/sports/football/rougeetor
Navigation

La retraite pour Samuel Lefebvre

Le centre du Rouge et Or renonce à une 5e saison et à un futur dans la LCF pour joindre l’entreprise familiale

Rouge et Or Football
Photo d’archives, Simon Clark L’heure de la retraite a sonné pour Samuel Lefebvre. Le centre étoile se joindra à l’entreprise familiale, où un emploi l’attend.

Coup d'oeil sur cet article

Le centre étoile Samuel Lefebvre prend sa retraite et renonce à sa dernière saison d’admissibilité dans les rangs universitaires pour joindre les rangs de l’entreprise familiale.

Élu sur les équipes d’étoiles canadiennes à trois reprises, dont la première constellation, en 2018, le centre du Rouge et Or de l’Université Laval a été partant dès le jour 1 à Laval, où il a débuté comme garde après s’être fracturé une main, ce qui l’empêchait d’effectuer les remises.

« Mon bac est terminé et je ne voulais pas amorcer une maîtrise pour disputer une 5e saison, a expliqué Lefebvre. Je suis plus intéressé par la perspective de me joindre à l’entreprise familiale plutôt que de tenter ma chance dans la LCF. Je suis rendu à un point de vivre d’autres expériences que l’école. J’ai plus le goût de me lever le matin pour aller travailler que pour jouer dans la LCF. »

Invité au Défi Est-Ouest à Carleton en mai dernier avec les meilleurs espoirs en prévision du prochain repêchage, Lefebvre avait rencontré les Tiger-Cats de Hamilton au terme de la saison du Rouge et Or.

Sa famille est propriétaire de Jyga Technologies, qui vend de l’équipement agricole et qui opère une ferme porcine à Saint-Lambert. Il deviendra représentant, en plus d’occuper des tâches connexes.

À la croisée des chemins

Si certains avaient vu venir le coup, d’autres sont tombés en bas de leur chaise. « Je mijotais ma décision depuis un petit bout, a-t-il raconté. Après la Coupe Dunsmore, je savais que j’avais disputé mon dernier match à Laval, même si ma décision n’était pas prise. J’ai été m’asseoir dix minutes dans les gradins en équipement après le match pour vivre mon deuil. »  « Parce que ma carrière ne s’est pas terminée comme je le voulais avec la défaite à la Coupe Dunsmore, j’ai hésité avant de prendre la décision de me retirer et songé à revenir pour une autre année, mais il n’y avait aucune garantie qu’on puisse tout gagner en 2020, de poursuivre le bachelier en administration des affaires. J’ai vécu quatre années incroyables ; j’ai eu la chance de gagner la Coupe Vanier à deux reprises, dont à ma première saison en 2016, et à Québec en 2018 ; et j’ai reçu de beaux honneurs individuels. Ce furent des années exceptionnelles, mais le moment était venu de passer à autre chose. »

Lefebvre aurait pu retarder sa décision et tenter sa chance au camp d’évaluation national de la LCF en mars, à Toronto, mais il voulait donner l’heure juste rapidement à tout le monde.

« Je n’aurais pas été à l’aise de quitter après un mois de séances d’entraînement d’une équipe de la LCF, a-t-il expliqué. Je ne voulais pas qu’une équipe perde un choix sur moi. Carl (Brennan) m’a dit que si ça ne brûlait pas en dedans de moi, je n’aurais pas de plaisir et de succès dans la LCF. Cet argument m’a fait réaliser que j’étais à la croisée des chemins. »

« Un premier contrat dans la LCF est de trois ans et je ne voulais pas mettre toutes les autres phases (famille, maison) de ma vie sur pause, d’ajouter le produit des Faucons de Lévis-Lauzon. Je ne voulais pas que mon agent (Sasha Ghavami) travaille pour rien, et il a été compréhensif. Aussi, je voulais permettre aux entraîneurs de Laval de préparer la prochaine saison en connaissant mes plans. »

Le départ de Lefebvre, combiné à ceux du bloqueur Kétel Assé et du garde Samuel Thomassin, qui ont complété leur parcours universitaire et qui tenteront leur chance au niveau supérieur, laissera un très grand vide au sein de la ligne offensive.

Un autre joueur du Noir et Or se joint à l’Université Laval

Le Rouge et Or de l’Université Laval a aimanté un autre joueur de ligne offensive du Noir et Or de Valleyfield.

Après Jason Lauzon-Séguin en 2012 ainsi que Nicolas Thibodeau et Jonathan Plé en 2017, le garde Jérémy Lebel poursuivra sa carrière à Laval. « Nicolas était présent au moment de ma visite et il a été sincère dans ses commentaires pour me présenter la situation », a souligné le garde de 6 pi 2 po et 290 lb. « J’ai connu Nicolas l’été que je me suis joint au Noir et Or. C’est un modèle qui a connu du succès à Laval. »

« J’aime beaucoup Carl [Brennan], et nous avons toujours eu un bon contact quand il est venu nous coacher au camp de printemps pendant mes trois saisons, de poursuivre Lebel. Je m’entends bien aussi avec Justin [Éthier], qui était le coordonnateur offensif avec l’équipe du Québec quand nous avons remporté l’or en 2017. »

Courtisé aussi par les Gee Gees d’Ottawa, Lebel a tranché finalement entre le Rouge et Or, les Carabins de l’Université de Montréal et le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke. « Je voulais rester au Québec parce que les frais sont beaucoup plus élevés en Ontario, et Ottawa n’offrait pas mon programme en éducation physique, a-t-il expliqué. J’avais de bons liens avec les entraîneurs de ligne offensive à Montréal et Sherbrooke, mais ça s’arrêtait là. »

Deux positions

Utilisé comme centre dans les rangs scolaires, Lebel a principalement évolué comme garde avec le Noir et Or. « Je peux jouer aux deux positions. Je n’ai reçu aucune promesse, mais je vais compétitionner. Je vais tenter de me tailler un poste parmi les sept ou huit joueurs de ligne offensive qui seront habillés. »

Lebel est le troisième joueur de ligne offensive à se joindre au Rouge et Or après Samuel Faucher, des Condors de Beauce-Appalaches, et Nathaniel Dumoulin-Duguay, des Pionniers de Rimouski. Joueur de ligne offensive par excellence en Division 1, Samuel Quévillon, des Spartiates du Vieux Montréal, est dans la mire du Rouge et Or et de toutes les équipes du RSEQ.