/news/provincial
Navigation

Cinq meurtres à Québec en 2019

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2019 a malheureusement été faste en homicides sur le territoire du SPVQ. À l’exception de l’année 2017, marquée par l’attentat de la mosquée qui avait fait grimper le bilan des morts à sept, 2019 a été l’année la plus funeste de la décennie 2010, avec cinq meurtres.  

Trois de ces crimes sont des homicides intrafamiliaux (voir tableau) et le troisième de l’année, commis le 16 février dans un appartement de la rue de la Concorde, met en perspective tous les dommages collatéraux d’un tel crime. Souffrant du trouble du spectre de l’autisme, Alexandre*, alors âgé de 17 ans, aurait violemment tué sa mère à l’aide d’une arme blanche.   

Malgré tout, la grand-mère de l’adolescent autiste refuse de laisser tomber son petit-fils malgré la douleur infligée par ce crime.    

Malade et isolé   

La grand-mère d’Alexandre et mère de la victime, qu’on ne peut identifier en vertu des règles du tribunal de la jeunesse, est aujourd’hui rongée par le chagrin de la perte de sa fille, mais inquiète du sort de son petit-fils isolé, sans parents et démuni face à la vie.    

 « Il n’a rien d’autre que moi, dit la grand-mère. Tant que je vais vivre, je vais être là pour lui. C’est l’enfant de ma fille et je l’aime, Alexandre. » Elle avoue que sa position n’est cependant pas partagée dans la famille.    

Aide  

Elle n’a donc jamais ressenti de haine vis-à-vis de son petit-fils, souhaitant même être à ses côtés dès l’annonce du drame pour le soutenir. C’est l’instinct maternel, l’amour d’une grand-mère. Elle croit que sa présence serait bénéfique pour le jeune homme de 18 ans mal outillé face à la vie.    

Sauf que pour des raisons de sécurité, la Couronne a demandé une nouvelle ordonnance de non-contact entre Alexandre et sa grand-mère, qui avait pourtant été levée cet été. « On ne peut pas se voir et on ne peut pas se parler », explique tristement la dame, qui ne lui a pas parlé depuis deux mois.    

Autiste  

Bébé, Alexandre avait déjà des problèmes de comportement. « Il se cognait la tête sur le sol », explique la grand-mère qui s’en est « beaucoup occupée ». Atteint du trouble du spectre de l’autisme avec une légère déficience, Alexandre a été confié en résidence par sa mère dès l’âge de cinq ans.    

Au moment du meurtre, Alexandre était encore placé en résidence où sa mère allait le chercher une fin de semaine tous les 15 jours. « Il n’est pas facile, Alexandre [...] C’est un enfant dans un corps d’homme. Il ne s’est pas développé comme un adulte. »   

Le procès de son petit-fils débutera en avril. La grand-mère sait évidemment à quoi Alexandre s’expose, mais espère que la justice privilégiera un encadrement serré à un pénitencier fédéral.      

*Puisqu’il est interdit d’identifier l’accusé mineur, un prénom fictif a été donné.  

1er meurtre : 3 janvier  

Photo d'archives, Agence QMI

Victime: Daniel Bernier, 47 ans   

Accusé: Stéphane Bernier, 58 ans   

Lieu: Un appartement de la rue Saint-Charles, secteur Neufchâtel   

L’homme est accusé du meurtre de son frère à la suite d’une dispute. Hospitalisé, ce dernier est mort trois semaines plus tard. La victime avait de multiples problèmes de santé (cancer du poumon, VIH, insuffisance rénale), mais les deux coups de couteau assénés au thorax par son frère auraient été la cause de la mort.    

2e meurtre : 7 février  

Nicole Cantin, victime
Photo d'archives
Nicole Cantin, victime

Victime: Nicole Cantin, 56 ans   

Accusé: Patrick Fortin, 30 ans, le fils de la victime   

Lieu: Rue de l’Esprit, Val-Bélair   

Le corps de la victime avait été découvert avec des marques de violence dans sa résidence vers 3 h 30 du matin. Quelques kilomètres plus loin, le véhicule de la dame avait été retrouvé en feu dans un banc de neige. Fortin, son fils, avait été hospitalisé après son arrestation en raison de blessures.   

4e meurtre : 6 avril  

Serge Gormley, accusé
Photo d'archives
Serge Gormley, accusé

Victime: François Elliott, 69 ans   

Accusé: Serge Gormley, 58 ans   

Lieu: Rue de la Bastille, dans une maison de chambres de Limoilou   

Les deux hommes étaient colocataires quand un incendie criminel a été allumé vers 4 h 30 du matin. La victime se déplaçait en fauteuil roulant et vivait au rez-de-chaussée d’une résidence destinée aux personnes avec des problèmes de santé mentale. Gormley avait déjà été reconnu coupable d’incendie criminel à deux reprises en 2003 et 2018.    

5e meurtre : 30 septembre  

Photo d'archives, Guy Martel

Victime: David Frigon, 42 ans   

Accusée: Mélissa Webb, 25 ans   

Lieu: Rue Napoléon, quartier Saint-Sauveur   

David Frigon
Photo d'archives
David Frigon

L’agression a eu lieu dans l’appartement de la rue Napoléon en milieu d’après-midi. L’accusée avait pris la fuite, pour être arrêtée un mois plus tard. Elle aurait poignardé à deux ou trois reprises la victime. Les deux étaient aux prises avec des
problèmes de drogue.    

Enquête toujours en cours  

La découverte du corps de Guillaume Martin dans un boisé du parc Dollard-des-Ormeaux, en Basse-Ville, fait toujours l’objet d’une enquête. L’homme de 23 ans était porté disparu depuis trois semaines lorsque sa dépouille a été repérée le 29 septembre dernier. Selon le SPVQ, l’enquête n’est toujours pas terminée.