/sports/opinion/columnists
Navigation

Armstrong 1er de classe

Marc Bergevin se situe parmi les 10 meilleurs de la LNH

Canadiens Entrainement
Photo Pierre-Paul Poulin Le directeur général du Canadien Marc Bergevin a répondu aux questions des journalistes à Brossard, vendredi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Quels sont les critères pour bien évaluer un directeur général, celui qui prend toutes les décisions relativement au secteur hockey. 

Comme je l’expliquais l’an dernier dans le cadre de notre premier classement des directeurs généraux, il y a plusieurs éléments à considérer :  

  • le personnel des joueurs. 
  • le personnel des entraîneurs. 
  • les employés de soutien. 
  • les recruteurs. 
  • le développement des joueurs. 
  • et l’avenir de l’organisation.  

Le Journal a dressé un classement des meilleurs directeurs généraux en s’attardant surtout sur le travail effectué au cours de la dernière année du calendrier. Sans doute que ce classement subira des changements importants au début de la saison 2020-2021. 

Des hommes solides 

Et, bien sûr, le passé d’un directeur général ne peut être ignoré. 

Particulièrement les trois ou quatre dernières saisons. 

Diriger une formation de la Ligue nationale constitue un travail de tous les instants, il n’y a pas trop de journées de congé. La tâche est énorme et c’est pourquoi le directeur général doit également miser sur une garde rapprochée regroupant des hommes expérimentés. 

Certains doivent respecter une gestion qu’ils ont eux-mêmes vendue à leur propriétaire.   

À Montréal, Marc Bergevin qui avait obtenu une note fort intéressante l’an dernier et qu’on peut difficilement rétrograder vient de passer aux actes dans l’unique but d’obtenir une qualification aux séries éliminatoires. Son équipe connaît des ratés et il vient, coup sur coup, de compléter des transferts obtenant Ilya Kovalchuk et Marco Scandella, deux vétérans.   

Cette saison, il y a des directeurs généraux qui ont hérité d’une formation à la dérive, mais qui possèdent un curriculum vitae impressionnant. Je pense à Steve Yzerman. 

Doit-on reléguer Yzerman dans une catégorie inférieure ? Il possède jusqu’à preuve du contraire les qualités qui lui ont permis de bâtir une solide concession à Tampa Bay. 

Par ailleurs, on a toujours reproché à John Chayka, des Coyotes de l’Arizona, de se tourner vers les statistiques avancées pour effectuer des transferts au niveau des effectifs. 

Pourtant, si on analyse les performances de son équipe depuis le début de la saison, il a accompli un travail exceptionnel. 

Par ailleurs, comment doit-on analyser le travail de Julien BriseBois, dont la formation a connu une saison exceptionnelle en 2018-19 avant de piquer du nez au premier tour des séries éliminatoires, s’inclinant en quatre matchs de suite face aux Blue Jackets de Columbus. En début de saison 2019-2020, il semble que les joueurs du Lightning sont incapables d’oublier la débandade du printemps dernier. 

Il y a également eu quelques changements au cours de l’entre-saison, dont un qui a retenu l’attention, celui de Ken Holland qui a quitté Detroit pour prendre en charge les Oilers d’Edmonton, une concession qui végète depuis quelques années même si elle possède dans ses rangs celui que plusieurs considèrent comme le meilleur joueur du circuit. 

Doit-on oublier les années noires des Red Wings sous la direction de Holland ? 

À Los Angeles, Rob Blake a fait appel à son ancien entraineur alors qu’il évoluait pour les Sharks de San Jose, Todd McLellan qui a vécu une bien mauvaise expérience à Edmonton et pourtant, les résultats sont les mêmes. 

Il y a aussi les dossiers des Flames de Calgary, des Stars de Dallas et des Maple Leafs de Toronto, des événements qui ont invité les directeurs généraux de ces trois concessions à prendre des mesures drastiques. 

