/investigations/truth
Navigation

Legault ne fait pas pire que Trump

QS Alexandre Leduc
Photo Agence QMI, Simon Clark Le député de Québec solidaire, Alexandre Leduc.

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ

Le député de Québec solidaire Alexandre Leduc a dénoncé mercredi l’écart entre les ultrariches et les « gens ordinaires ». Il a accusé le premier ministre François Legault de « faire pire que Trump », arguant que « la disparité entre la rémunération moyenne des travailleurs et des travailleuses et celle des PDG les mieux nantis au Québec dépasse à la fois le Canada et les États-Unis » et que « la CAQ creuse le fossé entre les gens ordinaires et les ultrariches ».

LES FAITS

Le député Leduc se trompe sur toute la ligne. D’abord, les données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) calculant les inégalités entre les revenus montrent clairement que les États-Unis ont des écarts de richesse beaucoup plus importants qu’au Canada. En effet, les 10 % des plus riches Canadiens ont des revenus 4,1 fois plus élevés que les 10 % plus pauvres. Aux États-Unis, c’est 6,2 fois plus. De plus, selon Statistique Canada les revenus des 10 % plus riches Québécois sont 3,7 fois plus élevés que les 10 % plus pauvres.De plus, M. Leduc se base sur un rapport compilant les salaires des 100 PDG les plus riches des entreprises cotées à la bourse de Toronto. Même si certains de ces PDG sont Québécois, ce rapport ne permet pas de faire de comparaison entre le Québec et le Canada. Enfin, il faut souligner que ce rapport se base sur des données de 2018, l’année où le gouvernement Legault a été élu en octobre.

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE : 290 418 $

C’est la valeur totale des téléphones cellulaires perdus ou abîmés de façon accidentelle à l’intérieur des ministères ou organismes fédéraux dans la dernière année.Cela correspond à 572 appareils, selon les données des comptes publics pour 2018-2019.

Chaque année, le gouvernement canadien répertorie les divers articles de bureaux et équipements qui sont dérobés, vandalisés, égarés ou endommagés.

Certains objets volés sont toutefois surprenants, comme une trousse routière d’urgence (74 $), une bicyclette (1500 $) à la Gendarmerie royale et deux plaques de bronze (8000 $) chez Parcs Canada.

— Sarah Daoust-Braun

Sur le même sujet