/entertainment
Navigation

2019 : la culture dans tous ses états

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - L'année culturelle qui se termine a été riche en rebondissements et succès de toutes sortes. Dans le vaste océan d'événements artistiques, plusieurs Québécois sont tout de même parvenus à se démarquer.   

Retour sur quelques moments marquants des 12 derniers mois.  

«Révolution» rayonne dans le monde  

 

Courtoisie

 

L'univers de «Révolution» s'est étendu un peu partout. La compétition de danse – qui a couronné Janie et Marco à la fin de sa deuxième saison –, a non seulement continué de dépasser la barre du million de téléspectateurs le dimanche, mais a aussi suscité un vif intérêt à l'étranger. Des adaptations ont été développées en Chine, en Lituanie et en Russie, où le concept québécois a servi à mousser les grilles horaires. De grands bonzes de la télévision dans l'Hexagone ont également dû prendre des notes quand les danseurs Yoherlandy et Ramane se sont pointés au cinquième rang de l'édition 2019 de «La France a un incroyable talent». Une tournée se mettra en branle en février.  

Geneviève Jodoin brille à «La Voix»  

 

Joël Lemay / Agence QMI

 

Ayant déjà trois albums complets à son actif, Geneviève Jodoin a pris d'assaut le plateau de la septième saison de «La Voix» en février. Elle a rapidement su s'imposer devant la horde de nouveaux talents, prouvant que la maturité et l'expérience peuvent s'avérer d'importants moteurs de réussite. Le public est tombé sous son charme, faisant d'elle, à 40 ans à peine, la gagnante la plus âgée du concours musical. Lors de la finale – où elle a interprété «Pendant que», de Gilles Vigneault –, la candidate de l'équipe de Lara Fabian a été sans pitié pour ses adversaires, récoltant 47 pour cent des votes des téléspectateurs. Elle a dévoilé son quatrième disque, «J'ai toujours su», en novembre.  

Nomination critiquée de Steven Guilbeault au Patrimoine  

 

Photo d'archives, Agence QMI

 

Plusieurs ont décrié le choix du premier ministre canadien Justin Trudeau de nommer, à la grande surprise des observateurs de la scène politique, Steven Guilbeault à la tête du ministère du Patrimoine. Ardent militant pour l'environnement au sein des organisations Équiterre et Greenpeace, ce dernier a hérité, en novembre, d'un mandat à la culture qui n'a pas plu à de nombreuses personnes. Parmi elles, une horde d'écologistes, mais aussi des artistes bien connus, dont le metteur en scène Dominic Champagne – lui-même engagé dans la lutte pour sauver la planète – et l'animateur Jean-Philippe Wauthier. Peu de temps après son arrivée en poste, Steven Guilbeault a clairement signifié son intention de taxer les géants du web.  

Retour dans la taverne de «Broue» et la cour des «Voisins»  

 

Photo courtoisie, Productions Ménage à trois

 

Deux classiques du théâtre comique ont eu droit à une nouvelle vie cet été, et le public a grandement été au rendez-vous. Alors qu'on croyait que les portes de la taverne de «Broue» avaient été définitivement fermées, une nouvelle administration dynamique a pris la relève. En effet, les amis Benoît Brière, Martin Drainville et Luc Guérin ont décidé de poursuivre l'aventure amorcée... en 1979! La période estivale a aussi rimé avec le retour des personnages de la comédie «Les voisins». La banlieue de la pièce écrite en 1980 par Claude Meunier et Louis Saïa s'est animée à Drummondville avec l'arrivée d'acteurs comme Jean-Michel Anctil, Pier-Luc Funk, Guy Jodoin, Brigitte Lafleur et Marie-Chantal Perron.  

Céline, entre mode et musique  

 

Photo ANNIE T. ROUSSEL

 

Impossible de parler des looks de 2019 sans évoquer le nom de Céline Dion, car la diva a osé une kyrielle de tenues et d'accessoires flamboyants. Elle a notamment attiré tous les regards lors du Met Gala avec une robe à franges scintillante et une coiffe à plumes. L'actualité concernant la diva n'a pas dérougi, sa relation avec le danseur et styliste Pepe Munoz ayant fait couler beaucoup d'encre. Mais l'année de Céline a aussi rimé avec musique. En juin, la chanteuse a mis fin à sa fructueuse résidence à Las Vegas, puis a enregistré «Courage», son nouvel album en anglais. Très attendue sur scène à Québec et à Montréal, elle a livré plusieurs prestations, mais un virus à la gorge l'a contrainte à reporter plusieurs représentations.  

