/sports/football/alouettes
Navigation

Qui sera président des Alouettes? Éric Lapointe a sa petite idée

Qui sera président des Alouettes? Éric Lapointe a sa petite idée
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Éric Lapointe et son groupe ont tenté en vain d’acheter les Alouettes de Montréal. L’équipe de la Ligue canadienne de football (LCF) a plutôt été vendue cette semaine à deux hommes d’affaires ontariens, Gary Stern et Sid Spiegel, après huit mois de recherches de nouveaux propriétaires.

• À lire aussi: Mario Cecchini à la présidence des Alouettes?

• À lire aussi: Les Alouettes vendus à des intérêts ontariens

En expliquant la décision de choisir l’offre déposée par Stern et Spiegel, le commissaire de la LCF Randy Ambrosie a dit que celle-ci se démarquait car le financement n’était pas un problème.

«Les autres groupes étaient à la recherche d’investisseurs et se concentraient à mettre des consortiums en place», a-t-il affirmé.

Lapointe ne se formalise pas vraiment de cette déclaration. Pourtant, c’est Ambrosie lui-même qui l’avait approché au printemps dernier.

«Ça ne me dérange pas trop. Ambrosie a raison, je ne suis pas milliardaire. Mais c’est quand même lui qui m’a appelé pour que je monte un groupe de gens fortunés. C’est lui qui m’a convaincu de bâtir ce groupe, a révélé Lapointe, mercredi, à TVA Sports. Je me sens mal pour eux.»

Un président en priorité

Lapointe a aussi tenu à remettre les pendules à l’heure sur la question monétaire.

«On n’a jamais manqué d’argent. Le plan était bien structuré, autant du côté administratif que pour les opérations football. On avait même une maquette pour le centre d’entraînement. On était rendu loin dans le processus.»

Selon lui, la priorité des Alouettes est maintenant de trouver un président. Et il a sa petite idée sur son identité...

«Je pense pas mal savoir c’est qui! Disons simplement que c’est quelqu’un qui aurait dû être là il y a quelques années. Il avait été suggéré à Bob Wetenhall par un grand banquier de Montréal. Je suggérais le même gars. C’est le gars que ça prenait à l’époque et c’est toujours le cas aujourd’hui», a dit Lapointe, en se gardant toutefois de révéler son identité.