/news/green
Navigation

[EN IMAGES] Admirer les baleines en hiver, une rareté

Coup d'oeil sur cet article

Un observateur de mammifères marins nous amène voir les baleines, au cœur du fleuve Saint-Laurent.  

Jacques Gélineau contemple les mammifères marins près de chez lui depuis plus de 20 ans, mais rarement a-t-il pu prendre le large aussi tardivement. «D’habitude, on termine en décembre parce qu’après, les quais se bouchent de glace», explique le marin. 

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Une sortie d’observation des baleines en janvier, au large de Port-Cartier, ça ne s’improvise pas. Il faut d’abord déglacer et dégager la descente de bateau et s’assurer au préalable que les eaux ne sont pas encombrées de glace.  

Première rencontre de la journée: deux baleines bleues, les plus grands mammifères sur Terre, une espèce menacée. Puis, une dizaine de rorquals communs. Et enfin, un petit rorqual, une espèce rarement observée en hiver dans cette zone.  

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Jacques Gélineau identifie les mammifères et note ses observations pour des organismes de recherche avec qui il collabore. La présence accrue des baleines depuis quelques années l’incite à poursuivre son travail, qu’il qualifie d’«initiative citoyenne».  

Depuis quelque temps, il remarque un changement dans la distribution des différentes espèces animales. «C’est probablement en relation avec le réchauffement de la colonne d’eau au sud. Je ne sais pas ce qui va se passer dans l’avenir, mais ce n’est pas parce qu’il y a plus de baleines que c’est nécessairement une bonne nouvelle», estime-t-il. 

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Jacques Gélineau s’inquiète des risques de collision entre les navires et les baleines.  

«C’est un grand danger parce qu’il y a au-delà de 1000 grands navires qui circulent dans une année, ici. Si on veut faire un développement durable, cela nous prend le concours de tout le monde, puis moi, ma contribution, c’est d’essayer de montrer le portrait de tout ça», explique-t-il.  

Il croit qu’en documentant la présence des animaux, des mesures seront un jour prises pour imposer des limitations de vitesse à l’approche de Sept-Îles et Port-Cartier.