/sports/hockey/canadiens
Navigation

Le CH perd un troisième match d’affilée en s’inclinant 3 à 1 contre les Hurricanes

Le CH perd un troisième match d’affilée en s’inclinant 3 à 1 contre les Hurricanes
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

RALEIGH | Il n’y avait pas de champagne dans le petit vestiaire de l’équipe adverse au PNC Arena. Le Canadien a terminé l’année 2019 sur une mauvaise note en trébuchant pour une troisième fois d’affilée lors de cet important voyage.  

• À lire aussi: Julien déçu, mais réaliste

Après des revers de 5 à 4 contre le Lightning à Tampa, de 6 à 5 contre les Panthers à Sunrise, le CH a perdu 3 à 1 contre les Hurricanes, hier, à Raleigh. 

Et il n’y a pas juste la défaite qui fait mal. Brendan Gallagher n’a pas terminé la rencontre en raison d’une probable commotion cérébrale. En deuxième période, le petit numéro 11 s’est fait frapper par Jordan Staal. Dans sa chute, Gallagher est atterri directement sur le genou de Ben Chiarot. De la pure malchance, mais s’il y a un joueur que cette équipe ne peut s’empêcher de perdre, il s’agit bien de Gallagher. 

«J’ai eu de la misère à me concentrer après ce jeu, a reconnu Chiarot. Tu ne veux jamais voir un coéquipier se blesser, encore moins quand c’est de ta faute. Gally est le cœur et l’âme de cette équipe. Ça fait mal de le voir sortir de la glace de la sorte. Il n’est pas le type de joueur à rester au sol sauf s’il est réellement blessé. J’espère que ce n’est pas trop grave.» 

Claude Julien aura besoin d’un miracle pour maintenir le Tricolore dans la course aux séries avec Joel Armia, Jonathan Drouin, Paul Byron et maintenant Gallagher à l’infirmerie.  

Après le match, Julien a dit qu’il n’avait pas encore une idée de la durée de l’absence de son combatif ailier droit. 

Un but refusé 

Le CH aurait pu partir de la Caroline du Nord avec un sort bien différent si Rod Brind’Amour n’avait pas contesté le but de Ryan Poehling en troisième période. 

Poehling croyait bien avoir créé l’égalité 2 à 2 alors qu’il restait 8 min 08 s à jouer en troisième période. Mais on a jugé qu’il y avait eu interférence de Phillip Danault contre Petr Mrazek. Brind’Amour a ainsi gagné son pari sur un jeu qui tourne souvent à 50-50 pour reprendre l’expression de Julien.  

«Pour moi, c’est frustrant, mais ça ne sert à rien de blâmer les arbitres, a noté Poehling. On ne sait jamais trop à quoi s’attendre.» 

Le choix de premier tour en 2017 devra donc encore attendre avant de marquer son premier but cette saison. 

Lindgren rassurant 

S’il y a des notes positives de ce revers, il faut souligner le travail de Charlie Lindgren et le jeu défensif de l’équipe. À son premier départ cette saison, Lindgren a bloqué 33 des 35 tirs des Hurricanes. 

«C’est enrageant de perdre, c’était un gros match pour le classement dans l’Est, a affirmé l’Américain. Sur le plan personnel, je me sentais bien et j’étais confiant.»  

Ce qu’on a remarqué 

Aho en feu 

Sebastian Aho a marqué le premier but des Hurricanes contre son «ancienne équipe». En troisième période, il s’est également fait voler par la mitaine de Lindgren. Depuis le 1er novembre, Aho domine la LNH avec 20 buts, soit deux de plus que Jack Eichel des Sabres. En 40 matchs cette saison, le Finlandais a récolté 36 points (23 buts, 13 passes).  

Domi pour une sixième fois 

Max Domi a poursuivi sur sa lancée en touchant la cible dans un sixième match d’affilée sur une patinoire adverse. Le numéro 13 a subtilisé une rondelle à Teuvo Teravainen en première période pour ensuite battre Mrazek d’un puissant tir des poignets.  

Zéro en trois 

Le CH traversait de bons moments en supériorité numérique avec sept buts à ses six derniers matchs. Face aux Hurricanes, le Tricolore a frappé un mur, se faisant blanchir en trois occasions. En fin de match, Ryan Dzingel avait ouvert la porte aux rivaux en écopant d’une punition pour bâton élevé contre Jeff Petry. Mais Mrazek n’a jamais été inquiété. 

Le plus 

Lindgren 

Charlie Lindgren a fait son travail, donnant une chance de gagner à ses coéquipiers. 

Le moins 

Kulak 

Brett Kulak n’a pas connu un match désastreux, mais il a bousillé sa couverture défensive sur le but vainqueur, celui de Erik Haula.