/news/health
Navigation

Les urgences débordent pour commencer l’année 2020

Dans la région, le taux d’occupation dépasse les 100 % chez plusieurs

Coup d'oeil sur cet article

Les urgences de la région de Québec et de Chaudière-Appalaches sont surachalandées en ce début d’année 2020, où le taux d’occupation dépasse largement les 100 % depuis plusieurs jours. 

Neuf des treize unités d’urgence de la région de la Capitale-Nationale affichaient un taux d’occupation supérieur à 100 % en fin de journée. À un certain point, l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Québec a même atteint un taux de 171 %. 

Dans Chaudière-Appalaches, c’était quatre des six urgences qui débordaient. À Thetford Mines et à Saint-Georges, les hôpitaux présentaient un taux d’achalandage respectif de 150 % et 143 %. 

« Chaque urgence a un permis pour un certain nombre de civières. Quand ces civières-là sont occupées, on arrive au-dessus du 100 % », explique le conseiller en communications du CHU de Québec, Bryan Gélinas.  

« À près de 200 %, ça commence à être plus difficile », juge la conseillère en communication du CISSS de Chaudière-Appalaches, Nathalie Paré.  

« Bon indice » 

Si le taux d’occupation fait état d’urgence à plein rendement, il faut toutefois nuancer ces pourcentages faramineux, insiste M. Gélinas. 

« C’est un bon indice pour dire qu’on est achalandés, mais il y a d’autres facteurs aussi », nuance le conseiller en communications du CHU de Québec, Bryan Gélinas. 

Reste que les unités d’urgence sont plus occupées en ce début d’année, comparativement à d’autres périodes, alors qu’une telle hausse de la fréquentation des hôpitaux est familière au début du mois de janvier. 

La faute aux Fêtes 

« Le taux actuel n’est pas anormal, surtout pour un début janvier. Normalement, à partir de Noël, c’est un peu plus tranquille, puis ça augmente après le jour de l’An », observe Nathalie Paré. 

« On est au sommet de la grippe et de la gastro, pointe Bryan Gélinas. Avec les Fêtes, ce n’est pas scientifique, mais en famille, les gens rencontrent plus de personnes. C’est propice à ce qu’ils contractent des gastros, des grippes et tout ça. » 

Les taux d’occupation actuels n’ont néanmoins pas de coupables désignés. « C’est vraiment de tout. De la gastro, des cas d’orthopédie à cause des chutes », recense M. Gélinas. 

Pensez-y-bien 

Les centres hospitaliers de la région demandent du coup aux usagers du réseau d’y penser deux fois avant de se présenter à l’urgence pour des cas non pressants. 

« Nous rappelons tout de même aux gens qui présentent des conditions de santé non urgentes d’éviter de se rendre dans les urgences. Plusieurs solutions s’offrent à eux », indique le directeur des communications au CIUSSS de la Capitale-Nationale, Vincent Lamontagne, pointant les cliniques d’hiver et celles sans rendez-vous. 

« On ne veut jamais dire aux gens de ne pas y aller, de ne pas venir. Si c’est urgent, il faut venir. Il ne faut pas qu’ils se sentent coupables de venir aux urgences », relativise cependant Bryan Gélinas.