/weekend
Navigation

Coups de cœur 2019: les 10 films marquants

Coup d'oeil sur cet article

De la comédie au drame, en passant par l’animation et l’horreur, les cinéastes d’ici et d’ailleurs nous en ont fait voir de toutes les couleurs cette année. Voici les dix films qui ont le plus marqué nos journalistes au cours des douze derniers mois.

Nous

<i>Nous</i>
Photo courtoisie
Nous

Deux ans après avoir côtoyé l’horreur avec Get Out, Jordan Peele y plonge tête première avec Nous, un véritable cauchemar porté à bout de bras par une Lupita Nyong’o absolument ensorcelante. À voir (et à revoir) pour la finesse du scénario, puisant à parts égales dans l’épouvante et la satire sociale. BL

The Irishman

<i>The Irishman</i>
Photo courtoisie, Netflix
The Irishman

À 77 ans, le légendaire Martin Scorsese a retrouvé sa touche magique pour réaliser ce film de gangsters de trois heures et demie réunissant tous les ingrédients qui ont toujours fait la force de son cinéma, ainsi que plusieurs des plus grands acteurs de sa génération (Robert De Niro, Al Pacino, Joe Pesci...). Une œuvre magistrale. MD

Joker

<i>Joker</i>
Photo courtoisie
Joker

Le film était attendu et il a répondu à toutes les attentes qui étaient énormes. Une performance grandiose de Joaquin Phoenix et une plongée percutante dans les origines de ce personnage phare de l’univers Batman, sans en avoir fait une caricature fantaisiste. Un immense wow  ! YL

Parasite

<i>Parasite</i>
Photo courtoisie
Parasite

Rare bonne performance d’un film asiatique au Québec (plus de 500 000 $), la plus récente Palme d’or à Cannes montre comment une famille de Bougon coréenne parvient astucieusement à s’infiltrer chez une famille riche. Pour y arriver, la comédie noire de Bong Joon-ho attaque avec force sur deux fronts : le suspense haletant et le portrait sociopolitique. CB

Dolor y Gloria

<i>Dolor y Gloria</i>
Photo courtoisie
Dolor y Gloria

Certainement le plus personnel des films du maître espagnol Pedro Almodovar, Douleur et gloire touche la cible tant à cause du regard doux, mais sans complaisance que le cinéaste pose sur sa propre existence, que grâce à la composition à fleur de peau d’un Antonio Banderas au sommet de son art. CB

Rocketman

<i>Rocketman</i>
Photo courtoisie
Rocketman

Certes, Rocketman n’est pas sans défauts. Sauf que cette biographie vivifiante, et qui n’hésite pas à magnifier son sujet, brosse un portrait beaucoup plus juste et enlevant du personnage d’Elton John que le codifié Bohemian Rhapsody ne l’avait fait, un an plus tôt, pour Freddie Mercury. CB

Il était une fois à Hollywood

<i>Il était une fois à Hollywood</i>
Photo courtoisie
Il était une fois à Hollywood

Après avoir réalisé un film de guerre et deux westerns, le cinéaste américain Quentin Tarantino revient aux sources avec cette comédie noire brillante et éclatée qui rend hommage au Hollywood des années 1960. Du bonbon pour les fans de Tarantino. MD

Marriage Story

<i>Marriage Story</i>
Photo courtoisie, Wilson Webb
Marriage Story

Si on ne compte plus le nombre de grands films qui ont été faits sur des histoires d’amour, les séparations ont beaucoup moins souvent inspiré le cinéma. Ce drame bouleversant qui relate avec une justesse et une sensibilité incroyable le divorce tumultueux d’un couple d’artistes passera à l’histoire comme un des meilleurs films à avoir été réalisés sur le sujet. MD

La Reine des neiges 2

<i>La Reine des neiges 2</i>
Photo courtoisie, Disney
La Reine des neiges 2

Le défi de poursuivre les aventures d’Elsa, Anna, Kristof et Olaf en était un de taille, six années après le sublime premier chapitre. Eh bien, les studios Disney ont réussi haut la main, offrant une suite surpassant les plus hautes attentes. On apprécie d’ailleurs la décision de donner plus d’importance au personnage de Kristof (Jonathan Groff, cruellement sous-utilisé dans le premier chapitre) et les nouvelles chansons permettant à Elsa (Idina Menzel, en version originale) de faire étalage de son incroyable talent vocal. BL

Knives Out

<i>Knives Out</i>
Photo courtoisie
Knives Out

Une délicieuse partie de plaisir. Qui a bien tué le patriarche et célèbre romancier Harlan Thrombey ? Dans cette intrigue à la Agatha Christie ayant pour toile de fond l’Amérique trumpienne, le cinéphile s’amuse autant à essayer de percer le mystère qu’à savourer le jeu enflammé d’une brochette d’acteurs qui s’en sont visiblement donné à cœur joie. CB