economou. Coin perdu et magnifique situé près de Sitia, à l’est de la Crête, en Grèce. Ma rencontre avec Yiannis Economou (photo) est non seulement mon plus beau moment vin cette année, c’est l’un de mes plus beaux à vie. Une visite qui s’est étirée sur plusieurs heures dans le jardin de la maison bâtie par les ancêtres de Yiannis dans les années... 1500! Un vigneron créatif, inspirant et d’une immense générosité. Yiannis Ecomomou produit des vins vibrants et singuliers qui, par leur finesse, rappellent les plus grands barolos et les plus beaux bourgognes. C’est un peu la Romanée Conti de Grèce.  

On se revoit en vin en 2020!