/opinion/columnists
Navigation

Les faits marquants de l’année

Coup d'oeil sur cet article

Quels ont été les bons et moins bons coups de 2019 sur la scène municipale de la grande région de Québec ? Je me suis amusée à les retracer et j’en ai fait ma compilation. Bonne lecture et à l’an prochain!

L’étoile du match :

Valérie Plante
Photo Jean-François Desgagnés
Valérie Plante

En acceptant de concéder une somme de 800 millions de dollars destinée à Montréal pour le tramway de Québec, en échange d’une offre du gouvernement du Québec, Valérie Plante a permis de dénouer l’impasse sur le financement du projet. La mairesse de Montréal a ainsi prouvé qu’il est possible de faire de la politique par conviction, tout en veillant aux intérêts de sa ville.

Au banc des punitions :

Rémy Normand
Photo Jean-François Desgagnés
Rémy Normand

En l’absence pour maladie du maire Régis Labeaume, son bras droit Rémy Normand a manqué de belles occasions de démontrer un brin d’empathie et d’ouverture dans plusieurs dossiers. Il s’est montré arrogant avec les commerçants de la route de l’Église, et aussi avec les journalistes qui posaient pourtant des questions tout à fait justifiées. Son attitude, qui aurait dû contribuer à éteindre des feux, a eu l’effet contraire.

Mention spéciale :

Régis Labeaume
Photo Agence QMI, Simon Clark
Régis Labeaume

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a dû se retirer pour subir des traitements contre un cancer de la prostate. Il a mené son combat dignement, sans tabou, et n’a pas hésité à revenir trop rapidement, soucieux de reprendre ses fonctions et de faire le nécessaire pour que soit bouclé le financement du tramway, son grand legs. On ne peut que saluer son courage dans cette épreuve qui touche malheureusement trop de gens.

Coup de circuit :

Le Grand Marché
Photo Jean-François Desgagnés
Le Grand Marché

Même si le déménagement du Marché du Vieux-Port a suscité son lot de controverse et de protestation, force est de constater que le nouveau Grand Marché de Québec s’avère un beau succès. L’endroit, aménagé sur le site d’ExpoCité, est très fréquenté et fait le bonheur des commerçants. L’animation de la place Jean-Béliveau cet été, avec les prestations gratuites du Cirque Flip Fabrique, valait franchement le détour et est venue confirmer le potentiel des lieux pour la tenue de différentes activités familiales.

Coup de théâtre :

Jean-François Gosselin
Photo Jean-François Desgagnés
Jean-François Gosselin

À la tête d’une jeune formation politique qui peine à se démarquer par sa vision pour la ville de Québec, Jean-François Gosselin a dû faire face à une importante crise interne. Après une guerre ouverte de plusieurs semaines, les six membres de l’exécutif du parti ont fini par démissionner en bloc, et le leadership du chef en est ressorti très écorché. Sa colistière Nancy Piuze, dont l’élection a permis à M. Gosselin de siéger au conseil après une cuisante défaite à la mairie, a remis en question sa capacité à devenir un maire crédible, visionnaire et apprécié par les citoyens de Québec. M. Gosselin s’est rabattu sur Richard Côté, ex-bras droit de Régis Labeaume, pour tenter de restructurer le parti.

La patate chaude :

François Bonnardel
Photo Agence QMI, Simon Clark
François Bonnardel

Dans le but de justifier un troisième lien à l’est, promis à l’aveugle par le gouvernement de François Legault pendant la campagne de 2018, François Bonnardel est même allé jusqu’à redessiner à sa manière le territoire de Québec et Lévis. Lors du dévoilement de l’étude origine-destination, au printemps, le ministre des Transports a en effet inclus à tort dans l’est des secteurs résolument situés dans l’ouest. C’est que la grande majorité des utilisateurs des ponts vivent dans l’ouest de Lévis et travaillent ou étudient dans l’ouest de Québec. Ils n’auront donc aucun avantage à utiliser un tunnel dans l’est. Il sera intéressant de voir comment le gouvernement pourra justifier son tunnel Québec-Lévis à la lumière des études à venir.

Déception :

Yvon Charest
Photo d’archives
Yvon Charest

Le dossier de la peinture du pont de Québec continue de traîner en longueur, malgré les promesses des libéraux fédéraux d’apporter enfin une solution. En 2020, tous les yeux seront tournés vers Yvon Charest, nommé négociateur spécial par le gouvernement Trudeau. La possibilité que le fédéral rachète du CN le premier lien de Québec a été évoquée par le gouvernement. Vivement que le pont centenaire, figure emblématique de Québec, soit enfin sauvé.

Retiré sur trois prises :

Émile Loranger
Photo Jean-François Desgagnés
Émile Loranger

Après enquête de la Commission municipale du Québec, le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, a écopé cet automne d’une suspension de 60 jours sans salaire. Il n’a même pas pu être présent pour le dévoilement du budget. Pire, M. Loranger est encore sous enquête pour manquement à l’éthique dans un autre dossier. Quand le comportement inadéquat d’un élu va jusqu’à l’empêcher d’accomplir ses tâches de maire, c’est peut-être parce qu’il serait temps de songer à passer la balle au suivant, ou à la suivante.

Tempête dans un verre d’eau :

Projet de tramway
Photo courtoisie
Projet de tramway

Tout être censé -et/ou bien informé- le savait déjà, mais une étude de Systra est venue confirmer qu’un métro serait trop coûteux et surdimensionné pour une ville comme Québec. Le plus drôle, c’est de constater que certains défenseurs du métro à Québec sont les premiers à déchirer leur chemise en prévision des travaux d’aménagement d’un tramway. Faut-il vraiment préciser que les travaux en souterrain qu’exigerait la construction d’un métro seraient bien plus colossaux que pour un tramway ?

La mise en échec :

Projet Le Phare
Photo courtoisie
Projet Le Phare

Avec le report de la construction du Phare par Michel Dallaire et la nécessité de prévoir une interconnexion avec la rive sud à cet endroit, l’incertitude entoure désormais le pôle d’échange du tramway à l’ouest. Le gouvernement du Québec n’entend pas débourser les sommes manquantes que devait débourser le promoteur, et qu’implique aussi l’interconnexion. Le maire Labeaume comptait sur les gouvernements supérieurs. La Ville devra donc revoir ses plans et trouver l’argent nécessaire.