/news/currentevents
Navigation

«Il a carrément essayé de me tuer»

Un musicien attaqué au couteau dans le stationnement souterrain de l’hôtel Plaza

Les policiers ont fouillé l’hôtel et lancé un important déploiement pour traquer l’agresseur, qui a pris le large. La victime, Even Duscheneau-Boudreau, a pris sa voiture pour se diriger à l’entrée de l’hôtel et chercher de l’aide après l’agression.
PHOTO Guy Martel Les policiers ont fouillé l’hôtel et lancé un important déploiement pour traquer l’agresseur, qui a pris le large. La victime, Even Duscheneau-Boudreau, a pris sa voiture pour se diriger à l’entrée de l’hôtel et chercher de l’aide après l’agression.

Coup d'oeil sur cet article

Un musicien qui venait de performer à l’hôtel Plaza à Québec a été la cible d’une sauvage agression, vendredi soir, quand un homme surpris en train de voler son véhicule a tenté de le poignarder.  

Even Duscheneau-Boudreau venait de terminer sa prestation et s’apprêtait à retourner chez lui vers 23 h.   

Or, en ouvrant la portière de son véhicule, l’homme de 30 ans a surpris un individu assis sur le siège du conducteur et qui tentait de voler sa voiture dans le stationnement souterrain de l’établissement hôtelier du boulevard Laurier. 

« Je lui ai dit deux fois de sortir. Il a fini par le faire. Puis, je lui ai dit de s’en aller. Il m’a dit “Ferme ta gueule, sinon je vais te saigner” », raconte le chanteur, qui fait affaire avec l’hôtel depuis cinq ans.  

Le suspect a tenté une première fois de s’en prendre à Even Duscheneau-Boudreau, qui est parvenu à se défendre et à se rapprocher de son automobile.  

« Quand je suis venu pour entrer dans le véhicule, il a essayé de me poignarder dans le dos. J’ai contre-attaqué avec mon bras gauche. Il s’est essayé une deuxième fois et je l’ai arrêté avec ma main. On est tombé. L’altercation a continué et il a fini par lâcher son couteau », explique la victime.  

Les policiers ont fouillé l’hôtel et lancé un important déploiement pour traquer l’agresseur, qui a pris le large. La victime, Even Duscheneau-Boudreau, a pris sa voiture pour se diriger à l’entrée de l’hôtel et chercher de l’aide après l’agression.
PHOTO Guy Martel

La victime s’est rapidement dirigée en voiture vers l’entrée de l’hôtel pour aller quérir de l’aide, lui qui présentait une importante lacération à la main.   

« Le plancher de l’accueil était plein de sang. Le monde capotait un peu. Tout le monde s’est dirigé vers lui pour être sûr qu’il était correct », témoigne Christopher Mercier, un employé de l’hôtel.  

Pendant que le suspect prenait la fuite, la victime a été prise en charge par les ambulanciers pour être transportée au CHUL, où des points de suture lui ont été appliqués.« Il a carrément essayé de me tuer pour essayer de voler mon véhicule. C’est vraiment intense. J’ai déjà entendu des histoires comme ça, mais je ne pensais pas que ça se passait dans ma ville », se désole M. Duscheneau-Boudreau, qui n’avait toujours pas trouvé sommeil plusieurs heures après l’agression.  

Les policiers ont fouillé l’hôtel et lancé un important déploiement pour traquer l’agresseur, qui a pris le large. La victime, Even Duscheneau-Boudreau, a pris sa voiture pour se diriger à l’entrée de l’hôtel et chercher de l’aide après l’agression.
PHOTO Guy Martel

Suspect au large  

Le suspect s’est présenté à l’hôtel Plaza l’après-midi précédant l’incident, alors qu’il aurait donné son numéro de téléphone à la réception en disant avoir égaré des milliers de dollars au restaurant. Après l’incident, il serait passé sur la Rive-Sud à un certain point, selon la victime, qui a reçu un appel d’une banque de Saint-Nicolas tôt hier matin. « Il est parti avec mon portefeuille. Il a essayé de vider mon compte de banque », indique le chanteur.  

  

Le suspect.
Photo courtoisie
Le suspect.

Le suspect était toujours au large et recherché par les enquêteurs de la police de Québec au moment de mettre sous presse.  

Un geste « gratuit »  

Au lendemain du malheureux incident, la normalité avait retrouvé sa place à l’hôtel Plaza. Mais le caractère « gratuit » de cette « attaque » choquait toujours la directrice de l’établissement, Annie Robitaille.  

« Il y a des fous qui se promènent partout. On ne peut pas toujours savoir qui est qui. Dans un hôtel, les gens entrent et sortent. C’est une porte d’entrée », a réagi la directrice des Hôtels JARO, qui comprend l’hôtel Plaza, lorsque contactée par Le Journal.  

L’attaque aurait pu survenir « n’importe où », selon Mme Robitaille, ajoutant que l’hôtel Plaza est généreusement muni de caméras de surveillance à divers endroits. Les bandes vidéo ont d’ailleurs été offertes aux policiers afin de faire progresser l’enquête.  

 « Ça n’a tellement pas rapport avec l’hôtel, clame aussi Even Duscheneau-Boudreau. Ça aurait pu arriver n’importe où. Des stationnements souterrains sur Laurier, il y a en partout. »