/misc
Navigation

Les Iraniens possèdent-ils une arme imparable?

Le missile de croisière iranien Hoveizeh
Photo Wikipedia Le missile de croisière iranien Hoveizeh

Coup d'oeil sur cet article

Alors que la situation continue de se détériorer au Moyen-Orient, un haut responsable politique de Téhéran affirme que l’Iran pourrait cibler Tel-Aviv et Haïfa pour venger le général Qassem Soleimani.  

Mohsen Rezaei, le secrétaire du puissant Conseil d'État iranien et conseiller du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei déclare sur Twitter que c’est Israël qui a donné aux Américains des informations permettant de le tuer. 

L’Iran est convaincu d'avoir réussi à produire des missiles de croisière que ni les États-Unis ni Israël ne peuvent intercepter. Le site de renseignement militaire israélien DEBKAfile rapporte que l'Iran a testé, en février 2019, le nouveau missile de croisière Hoveizeh qui a une portée de 1350 km, suffisante pour atteindre Israël et les 35 bases américaines au Moyen-Orient et en Asie centrale.  

Selon le ministre iranien de la Défense, le général Amir Hatami, le missile a la capacité de frapper des cibles au sol avec une grande précision et peut déjouer les contre-mesures électroniques les plus sophistiquées. DEBKAfile révèle que des experts militaires israéliens lui ont confié qu’effectivement, aucune force militaire dans le monde n'a trouvé un moyen efficace d'intercepter de tels missiles de croisière. 

Les forces de défense israéliennes estiment que Téhéran va utiliser la crise actuelle pour se venger des frappes aériennes d’Israël contre des formations armées pro-iraniennes en Syrie et en Irak. Le missile de croisière israélien Delilah, d'une portée de 250 km, est capable d'échapper à l'interception par l'armée syrienne et les forces russes basées en Syrie. Les États-Unis ont aussi utilisé des missiles de croisière Tomahawk pour des attaques en Syrie et ailleurs dans le monde. 

Israël craint une attaque à grande échelle de missiles de croisière et de drones semblable à la frappe récente contre les installations pétrolières d'Aramco en Arabie saoudite attribuée à l'Iran. 

Contrairement aux missiles balistiques, les missiles de croisière et les drones volent à très basse altitude, les rendant presque impossibles à détecter et à intercepter. Selon DEBKAfile, des porte-avions nucléaires américains et leurs navires d’escorte pourraient éventuellement intercepter le nouveau missile iranien. Dans l’environnement plat et dégagé de la mer, la couverture radar offerte par l’ensemble du groupe naval et le système intégré de traitement de données des navires pourraient s’avérer efficaces contre une telle attaque. 

Des analystes militaires israéliens craignent que l'Iran choisisse d'attaquer Israël à partir du Yémen pour rendre encore plus difficile l’interception de ses missiles de croisière et de ses drones. Les défenses antiaériennes d’Israël sont optimisées pour s’opposer à des attaques provenant du nord (Liban et Syrie) plutôt que du sud.