Congédiements 

Trois entraîneurs ont perdu leur emploi. Les trois ont soulevé la controverse forçant la Ligue nationale à adopter un code d’éthique pour les entraîneurs, pour toutes les personnes étant à la solde d’une formation de la Ligue nationale. 

Dans les trois cas, on ne peut qu’applaudir le travail effectué par les directeurs généraux. 

Au chapitre des surprises depuis le début de la présente saison: les Islanders de New York. Les Flyers de Philadelphie ont gagné au niveau de la respectabilité avec un nouveau groupe d’entraîneurs. 

Par contre, la situation n’est pas tellement encourageante au New Jersey alors que John Hynes a été liquidé, même si les gens qui auraient dû être invités à prendre place au banc des accusés étaient des patineurs. 

À Buffalo, on fait encore du sur-place et en Floride, on a dépensé de gros sous pour être en mesure de compétitionner au même niveau que les meilleures formations de l’Association de l’est. 

On notera qu’il y a plusieurs directeurs généraux qui se retrouvent dans la catégorie B-, et l’explication, c’est la parité.   

Voici le classement des directeurs généraux. 

CLASSÉ A+ 

Doug Armstrong 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Le premier janvier 2019, depuis Moscou où il assistait à un tournoi, Doug Armstrong profitait de son temps libre pour concocter un plan de relance de l’organisation, occupant les bas-fonds du classement. Il désirait faire une vente de feu, incluant Vladimir Tarasenko. Puis, s’est amené un gardien du nom de Jordan Binnington, et Mike Yeo était remplacé par Craig Bérubé. On connaît l’histoire... 

Joe Sakic 

Canadiens Entrainement
Photo Agence QMI, Dominic Chan

Sa patience l’a bien servi. Il n’a jamais cédé aux pressions d’échanger Mike Duchene, c’était il y a deux saisons. Puis, le moment venu, l’offre étant intéressante, il a effectué un transfert au niveau des effectifs. L’Avalanche est maintenant une formation de premier plan, une équipe jeune; Sakic a également ajouté à sa formation, Burakowsky, Kadri, Donskoi, Bellemare, Nichushkin, Makar. Il a misé juste. 

CLASSÉ A 

John Chayka 

On doutait des capacités de John Chayka. On le disait surtout un bon analyste des statistiques avancées, mais il surprend tout le monde avec sa clairvoyance et également avec son audace. Plusieurs transferts chez les effectifs lui donnent raison. Rick Tocchet joue un rôle important au niveau du développement. Chayka a vraiment remis cette concession sur les rails... et en peu de temps. 

CLASSÉ A- 

Brian MacLellan 

Il a deux missions importantes. Poursuivre avec les standards qu’il a lui-même établis. Aussi, il doit composer avec les exigences du plafond salarial. Quand une équipe gagne la coupe Stanley, elle doit ensuite en subir les conséquences. Un an après la victoire en finale, il a dû jongler avec son personnel, sacrifiant quelques bons joueurs de soutien tout en répondant aux demandes salariales des patineurs en place. 

CLASSÉ B+ 

Lou Lamoriello 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Les Islanders n’ont aucun complexe. Les joueurs ont acheté le programme instauré par Lou Lamoriello et Barry Trotz. On pensait que cette équipe s’écroulerait après le départ de John Tavares, mais ce n’est pas le cas du tout. Lamoriello s’est tourné du côté des jeunes joueurs de l’organisation et il s’en est remis à Trotz qu’il avait embauché quelques jours après son départ de Washington pour voir au développement. 

CLASSÉ B 

Jim Nill  

Même si son équipe a connu un départ inquiétant, Jim Nill a refusé de presser le bouton de panique, il a gardé son calme. La situation s’est améliorée depuis, mais voilà qu’une brique lui tombe sur la tête. Il doit congédier son entraîneur qui a enfreint les règles du code d’éthique. Les Stars ont acquis deux vétérans – Pavelski et Perry – et n’oublions pas qu’ils sont venus à un but de passer en finale de l’Association de l’ouest. 

