/news/currentevents
Navigation

Une Trifluvienne se souvient du séisme en Haïti

Coup d'oeil sur cet article

Dimanche marquera un triste anniversaire: il y a 10 ans, Haïti était secoué par un terrible tremblement de terre qui a fait au moins 200 000 morts. 

Éva Camirand-Chassé, une jeune de Trois-Rivières, était à Port-au-Prince lorsque la terre a tremblé. 

Les images d'horreur, de détresse et de chaos l'ont marquée à jamais. 

«J'entendais des milliers d'Haïtiens crier parce qu'eux venaient de vivre un drame effroyable, alors que, nous, on était à l'hôtel, et rien n'est arrivé à l'hôtel», dit-elle, en se rappelant avec émotion l'après-séisme. 

Le 12 janvier 2010, elle terminait un voyage humanitaire avec 70 autres Québécois. Cette journée-là, elle a évité la mort, mais au moins 200 000 autres personnes n'ont pas eu cette chance. 

Les souvenirs de l'évacuation de son groupe par l'ONU sont quand même très douloureux, et elle a de la difficulté à contenir ses larmes quand elle y pense ou en parle. 

«On voyait des milliers de personnes dehors; des petits enfants de 5 ans qui avaient leurs frères ou sœurs dans les bras qui avaient 3 ou 4 mois, et le mot d'ordre était: "Vous roulez!"», relate-t-elle. 

Ne pas pouvoir aider alors qu'elle était justement dans le pays en mission humanitaire a été difficile. Un an plus tard, elle a donc tenu à y retourner, et c'est ce qu'elle a continué de faire jusqu'à 2014. Éva est aujourd'hui mère. Elle a donc pris une pause des missions humanitaires, mais elle se promet de retourner un jour en Haïti, auprès de ce peuple qui l'inspire par sa résilience.