/weekend
Navigation

De la réalité vers la fiction

De la réalité vers la fiction
Photo courtoisie, Le Petit Russe

Coup d'oeil sur cet article

Interpellée par la tragédie ferroviaire survenue à Lac-Mégantic, l’auteure Alexia Bürger a voulu porter le drame sur les planches. D’abord présentée au Théâtre d’Aujourd’hui où elle a connu un franc succès, la pièce Les Hardings sera reprise prochainement au Théâtre Duceppe. 

Cette terrible tragédie du 6 juillet 2013 demeurera sans doute tatouée dans la mémoire collective des Québécois. Mais l’auteure, qui n’est pas de la région de Mégantic, n’a pas voulu centrer sa pièce uniquement sur Thomas Harding, conducteur de train devenu malheureusement célèbre lorsque le train dont il avait la responsabilité a déraillé, puis explosé au centre de la paisible ville, lors de cette catastrophe ferroviaire. « J’ai été touchée par cette tragédie dans son ensemble et surtout choquée lorsque j’ai réalisé que, dans les jours suivant la tragédie, on tenait principalement responsable le conducteur du train », rappelle l’auteure Alexia Bürger qui, en tant que citoyenne, ressentait aussi le besoin de faire quelque chose. D’autant plus qu’elle constatait que Thomas Harding était un père de famille qui avait la réputation d’être très rigoureux dans son travail. Elle n’a pas hésité à entrer en contact avec son avocat afin d’en apprendre davantage sur l’homme et d’avoir son autorisation pour en faire une pièce. « Son avocat m’a soutenu tout au long de la démarche », ajoute l’auteure qui signe également la mise en scène.

Fiction et réalité

Sans vouloir tomber dans le théâtre documentaire, Alexia a tenu à présenter les faits qui se sont réellement produits avec rigueur et professionnalisme en procédant à de multiples recherches qui se sont étendues sur près de deux ans. Elle a voulu en apprendre davantage notamment sur les règles dans ce domaine, prescrites par Transport Canada, sur l’inflammabilité du pétrole et l’état des wagons. 

« C’est en faisant des recherches sur Thomas Harding que j’ai trouvé des centaines de Thomas Harding, explique-t-elle. J’ai choisi d’en mettre trois sur scène, qui avaient un certain lien entre eux. » 

Ainsi, tout en respectant un aspect biographique lié à l’histoire du cheminot, elle a opté pour la fiction à propos des histoires des deux autres Hardings, même si leurs métiers respectifs sont bien réels. 

Outre le conducteur de train, interprété par Bruno Marcil, un des autres Thomas Harding, campé par Patrice Dubois, est un chercheur néo-zélandais qui a perdu sa fille dans un accident de scooter en raison d’un problème de frein.

Quant au troisième Harding, personnifié par Martin Drainville, il est américain et travaille pour une firme new-yorkaise qui se spécialise en assurance-responsabilité. « C’est un homme qui a déjà assuré des pétrolières », lance l’auteure.

Beaucoup de respect

Consciente que Thomas Harding a servi en quelque sorte de bouc émissaire, jamais elle ne pointe du doigt le cheminot, d’autant plus qu’elle a écrit sa pièce pendant que le procès, auquel elle a assisté, était en cours. 

Trois mois avant la première de son spectacle, le verdict du procès criminel de Thomas Harding est tombé. Alexia Bürger n’a pas hésité a remanier son texte afin d’ajouter des faits évoqués. « Ce spectacle aborde notre responsabilité collective, notre rapport à la vigilance, le deuil et la façon dont on traite nos semblables », fait remarquer l’auteure. 

Même si Thomas Harding n’a pas assisté à la pièce en 2018, plusieurs citoyens de Mégantic l’ont vue.

Alexia Bürger a coécrit avec Fanny Britt la pièce Lysis qui sera présentée au TNM en avril prochain. Elle fera également la mise en scène et la dramaturgie de la pièce J’ai cru vous voir avec Pascale Bussières et Jean-François Casabonne, à l’affiche à l’Espace Go également en avril.

Les Hardings  

Auteure et metteuse en scène : Alexia Bürger

Distribution : Martin Drainville, Patrice Dubois et Bruno Marcil 

Du 15 janvier au 15 février

Au Théâtre Duceppe (suivi d’une tournée)