/opinion/columnists
Navigation

Objectif 0,930 pour Carey Price

Coup d'oeil sur cet article

Avant la séquence de huit défaites du Canadien, Carey Price était en avance sur sa saison 2018-19 et, en date du 19 novembre, il occupait même le 11e rang de notre classement hebdomadaire.

Les choses ont changé, et le voici au 26e échelon avec des statistiques accusant un léger retard sur l’an dernier, mais la situation de l’équipe est pire. La commande est très lourde. 

À pareille date en 2019, Price avait pris son envol après un début de saison difficile. Sa fiche était de 16 victoires, onze revers et quatre défaites en surtemps avec un taux d’efficacité de 0,908 et une moyenne de buts alloués de 2,76. Aujourd’hui, son dossier est légèrement inférieur à 16-14-4, 0,902 et 3,00. 

Le problème, c’est que Price devra connaitre une deuxième moitié de saison supérieure à sa très bonne deuxième portion de la saison 2018-19.  

À l’heure actuelle, le Canadien se dirige vers une saison de 86 points, dix de moins que la saison dernière, et si on ne revoit pas le Price des grands jours sur une base régulière, on va fermer les livres de bonne heure au Centre Bell. 

À la mi-saison 2018-19, le Canadien était dans le portrait des séries avec 49 points, un tempo de 98 points. Aujourd’hui, après 41 matchs, le Canadien a 43 points (à 6 points du 8e rang) pour une projection de 86 points. 

Price avait connu une séquence de 26 matchs de qualité (taux d’efficacité de 0,900 ou plus) à ses 34 derniers matchs, soit un excellent ratio de 77 %. Son pourcentage de ratio de matchs de qualité cette saison est à 62 % (21 en 34). Sa fiche, lorsqu’il arrête 90 % des tirs, est de 12-5-4 et lorsque c’est sous la barre des 0,900, elle est de 4-9. 

En supposant que le Canadien ait besoin de 98 points pour faire les séries, Price et son auxiliaire devront récolter 55 points en 42 matchs d’ici la fin de la saison, soit 12 de plus qu’en première moitié. 

55 points en 2e moitié

En présumant que son adjoint gagne six points en huit parties, Price devra aller chercher 49 points en 34 parties, soit 13 de plus qu’en première moitié. C’est beaucoup. Il ne peut se permettre plus que quatre performances ordinaires. En supposant qu’il gagne deux points en quatre sorties moyennes, le Price ordinaire et son adjoint gagneront 8 points. 

Reste donc 47 points que Price devra gagner en 30 parties en étant soit très bon, soit excellent. S’il performait à un taux d’efficacité de 0,920 dans ces 30 parties, le Canadien aurait une petite chance d’accéder aux séries. 

Possible mais improbable

En 14 parties de 0,920 ou plus, cette saison, Price a récolté 24 points (11-1-2), c’est-à-dire 1,71 point par partie. En 30 matchs, ça pourrait se traduire en 51 points ajoutés aux 43 actuels pour un total de 94 points. Ça risque d’être insuffisant. 

Si on fixe l’objectif à 0,930, c’est possible. Price a eu 12 matchs de ce genre, cette saison (fiche de 10-0-2), et 28 l’an dernier. Idéalement, ça lui prendrait une vingtaine de matchs de 0,930 en 34 parties pour un total de saison de 32. C’est gigantesque. 

Le CH a besoin d’un Carey Price à 0,930, rien de moins. 

Vers les 60 matchs

L’an dernier, huit gardiens ont franchi le cap des 60 matchs et, jusqu’au début de la semaine, il y en avait 11, mais Joonas Korpisalo est tombé au combat au grand dam de son entraineur à Columbus, John Tortorella.  

Il en reste donc dix qui peuvent atteindre ce chiffre. Connor Hellebuyck est sur une cadence de 70 matchs ; Carey Price, 68.  

Les autres qui peuvent atteindre la soixantaine sont : Frederik Andersen, Sergei Bobrovsky, David Rittich, MacKenzie Blackwood, John Gibson, Jordan Binnington, Marc-André Fleury et Martin Jones. 

 

RANG PRÉNOM NOM ÉQUIPE POINTS
1 Tristan Jarry PIT 10336
2 Connor Hellebuyck WPG 10323
3 Darcy Kuemper ARI 10322
4 Ben Bishop DAL 10308
5 Robin Lehner CHI 10297
6 Frederik Andersen TOR 10276
7 Jacob Markstrom VAN 10272
8 Tuukka Rask BOS 10261
9 Anton Khudobin DAL 10254
10 Jaroslav Halak BOS 10251
11 Jordan Binnington STL 10230
12 David Rittich CGY 10223
13 Pavel Francouz COL 10218
14 Semyon Varlamov NYI 10209
15 Joonas Korpisalo CBJ 10204
16 Antti Raanta ARI 10187
17 Marc-Andre Fleury VEG 10176
18 Linus Ullmark BUF 10159
19 John Gibson ANA 10155
20 Andrei Vasilevskiy TBL 10150
21 Mikko Koskinen EDM 10149
22 MacKenzie Blackwood NJD 10147
23 Thomas Greiss NYI 10145
24 Philipp Grubauer COL 10125
25 Henrik Lundqvist NYR 10121
26 Carey Price MTL 10116
27 Alexandar Georgiev NYR 10089
28 Anders Nilsson OTT 10059
29 Braden Holtby WSH 10058
30 Jonathan Bernier DET 10049
 
Note sur le classement
 
Le classement informatisé des gardiens de but présenté par Le Journal utilise la même formule que celle préconisée par le magazine Goalies’World entre 1996 et 2011. Le nombre de matchs joués, le nombre de tirs, la moyenne d’efficacité, la moyenne de buts alloués, les victoires et les jeux blancs font partie de l’équation, chaque statistique ayant un poids différent. Ce classement peut être comparé à ­celui des marqueurs. Plus la saison avance, plus le classement se stabilise.