/opinion/columnists
Navigation

Trump et la réponse proportionnelle

FILES-US-POLITICS-ELECTION
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dans un épisode mémorable de la mythique série américaine The West Wing, diffusée au début des années 2000, le président Bartlet (Martin Sheen) est confronté à un dilemme moral, politique et stratégique de taille.

Il s’agit du concept de «proportional response». La réponse proportionnelle. Suite à une attaque d’un pays étranger, un membre de l’armée américaine, que le président connaissait personnellement, perd la vie.

Équilibre

Cet incident provoque la colère du commandant en chef, qui promet d’attaquer les coupables avec «la fureur du tonnerre de Dieu». Ses plus proches conseillers lui parlent alors de l’importance de la réponse proportionnelle.

Peser le pour et le contre. Trouver l’équilibre entre la réaction musclée démontrant que les tentatives d’intimidation n’affaibliront pas le pays et le risque d’engendrer une crise encore plus grave.

Ce principe peut être incroyablement frustrant pour tout dirigeant souhaitant vengeance et ayant le pouvoir de mettre à genou tous les sans scrupules de la planète.

Dans The West Wing, la raison l’emporte sur l’émotion. Mais dans le réel, ce n’est pas toujours le cas.

Iran

Et c’est pourquoi il faut s’inquiéter des agissements du président Trump envers l’Iran. Certes, ce pays et ses dirigeants ne sont pas des enfants de chœur, à commencer par le général Soleimani qui a été assassiné la semaine dernière.

Mais un président se doit d’évaluer adéquatement les conséquences de ses gestes.

Oubliez tous les préjugés défavorables que plusieurs entretiennent envers The Donald pour ses innombrables frasques. Ou ceux, favorables, des inconditionnels qui carburent à voir ce président non orthodoxe barouetter les médias.

Une simple observation objective des récents événements soulève des doutes sérieux sur la capacité de Trump à agir avec doigté dans un dossier aussi sensible que celui-ci.

La réponse proportionnelle ne semble pas être un concept acquis par celui qui croit diriger la main de Dieu. Et cela n’est pas rassurant.