Jim Benning 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Les Canucks de Vancouver ont pris un virage important, il y a quelques années avec l’arrivée de Jim Benning. Ils ont laissé toute la place aux jeunes joueurs impliqués dans un programme de développement bien structuré. Les Canucks progressent chaque saison et l’avenir s’annonce prometteur pour cette concession. Ils sont jeunes, dynamiques et ils compétitionnent chaque soir.  

Jeff Gorton 

Il respecte le plan de relance de l’entreprise... tout en cherchant, en raison des exigences du grand marché de New York, à devancer les échéanciers. L’acquisition de Artemi Panarin est un exemple. L’arrivée du défenseur Jacob Trouba également. Ryan Strome, acquis l’an dernier, ajoute à l’équilibre au centre. Les Rangers progressent et le nouveau président John Davidson donne à Gorton plus de moyens pour aller plus loin. 

Don Sweeney 

Une participation à la grande finale, inévitablement, ça paraît toujours très bien dans un curriculum vitae. Don Sweeney travaille dans un marché très compétitif. Les Red Sox, les Patriots, les Celtics et le sport universitaire et collégial s’accaparent plusieurs parts de marché. Pourtant, les Bruins maintiennent le rythme et ils parviennent à garder leurs joueurs avec des contrats à faire rêver bien de ses homologues. 

CLASSÉ B- 

Marc Bergevin 

Le directeur général du Canadien conserve la même note que l’an dernier. Pourquoi ? On ne peut effacer le passé. Or, Shea Weber est un grand leader, P.K. Subban n’est plus l’ombre de lui-même; Tatar et Suzuki contribuent à l’attaque du Canadien, succédant à Pacioretty, Domi a connu une saison de 72 points. Et il vient d’ajouter Ilya Kovalchuk et Marco Scandella à sa formation. 

Kyle Dubas 

On ne peut pas dire que Dubas a chômé au cours de l’entre-saison. Il a effectué plusieurs transferts au niveau des effectifs, il a mené des négociations serrées avec Mitch Marner, il a dépensé de gros sous, mais il a oublié d’embaucher un gardien pour seconder Frederik Andersen. Il n’a pas tardé à sortir Mike Babcock de Toronto réalisant que ça ne fonctionnait plus avec les joueurs.  

Julien Brisebois 

La défaite en quatre matchs de suite, lors du premier tour des séries éliminatoires, a laissé des séquelles. Julien BriseBois entre dans une phase où il aura à être très créatif. Le Lightning avance dans une période de transition. Plusieurs partiront en raison du plafond salarial, et la brigade défensive a besoin d’être revue en profondeur. Laissons la chance au coureur.   

Don Waddel 

Une participation à la grande finale de l’Association de l’est mérite qu’on souligne l’exploit. Personne n’avait prévu l’éclosion des Hurricanes. Don Waddel a tout de même apporté quelques changements importants. Le dossier Sebastian Aho, les acquisitions de Nino Niederriter (il est au neutre présentement), de Erik Haula, de Ryan Dzingel et de Jake Gardiner (-17) s’imposaient en raison des caprices du plafond salarial. 

Dalon Tallon  

Canadiens Entrainement
Photo Courtoisie, NHLI

Pour l’instant, les résultats ne sont pas spectaculaires... ils sont même un peu décevants. Cependant, Dale Tallon s’est grandement impliqué pour donner du lustre à l’organisation des Panthers. À Sergei Bobrovsky de retrouver la forme. L’embauche de Joel Quenneville s’avère également un bon coup pour Tallon. Les Panthers ont un problème à la ligne bleue, qu’on croyait avoir résolu avec le gardien de 10 millions de dollars. 

