/entertainment
Navigation

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron
Photo Pascal Huot

Coup d'oeil sur cet article

Au terme d’une année tumultueuse, c’est un Éric Lapointe en pleine forme qui a défoncé l’année avec ses invités et une douzaine de musiciens mardi soir au Centre Vidéotron, offrant un concert tout aussi électrisant que l’an dernier.  

Le traditionnel Party des Fêtes à Lapointe se déroulait pour une deuxième année consécutive au Centre Vidéotron, à Québec, château fort du rockeur québécois, qui avait galvanisé les plaines d’Abraham cet été pour son 50e anniversaire.  

 

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron
Photo Pascal Huot

 

La soirée a été festive, mais l’électricité ne flottait pas dans l’air comme l’an passé, où la soirée avait été particulièrement explosive.   

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron
Photo Pascal Huot

Après avoir été accusé de voies de fait sur une femme, pour lesquelles il a plaidé non coupable en octobre, Éric Lapointe avait annulé tous ses engagements cet automne, sauf ses spectacles à l’horaire, dont celui du 31 décembre. «Merci d’être là pour défoncer l’année avec nous autres», a lancé le chanteur.  

Plusieurs invités  

Devant quelques milliers de fans du chanteur répartis dans les gradins, ce sont les invités de Lapointe qui ont brisé la glace sur le coup de 22h.  

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron
Photo Pascal Huot

Colin Moore, son protégé de La Voix, est monté sur scène le premier, lançant les festivités avec un Minuit, chrétiens éraillé. Travis Cormier a ensuite enchaîné Hallelujah avant que le frère de la tête d’affiche, Hugo Lapointe, se mette de la partie.    

Sous les hurlements de la foule et des éclairages délinquants, Éric Lapointe est venu compléter la chanson. Tout ce beau monde a eu son moment de gloire sur scène plus tard, alors que le rockeur leur a tous laissé interpréter leurs hits respectifs.  

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron
Photo Pascal Huot

Un marathon  

Le chanteur a ensuite livré ce qu’il a l’habitude de faire: un marathon de hits de plus de deux heures. Ça commençait avec une déchirante version de L’envie, reprise de Johnny Hallyday, avant qu’il enchaîne Bobépine, Les vautours, 1500 miles, Ma gueule, On commence à se quitter, Les boys et Un beau grand slow.  

S’il garde la même recette de concert depuis plusieurs années, Éric Lapointe a fait un beau cadeau aux fans de la première heure en ressortant une chanson de ses tiroirs, qu’il n’avait pas faite sur scène depuis plus de deux décennies. «J’ai eu une demande spéciale pour le show de ce soir. Ça fait plusieurs années qu’il y a du monde qui me la demande. Soyez indulgents, ça fait 21 ans que je ne l’ai pas chantée», a-t-il dit en parlant de la magnifique chanson d’amour L’exquise.  

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron
Photo Pascal Huot

Au moment d’écrire ces lignes, Lapointe et sa bande s’apprêtaient à faire le décompte pour traverser la nouvelle année, avant d’étirer la soirée bien après minuit, selon ce qui était prévu.  

La musique de Plume, la folie des Denis  

En première partie, on avait confié aux Denis Drolet de semer l’ambiance avec leur projet musical consacré à l’œuvre de Plume Latraverse.  

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron
Photo Pascal Huot

 

Même si le party a plus ou moins levé, les Denis n’ont ménagé aucun effort et semblaient visiblement heureux de porter ce spectacle, qui existe depuis quelques années, jusque sur la scène du Centre Vidéotron. «C’est malade ce qu’on vit ce soir», a commenté Vincent Léonard.  

[PHOTOS] Éric Lapointe défonce l’année au Centre Vidéotron
Photo Pascal Huot

Les plus grands succès de Plume Latraverse, «la Mariah Carey des Québécois», dixit Denis à palettes, ont résonné durant une heure.  

Avec quatre musiciens à leurs côtés, le duo d’humoristes a livré avec entrain les Rideau, Lit vert, Léon le caméléon, Bonne soirée, La ballade des caisses de 24, Mémoire courte et Saoul comme une botte, entre autres.  

Évidemment, l’humour n’est jamais bien loin avec les Denis. «On hésitait entre un hommage à Plume ou à Moran», a lancé Sébastien Dubé, à la guitare acoustique, avant que leur danseur déchaîné Just-To-By-My-Love fasse son entrée en scène.