«Passe-Partout», nouvelle génération  

 

Photo courtoisie, Télé-Québec

 

Les nombreux poussinots et poussinettes marqués par «Passe-Partout» à la fin des années 1970 et durant les années 1980 ne pouvaient se douter qu'une fois devenus des adultes, ils auraient une nouvelle version de leur émission préférée à se mettre sous la dent. C'est pourtant ce qui s'est produit au début de 2019, quand le célèbre rendez-vous des enfants a repris l'antenne à Télé-Québec. De jeunes acteurs jusque-là inconnus, Élodie Grenier, Gabrielle Fontaine et Jean-François Pronovost, ont enfilé les costumes de Passe-Partout, Passe-Carreau et Passe-Montagne, à la grande joie des tout-petits, qui ont fait de cette nouvelle mouture un succès d'écoute. Si l'arrivée de Danielle Proulx en Grand-Mère et d’un Fardoche (Widemir Normil) à la peau noire ont modifié la distribution, et que la facture visuelle a un peu changé, les thèmes éducatifs et rassembleurs sont sensiblement restés les mêmes qu’à l’époque.  

Éric Lapointe dans la tourmente  

 

Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

 

Les festivités entourant son 50e anniversaire ne se sont pas conclues comme l'aurait souhaité Éric Lapointe. En octobre, presque un mois jour pour jour après avoir atteint la cinquantaine (son anniversaire est le 28 septembre), le rockeur était inculpé dans une histoire de violence conjugale. Forcé de faire face à la justice, le chanteur a dû se résigner à quitter son fauteuil de coach de «La Voix» en vue de la huitième saison, qui débutera à l’hiver 2020, où il sera remplacé par Pierre Lapointe. Les précédents mois avaient pourtant été très positifs, l'artiste ayant pris part au spectacle de la Fête nationale à Montréal –au cours duquel il a reçu un baiser sur la bouche de Mariana Mazza –, livré un gros et couru spectacle sur les plaines d'Abraham (le «show de sa vie», a-t-il répété) avant de souligner sa fête comme il se doit au MTelus le soir même.  

«Menteur», roi du box-office  

 

Photo courtoisie

 

Le réalisateur Émile Gaudreault et l'humoriste Louis-José Houde ont frappé un autre grand coup au box-office en unissant leurs forces le temps de la comédie «Menteur». Ce film ayant également Antoine Bertrand comme tête d’affiche a dignement tenu tête aux superproductions américaines dans les salles obscures, récoltant même des recettes de plus de 6 millions $! Ce total – le meilleur pour une production québécoise depuis «De père en flic 2», encore de Gaudreault et Houde –, a été supérieur à celui des suites de «Spider-Man», «Histoires de jouets» et «Rapides et dangereux», malgré une fraction du budget de ces dernières. Aussi impressionnant, sinon plus : le long métrage a franchi la barre du million $ en cinq jours seulement.  

Des Québécois à Cannes, Hollywood et Toronto  

 

AFP

 

Le cinéma québécois prend de plus en plus de place sur la scène internationale. Les récentes virées des artisans d'ici à Cannes, Hollywood et Toronto le prouvent. Sans surprise, Xavier Dolan est retourné au Festival de Cannes avec son film «Matthias et Maxime». Puis, Monia Chokri y a été applaudie pour sa comédie dramatique «La femme de mon frère». Aux Oscars, la province était représentée deux fois plutôt qu'une dans la catégorie du meilleur court-métrage, par les réalisateurs Jérémy Comte («Fauve») et Marianne Farley («Marguerite»). Au TIFF, à Toronto, Sophie Deraspe a vu son drame «Antigone» être qualifié de meilleur film canadien.  

L'autisme, un sujet chaud  

Courtoisie

Il a beaucoup été question d'autisme en 2019. Axés sur la réalité, deux documentaires ont levé le voile sur ce trouble. À la fin de l'été, «Autiste, bientôt majeur», présenté à MOI ET CIE (et attendu en 2020 à TVA) a exposé le quotidien de parents connus comme Charles Lafortune, Sophie Prégent et Mathieu Gratton, qui voient leur enfant autiste se diriger vers l'âge adulte. L'humoriste Louis T s'est quant à lui penché sur sa condition dans «Apprenti autiste», à Télé-Québec, en début d'année. Puis, la série «Alerte Amber», diffusée à TVA cet automne, a pris le pari de mettre en vedette Éliot, un jeune autiste dont la disparition a créé de grands remous. Le comédien Élijah Patrice-Baudelot a séduit avec sa prestation.