Steve Yzerman 

Canadiens Entrainement
Photo Courtoisie, Nicole Santerre

La note est passablement élevée pour le décideur d’une équipe qui est éliminée depuis la fin du mois d’octobre. Tout à fait d’accord. Mais doit-on pénaliser Steve Yzerman qui a hérité d’une organisation à la dérive ? Doit-il payer pour les erreurs du passé ? Il a cependant tout un travail à effectuer avec les Wings, de loin la pire équipe de la ligue. On lui accorde une année de grâce. 

Chuck Fletcher 

Chuck Fletcher a pris quelques mois pour bien connaître l’organisation des Flyers. Il a tout d’abord embauché Alain Vigneault, il a ensuite échangé Radko Kudas pour le vétéran Matt Niskanen. Il a ajouté Justin Braun à la brigade défensive, et Kevin Hayes, à qui l’on a consenti trop de dollars, mais Vigneault désirait l’ex-joueur des Rangers. Les Flyers seront une équipe à surveiller en deuxième moitié de saison. 

Jim Rutherford 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Les propriétaires des Penguins soutiennent que Rutherford appartient à l’élite des directeurs généraux. Les résultats le démontrent clairement. Cependant, il a fait signer des contrats que l’on considère comme trop élevés pour des joueurs comme Jack Johnson et Brandon Tanev. Il s’est départi de Phil Kessel, bien qu’Alex Galchenyuk ne réponde pas aux attentes. Le pire ennemi des Penguins, ce sont les blessures. 

Brad Treliving 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

On peut toujours lui reprocher d’avoir cédé James Neal aux Oilers en retour de Milan Lucic. Sauf que les Flames demeurent une équipe intéressante. Bien malgré lui, il a posé un geste, le licenciement de Bill Peters, qui pourrait sauver la saison des Flames. C’est une formation qui offre un bel équilibre entre la défense et l’attaque et Rittich semble avoir convaincu les décideurs qu’il était le gardien d’avenir des Flames. 

Kelly McCrimmon 

De crainte qu’il se dirige vers Edmonton pour diriger les Oilers, George McPhee lui a cédé le poste de directeur général des Golden Knights. Il a fait l’acquisition de Mark Stone, un joueur important pour cette concession. Le dossier Pacioretty revient à McPhee. Un petit souci cependant : McCrimmon n’a toujours pas recruté un gardien avec les ressources pour seconder Marc-André Fleury. 

Kevin Cheveldayoff  

Canadiens Entrainement
Photo Courtoisie, Winnipeg Sun

On s’attendait à ce que les Jets éprouvent de sérieux ennuis. Après tout, le directeur général a été incapable de garder sa brigade défensive intacte. Il a perdu quatre défenseurs et il a mené de longues négociations pour renouveler les ententes de Patrik Laine et de Kyle Connor. Malgré tout, les Jets demeurent l’une des très bonnes formations de la division centrale.  

CLASSÉ C+ 

Jason Botterill 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Il a été très actif au cours de l’été et également à la date limite pour conclure des transactions en février dernier. Il a embauché Ralph Krueger, il a fait l’acquisition de Marcus Johansson, mais les Sabres iront jusqu’où les mènera Jack Eichel qui connaît une excellente saison. Botterill est présentement à la recherche de renfort en attaque justement pour appuyer le travail de son joueur de centre étoile. 

Pierre Dorion  

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Aucun directeur général de la Ligue nationale n’a vécu une situation aussi difficile que Pierre Dorion. Son propriétaire lui demande de liquider les hauts salariés. On travaille avec un petit budget. Les assistances sont à la baisse. Mais les Sénateurs, malgré tout, progressent. Dorion a embauché un bon entraîneur, DJ Smith. Il a accueilli quelques vétérans pour aider au développement des jeunes joueurs. 

David Poile  

Canadiens Entrainement
Photo AFP

David Poile s’apprête à vivre quelques saisons plus difficiles. Il a réussi à se départir de P.K. Subban, mais la transaction impliquant Kyle Turris s’avère un échec. Il a embauché Matt Duchene via le marché des joueurs autonomes, mais on réalise que Pekka Rinne n’est plus le gardien aussi fiable. Les Predators régressent depuis deux ans et ce n’est pas bon signe. 

