/entertainment/shows
Navigation

Revue et corrigée à Québec: une revue de l’année totalement efficace

Un premier passage à Québec complètement réussi pour Revue et corrigée

2019 Revue et corrigée
Photo Courtoisie, François Laplante-Delegrave Suzanne Champagne devient Safia Nolin dans une parodie de la chanson Coton ouaté de la formation Bleu Jeans Bleu.

Coup d'oeil sur cet article

Radio-Canada devrait peut-être penser, pour la prochaine édition du Bye bye, à engager les auteurs de Revue et corrigée. Le diffuseur éviterait peut-être ainsi les critiques assassines obtenues en début d’année. 

Après le Beu-Bye, Salut 2019 ! et le controversé Bye bye, c’était au tour de 2019 Revue et corrigée de faire revivre, au Capitole de Québec, l’année qui vient de se terminer. Une première pour cette tradition montréalaise qui a vu le jour en 2005. 

On pensait, de prime abord, que la revue de l’année de Denise Filiatrault, mise en scène par Nathalie Lecompte, arrivait peut-être un peu tard, mais ça n’a pas été le cas. Revue et corrigée a revisité de belle façon l’année politique et artistique 2019. Un spectacle rodé et rythmé où on a tiré, avec efficacité, pas mal sur tout. 

L’équipe de comédiens, constituée de Suzanne Champagne, François Parenteau, Julie Ringuette, Marc St-Martin et Martin Vachon, a donné vie, dans plusieurs numéros réussis, aux textes de Cassandre Charbonneau-Jobin, Étienne Marcoux, Luc Michaud et Dominic Quarré. 

On réalise, après 90 minutes de spectacle, que les sujets qui étaient propices à de bons numéros ont été nombreux en 2019.  

2019 Revue et corrigée
Photo Courtoisie, François Laplante-Delegrave

Les Stastny 

Une soirée lancée avec l’incontournable Greta Thunberg, dans son imperméable jaune et sur son bateau, entourée par le Dominic Champagne ressemblant de François Parenteau, David Suzuki, Manon Massé et la mairesse de Montréal Valérie Plante. 

Julie Ringuette, excellente dans plusieurs personnifications, a livré une superbe performance dans la peau de Céline Dion, invitée à l’émission En direct de l’univers, où elle a chanté en duo avec Jean-Pierre Ferland. Elle a été bonne toute la soirée.  

Le numéro où un Michel Bergeron dépassé et décontenancé découvre l’œuvre d’art rendant hommage aux frères Stastny a été le gagnant de la soirée. Un segment qui semble avoir été écrit spécialement pour les spectacles de Québec. 

«En as-tu vraiment besoin du 3e lien?», a aussi demandé l’économiste Pierre-Yves McSween au maire Labeaume, bien interprété par Marc St-Martin, totalement dans l’esprit du personnage. Quelques mesures de I’m Still Standing d’Elton John faisant référence au cancer qu’il a combattu. 

Un autre bon flash a été de raconter l’ascension de Bianca Andreescu dans une mini-comédie musicale inspirée de Mama Mia !, où Dancing Queen est devenu Tennis Queen. Tout comme le Coton ouaté de Bleu Jeans Bleu avec la présence d’une Suzanne Champagne en Safia Nolin. 

On retrouve un clin d’œil à Bianca Andreescu, sa mère et son chien.
Photo Courtoisie, François Laplante-Delegrave
On retrouve un clin d’œil à Bianca Andreescu, sa mère et son chien.

On a bien aimé, aussi, la parodie réussie de District 31 avec la présence de Poupou, du commandant Chiasson, du duo Brunick et de Gabrielle Simard, bien livrée par Suzanne Champagne. 

Marc St-Martin est une des révélations de cette 15e édition. Il a été solide, tout au long de la soirée, en se glissant dans la peau de Patrick Bruel, d’Émile Bilodeau, du maire Labeaume, du journaliste Patrice Roy, de François Legault et de Guy A. Lepage. 


Le spectacle 2019 Revue et corrigée est présenté à nouveau ce soir à 20 h, samedi à 15 h et 20 h, et dimanche à 15 h au Capitole.