/weekend
Navigation

Un premier solo pour Marilyn Castonguay

Un premier solo pour Marilyn Castonguay
Photo courtoisie, théâtre la manufacture

Coup d'oeil sur cet article

La comédienne s’apprête à relever un gros défi en montant sur les planches de la Grande Licorne avec Les filles et les garçons, un monologue percutant. Cette pièce coup-de-poing, signée par l’auteur britannique, Dennis Kelly, met de l’avant une femme qui a subi son lot d’épreuves et dont la carrière est plus reluisante que celle de son ex-conjoint.

Les planètes sont plutôt bien alignées pour la comédienne Marilyn Castonguay. Après avoir joué dans la populaire série télé L’Échappée, elle a décroché un rôle important au petit écran dans la nouvelle série de François Létourneau, C’est comme ça que je t’aime, et voilà qu’elle réalisera un premier solo sur scène. Des défis qu’elle accepte avec beaucoup d’humilité après s’être illustrée dans une quinzaine de pièces depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en 2010.

« J’étais dans la naïveté en acceptant ce défi », lance d’emblée la comédienne Marilyn Castonguay, qui admet ne pas avoir complètement réalisé l’ampleur du défi au moment où elle a accepté de porter cette pièce sur ses épaules. Dirigée par Denis Bernard pour l’occasion, avec qui la comédienne a joué dans la série Fatale-Station, elle est consciente que tout repose sur elle. « S’il y a quoi que ce soit de travers, ce sera de ma faute », ajoute-t-elle.

Outre le fait d’être seule sur scène, le texte représente également un défi. « Ce n’est pas un texte facile à jouer, car il compte de nombreuses couches », précise-t-elle. « Cette femme arrive avec une façade et, peu à peu, elle se déconstruit. »

Pour traverser ce défi, la comédienne a commencé en juin à apprendre son texte, sachant qu’elle aurait 50 jours de tournage pour la nouvelle série. 

« Le plus grand défi, c’est de trouver le souffle et l’énergie pour passer au travers de ce texte d’une heure quarante-cinq, tout en faisant ressortir tout ce qui doit être soulevé », confie la comédienne, qui précise qu’elle trouve un grand bonheur à être dirigée par Denis Bernard. « Il est présent, il me soutient, il est positif et il est à l’écoute de mes idées », souligne-t-elle.

Si le défi d’être seule sur scène semble vertigineux, le plaisir est aussi de la partie. « Il y a quelque chose de très grisant en même temps à faire ce solo », concède la comédienne. 

Des hauts et des bas

La pièce traduite pour le Québec par Fanny Britt, nous fera découvrir une femme qui raconte la rencontre avec son amoureux de l’époque dans un aéroport. L’homme deviendra le père de ses enfants. Une rencontre qui transformera sa vie. « Elle n’est plus amoureuse de cet homme, mais elle raconte pour quelles raisons elle l’a aimé », fait remarquer l’actrice. Parallèlement à sa vie amoureuse, la protagoniste a évolué professionnellement pour devenir productrice de films. Mais sa vie a ensuite basculé de manière brutale. 

Choisir la vie

La pièce est aussi une histoire de résilience et de courage. « J’espère que les spectateurs vont ressentir tout l’espoir que l’on peut retrouver chez l’humain et dans la société », explique-t-elle. « On est beaucoup plus fort que l’on pense, si on choisit la vie, même lorsque l’on croit que l’on ne survivra pas. »

En plus de pouvoir la suivre au petit écran dans la série C’est comme ça que je t’aime, à compter de mars sur l’extra de tout.tv, Marilyn Castonguay sera également sur les planches en avril prochain dans la pièce Une conjuration, où elle formera un trio avec Alexis Martin et Daniel Brière à l’Espace Libre.

Les filles et les garçons            

Auteur: Dennis Kelly

Metteur en scène: Denis Bernard

Distribution: Marilyn Castonguay

Du 14 janvier au 22 février

Au Théâtre La Licorne (salle principale)