/news/cannabis
Navigation

SQDC : débuts timides pour les boissons au pot

GEN-Édifice qui loge la SQDC rue St-Catherine á Montréal
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

L’arrivée des produits comestibles au pot à la Société québécoise du cannabis n’a pas fait courir les foules, jeudi.

Quelques semaines après le reste du Canada, les Québécois ont finalement accès depuis jeudi aux produits comestibles.

Rien de très festif pour l’instant... on ne trouve que trois sortes de tisanes ou thés qui ne contiennent que du CBD (10 mg), donc sans effet psychoactif. 

On était loin des imposantes files d’il y a 15 mois, lors de la légalisation du cannabis. 

Certains ont peut-être préféré rester à la maison puisque le site internet de la Société québécoise du cannabis (SQDC) indiquait que les succursales étaient fermées alors qu’elles étaient bel et bien ouvertes. 

Tant à Québec qu’à Montréal, très peu de clients sont allés acheter les nouvelles boissons, a constaté Le Journal. En ligne, par contre, les produits étaient déjà en rupture de stock sur le site de la SQDC.

Une dizaine de clients interrogés à la sortie de la succursale du centre-ville de Montréal ignoraient même que les produits comestibles étaient dorénavant vendus. 

Derrière le comptoir, un commis a affirmé en début d’après-midi n’avoir vendu que cinq sacs de thé, malgré la file de clients qui attendaient à l’extérieur par moments.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

La Montréalaise Yassmin Khalifa, 30 ans, se dit intéressée par les produits comestibles légaux, mais elle patientera.« Sachant que les produits ne sont pas disponibles dès le départ, comme lors de la légalisation, je vais attendre un mois ou deux », dit-elle, ajoutant que cela pique sa curiosité puisqu’elle y voit une option plus « santé » que fumer, par exemple.

Le producteur de cannabis Canopy Growth a confirmé au Journal que ses boissons contenant du THC (qui procure l’effet psychoactif) seront offertes en magasin dans une quinzaine de jours. 

« Démarrage en douceur »

Le porte-parole de la SQDC, Fabrice Giguère, affirme que la société d’État travaille avec les fournisseurs pour recevoir des produits au cours des prochaines semaines.

« On a toujours dit que le démarrage des produits comestibles se ferait en douceur », a-t-il précisé.

Les friandises au cannabis sont interdites au Québec. Plusieurs producteurs ont donc dû adapter leur offre, eux qui avaient surtout misé sur ce type d’articles que l’on trouve facilement sur le marché noir.

Les producteurs n’auront qu’une production limitée d’ici le printemps, souligne M. Giguère.