Sarah-Jeanne Labrosse et Gildor Roy, étoiles du Gala Artis  

 

Dominick Gravel / Agence QMI

 

Lauréats de trois statuettes chacun, les acteurs Sarah-Jeanne Labrosse et Gildor Roy ont laissé leur empreinte au plus récent Gala Artis, où ils ont respectivement été sacrés Personnalité féminine et Personnalité masculine de l'année. Leurs contributions à différentes populaires émissions ne sont pas passées inaperçues. La première a marqué les esprits en prêtant ses traits à Donalda dans «Les pays d'en haut» et en étant Sarah dans «Le chalet». Le deuxième a ravi le public avec son commandant Chiasson de «District 31» et en donnant une voix à Gilles, le temps de «Lâcher prise». Comme si ce n'était pas suffisant, Sarah-Jeanne Labrosse a porté fièrement le titre d’égérie de «Révolution» et a coanimé le gala «Mammouth».  

Le hip-hop québécois s'affirme  

PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

 

Les artistes hip-hop québécois ont redonné ses lettres de noblesse à leur art à maintes reprises. Le populaire Loud est devenu le premier rappeur québécois francophone à présenter un concert au Centre Bell, deux soirs de surcroît, devant des milliers d'admirateurs. Le genre musical a également eu droit à des moments de gloire lors de la Fête nationale, plusieurs artistes tels que FouKi, Koriass et Sarahmée ayant laissé parler leur musique. Puis, le hip-hop a reçu la lumière des projecteurs quand le Félix lui étant consacré a été remis dans le gala du dimanche soir, à l'ADISQ. L'événement s'est amorcé dans un numéro offert par cinq rappeurs, dont Loud, qui est devenu le premier rappeur à recevoir le prix décerné à l'Interprète masculin de l'année.  

ComediHa! Fest et le Festival de jazz: des anniversaires importants  

JO�L LEMAY/AGENCE QMI

Deux populaires festivals ont atteint un âge significatif. À Québec, l'organisation de ComediHa! Fest a pu souffler 20 bougies dans la joie, car elle a enchaîné les records d'affluence avec plus de 750 000 spectateurs. Ses six galas ont été présentés à guichets fermés, une première. De son côté, le Festival international de jazz a marqué le coup de ses 40 ans en programmant quelque 250 spectacles. Là encore, le public a été au rendez-vous pour ce rassemblement musical incontournable, car davantage de billets se sont envolés qu'en 2018.  

Robert Lepage dévoile enfin son Diamant  

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Le rêve que caressait depuis très longtemps Robert Lepage de dévoiler le Diamant, une nouvelle salle de spectacle à Québec, s'est finalement concrétisé durant l'été. Dans ce lieu, il a cru bon présenter différentes manifestations artistiques et même sportives, que ce soit du théâtre, de la danse, du cirque, des numéros de drag queens ou encore un gala de lutte. Cette ouverture a eu lieu grâce à la contribution de plusieurs millions $ du ministère de la Culture et de la Ville de Québec, faisant beaucoup fait jaser au cours des mois précédant l'inauguration. Robert Lepage avait connu une année 2018 difficile en raison des controverses générées par ses spectacles «SLÄV» et «Kanata», qui ont provoqué des débats sur l'appropriation culturelle.  

Le sacre de Mike Ward aux Olivier  

JOËL LEMAY/AGENCE QMI

Pour la deuxième fois en quatre ans, Mike Ward a mis la main sur l'Olivier de l'année, décerné par le public, au Gala les Olivier. Il a été le grand gagnant de la soirée avec quatre trophées, dont celui du meilleur spectacle, grâce à «Noir», son cinquième «one-man-show». Pour certains, la surprise a été d'autant plus grande que l'affaire Jérémy Gabriel a suivi l'humoriste toute l'année. En janvier, il a contesté la décision du Tribunal des droits de la personne du Québec, refusant de verser 42 000 $ au garçon et à sa mère. Plusieurs mois plus tard, en novembre, ayant toujours 35 000 $ à verser à Jérémy Gabriel, il a décidé de porter sa cause devant la Cour suprême.