/misc
Navigation

Von Ribbentrop, l’amant de la duchesse de Windsor

Coup d'oeil sur cet article

En fouillant récemment dans des archives en ligne du FBI, je suis tombé sur des documents concernant le duc de Windsor, sa femme Wallis Simpson et les nazis, documents qui complètent mon blogue récent sur le côté sombre et inavouable des «Royals».   

Même s’il est largement censuré, le document de 121 pages – rendu public par le FBI en octobre 2018, à la suite d’une demande d’accès à l’information – contient des révélations sur la relation du duc et de la duchesse avec l’Allemagne nazie et sur le fait que la police fédérale américaine considérait le couple comme des agents secrets hitlériens.   

Dans une note au président Roosevelt contenue dans le dossier, le FBI écrit: «Il a été établi que, depuis un certain temps, le gouvernement britannique savait que la duchesse de Windsor était extrêmement pro-allemande dans ses sympathies et ses relations, et il y a de fortes raisons de croire que c'est la raison pour laquelle elle était considérée comme si odieuse [so obnoxious] pour le gouvernement britannique qu'ils refusèrent de permettre à Edward de l'épouser et de rester sur le trône.»   

Voici sur quoi se fondent les enquêteurs américains pour conclure que le couple princier britannique était utilisé par les nazis pour obtenir des secrets susceptibles d’entraver l'effort de guerre des Alliés.   

Des agents du FBI ont interrogé un aristocrate allemand antinazi devenu moine bénédictin et réfugié aux États-Unis. Le père Odo, ex-duc de Wurtemberg, avait des liens familiaux avec la reine Mary, la mère du duc de Windsor. Son frère, le duc d'Athlone, était alors gouverneur général du Canada.  

Le père Odo a confié au FBI que Joachim von Ribbentrop, le ministre nazi des Affaires étrangères, avait été l'amant de la duchesse lorsqu'il était ambassadeur en Grande-Bretagne, en 1936. Ribbentrop lui envoyait alors chaque jour un bouquet de fleurs représentant le nombre de fois où ils avaient eu des relations sexuelles.   

Le FBI a également appris du moine que la duchesse de Windsor avait confié à des amis que le duc s’était révélé impuissant avec toutes les femmes avec qui il avait couché sauf elle, qui était la seule capable de satisfaire les appétits sexuels particuliers du duc.  

En retour de ces attentions galantes, la duchesse de Windsor obtenait du duc des informations qu’elle fournissait à Ribbentrop lors de l'invasion allemande de la France.  

Un mémo du FBI daté de septembre 1940 rapporte qu'un de ses informateurs a établi de façon concluante que la duchesse de Windsor était en communication constante avec Ribbentrop pendant que le duc servait d'officier de liaison entre les armées britannique et française: «la duchesse obtenait diverses informations sur les activités officielles britanniques et françaises, qu'elle transmettait aux Allemands».   

Après la capitulation de la France en 1940, le couple s'est installé dans le sud du pays sous le régime collabo de Vichy, toujours pour y mener des activités de renseignement pour les nazis. Le FBI note que la duchesse informait constamment Ribbentrop de ses déplacements et de ses activités. Lorsque le couple s'est rendu en Espagne, en juin 1940, les communications entre la duchesse et Ribbentrop ont été facilitées en raison des sympathies nazies de la dictature franquiste.   

Finalement, le gouvernement britannique a forcé les Windsor à s’installer aux Bahamas, où le duc a été nommé gouverneur général. Des précautions particulières avaient été prises par les Britanniques pour empêcher la duchesse d'établir tout canal de communication avec Ribbentrop.  

Après avoir rencontré le maréchal Pétain à Montoire en octobre 1940, Hitler, le commandant de son aviation Hermann Göring et Ribbentrop se rendirent au château de Candé, où le duc et la duchesse de Windsor s’étaient mariés. Introduits dans la bibliothèque, les trois hommes se sont mis au garde-à-vous, ont claqué les talons et ont solennellement fait le salut nazi devant un portrait du couple.