Ken Holland 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Une note de C alors que les Oilers connaissent un bon début de saison ? Le dossier de Ken Holland va au-delà des décisions prises à son arrivée en Alberta. Il a laissé les Red Wings dans un état pitoyable. Et on ne peut ignorer que ce directeur général qui, pendant des années, a influencé ses homologues n’ait pu prévoir que les Wings allaient s’enliser dans la médiocrité. Malgré tout, il a libéré les Oilers du fameux country-club. 

CLASSÉ C 

Jarmo Kekalainen 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Il a joué et il a perdu. Il a misé gros et les Blue Jackets ont vu quatre joueurs importants leur faire un pied de nez : Panarin, Bobrovsky, Dzingel et Duchene. D’une équipe qui croyait avoir la bonne formule pour aller de l’avant, elle est devenue une formation qui doit maintenant faire un pas vers l’arrière pour dresser un programme de relance qui devra être efficace dans un laps de temps plutôt court. 

Doug Wilson 

Doug Wilson a mis tous ses œufs dans le même panier en offrant un contrat faramineux à Erik Karlsson. Pour l’une des rares fois, au fait, il a raté les séries en une occasion depuis son arrivée à San Jose. La situation des Sharks est inquiétante. Pavelski est parti, Brent Burns n’est plus l’ombre de lui-même, l’attaque ne produit pas et les gardiens éprouvent des ennuis, particulièrement Martin Jones. 

CLASSÉ C- 

Rob Blake 

Canadiens Entrainement
Photo Martin Chevalier

Rob Blake a le très lourd mandat de relancer la concession des Kings de Los Angeles, qui, après la dernière conquête de la coupe Stanley, ne font qu’accumuler les défaites. Blake a mal choisi son moment pour embaucher, il y a un an et demi, Il y a Kovalchuk qui se retrouve maintenant avec le CH. Il a également expédié Jake Muzzin à Toronto. Les jeunes joueurs des Kings sont-ils aptes à assurer la relève ? Pour l’instant, Anze Kopitar et Drew Doughty tiennent le coup. 

Stan Bowman 

On s’attendait à une meilleure saison des Blackhawks, d’autant plus que les résultats de fin de saison 2018-19 étaient encourageants. Or, Chicago ne fait pas le poids dans la division centrale. Patrick Kane est le seul à donner des résultats convaincants. Jonathan Toews en arrache et la défense n’est plus aussi hermétique qu’auparavant. Des changements s’annoncent à l’horizon. Bowman est sur la corde raide. 

Bob Murray 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Pourtant, les Ducks misent sur un gardien de très haut niveau en John Gibson. La brigade défensive est tout de même reconnue comme l’une des meilleures de la ligue. Mais les Ducks réalisent que les vétérans, à l’exception de Ryan Getzlaf, ne répondent plus. Dallas Eakins est le nouvel entraîneur, mais il ne possède pas un personnel adéquat. 

Ray Shero 

Une saison à oublier et au plus vite. Taylor Hall est parti pour l’Arizona, Corey Schneider que l’on qualifiait le gardien par excellence de l’organisation a été rétrogradé à la Ligue américaine, P.K. Subban joue comme un défenseur ayant perdu tous ses attributs. Ray Shero se retrouve dans une situation inquiétante. Comment pourra-t-il sortir de ce bourbier ? 

NOTE?  

Bill Guerin 

Canadiens Entrainement
Photo AFP

Bill Guerin est en poste depuis le mois d’août, donc il est difficile de lui attribuer une note précise. Son équipe a connu un départ plutôt inquiétant, voire alarmant, mais depuis un mois, le Wild se comporte beaucoup mieux. Guerin n’a pris aucune décision importante jusqu’à maintenant parce qu’il désire avant se familiariser avec son nouvel environnement.