/news/currentevents
Navigation

Elle craint son ex même s’il est en prison

Une femme témoigne à visage découvert de son passé et espère pouvoir aider d’autres victimes de violence

Coup d'oeil sur cet article

Une survivante de violence conjugale craint pour sa sécurité depuis qu’elle a été contactée via l’application Messenger par son ex-conjoint, qui se trouve pourtant derrière les barreaux.  

«Tant qu’à avoir un bris [de conditions], check Mélanie, je veux te parler juste une fois svp.» Voici le dernier message qu’Alexandre Filion a envoyé à son ex-conjointe Mélanie Dubé le 25 novembre.      

Le message qu’il lui a envoyé de la prison.
Capture d'écran du cellulaire de Mélanie Dubé
Le message qu’il lui a envoyé de la prison.

Filion est incarcéré et accusé de voies de fait depuis son arrestation le 27 octobre.      

La femme de 33 ans est encore ébranlée par ce message, alors que son ex avait reçu l’ordre d’un juge de ne pas entrer en contact avec elle. De plus, il est strictement interdit aux détenus de posséder un téléphone intelligent.      

«Ça me fait vivre avec une peur constante. Je n’ai pas de répit et je trouve que les prisons, c’est comme un camp de vacances. Ils ont ce qu’ils veulent, comme de la drogue et des téléphones», explique la survivante.      

Mme Dubé lève le voile sur son histoire dans la foulée des quatre meurtres conjugaux qui ont ébranlé tout le Québec au cours des deux derniers mois.      

Culpabilité  

Mélanie Dubé a vécu son premier épisode violent en juillet dernier après quelques semaines de fréquentation avec Filion.      

«Pour je ne sais trop quelle raison, sûrement une histoire de jalousie, il m’a ramassée par le bras et il m’a traînée de force [dans la maison]. Il a sorti un couteau. Il le balançait dans le vide. J’ai figé, il est arrivé près de moi, il m’a pris par la gorge, puis il m’a rentrée dans le mur», précise la trentenaire. Le jour de cette agression, Filion a été arrêté et incarcéré.      

Pendant les deux mois d’incarcération, le détenu communiquait pourtant avec elle, lui demandait de lui envoyer de l’argent, lui disait qu’il avait peur pour sa vie, qu’il ne méritait pas de se trouver derrière les barreaux.      

Alexandre Filion.
Photo tirée de Facebook
Alexandre Filion.

Toujours sous le charme, la trentenaire lui obéissait. Elle dit lui avoir versé environ 1000$ en deux mois. Puis, il aurait tenté de mettre fin à ses jours.      

«Je me sentais vraiment méchante. Je me suis rendue au palais de justice. J’ai dit à la procureure que j’avais menti. Que ce n’était pas vrai. On a retiré ma plainte et il est sorti.»      

Tous les chefs d’accusation sont donc tombés.      

Possessif  

Mais une fois Filion de retour à la maison, rien n’aurait changé. D’autres événements violents ont mené à une nouvelle arrestation le 27 octobre.      

«Je me souviens encore du son d’un égorgement. Je pensais que c’était fini. J’étais prête. Je me disais que j’aimais mieux mourir que de vivre là-dedans», confie la victime alléguée.      

Deux mois après l’arrestation de son ex-conjoint, Mme Dubé a déménagé, ne travaille plus, retrouve petit à petit son réseau d’amis et tente de se pardonner.      

Elle dit devoir sa vie aux policiers, lesquels ont pris le temps de l’écouter et de la convaincre de porter plainte, à l’appel au 911 de sa voisine et aux intervenantes rencontrées dans une maison pour femmes victimes de violence conjugale.      

Elle espère que ce témoignage sauvera des vies et qu'il dévoilera l'emprise absolue des hommes contrôlants, même une fois emprisonnés.      

Cinq dates marquantes pour Mélanie Dubé  

Même si son union avec Alexandre Filion a été de très courte durée, Mélanie Dubé a l’impression que cette période sombre de sa vie a duré une éternité.       

En seulement cinq mois de couple, l’homme a été arrêté deux fois pour voies de fait et a été incarcéré à deux reprises.       

Mais cette fois, elle a bien l’intention de ne plus le reprendre chez elle, même s’il n’a aucun endroit où aller. Suivie de près par un psychologue et soutenue par ses pairs, elle se dit maintenant beaucoup plus forte pour affronter le processus judiciaire et la future libération de son ex-amoureux.      

9 juillet 2019  

Mélanie Dubé et Alexandre Filion décident de sortir ensemble après que la femme l’a accueilli chez elle.      

19 juillet 2019  

Mélanie Dubé porte plainte à la police après une agression où elle a eu peur pour sa vie. L’homme est accusé entre autres de voies de fait, de harcèlement criminel, de séquestration et de possession d’une arme prohibée.      

18 septembre 2019  

Alexandre Filion tente de se suicider en prison. Mme Dubé se sent coupable, se rend dans un palais de justice et jure qu’elle a menti avant de demander de retirer sa plainte. La procureure fait tout pour l’en dissuader, mais c’est peine perdue.      

27 octobre 2019  

La lune de miel est terminée. Filion devient de plus en plus jaloux. Un simple texto reçu sur le cellulaire de sa proie est suffisant pour qu’il s’en prenne à elle très violemment. Il est arrêté chez elle.      

25 novembre 2019  

Alexandre Filion entre en contact avec Mélanie Dubé via l’application Messenger, alors qu’il est incarcéré.