/misc
Navigation

Les vraies affaires svp

Canadiens c Jets
Photo Pierre-Paul Poulin Le Canadien pourrait obtenir un premier choix au repêchage en retour de Tomas Tatar.

Coup d'oeil sur cet article

Le département des relations publiques du Canadien doit adopter la transparence absolue en vue «du dernier droit » de l’actuelle saison. 

« Nous ne démissionnons pas, nous allons tenter de gagner chacun de nos matchs. Toutefois, dans notre division et notre association ultracompétitives, nous comprenons qu’il faudra un miracle afin de réussir à entrer en séries éliminatoires en avril prochain. Au cours des prochains jours, des prochaines semaines et des prochains mois, nous prendrons toute décision jugée favorable à nous assurer de contrôler notre destinée du jour un au jour dernier de la saison 2020-2021 et des suivantes, avec pour objectif d’entrer en séries éliminatoires et être compétitifs, en route vers la coupe Stanley. »  

C’est pas sorcier, c’est limpide. Seuls les ignares vont continuer de faire la sourde oreille à des propos aussi clairs. 

Clairs sans révéler quelque détail que ce soit, ce qui est stratégiquement crucial. Mais pour les besoins de cette chronique : 

Tomas Tatar a une autre année de contrat en 2020-2021. Il est en voie de connaître la meilleure saison de sa carrière pour la deuxième année de suite. Il lui sera difficile de demeurer dans le top 6 en attaque avec le CH d’ici deux ans, moment où sa valeur aura commencé sa spirale descendante. Il peut rapporter au moins un premier choix en juin. Il doit être monnayé.  

L’enfant roi

Max Domi est un enfant roi. Il oriente généralement les décisions le concernant en fonction de ses envies. Le petit garçon ne veut pas jouer à l’aile. Toutefois, il ne rend personne meilleur à titre de joueur de centre. Une réflexion s’impose et un contrat pont de deux ans n’est pas du tout impensable cet été.

La saison prochaine sera la dernière aux contrats de Gallagher, Danault et Petry. Si je prends le risque d’attendre à l’été 2021 pour offrir ou pas un nouveau contrat à Petry, je fais de Gallagher et Danault mes priorités de l’été qui s’en vient.

Ces deux soldats sont valeureux et fiers. Ils font partie de la solution et doivent recevoir leur juste part du gâteau. 

Bye-bye Julien

Enfin, Claude Julien doit terminer la saison actuelle et être remercié, lire sacrifier au bilan en avril. Julien a échoué dans ce deuxième séjour avec le CH. Ses méthodes étaient parfaites il y a 10 ans encore, ce n’est plus le cas. Il tire le meilleur des moins bons, mais peut-il rendre les meilleurs encore meilleurs ? Non.

Bientôt, le Canadien va aspirer à gagner ses matchs sur l’expression du talent brut, pas sur le principe de bien jouer sans la rondelle. Les décisions
de banc de Julien rapprochent le
Canadien d’une meilleure chance à la loterie Lafrenière et dans les circonstances actuelles, c’est parfait.

Et puis, à partir de la fin de février, il pourra mener la barque comme il aime le faire. Poehling, Suzuki, Kotkaniemi et Fleury seront partis apprendre à gagner en séries avec Joël Bouchard à Laval et Claude Julien aura tout le loisir d’utiliser Weal, Cousins et Thompson à toutes les sauces.

Coup de cœur 

Au premier week-end des éliminatoires de la NFL. Je ne me rappelle pas un aussi bon quatuor de matchs des équipes « wild card » depuis 10 ans. Un seul résultat attendu, la victoire des Seahawks de Seattle sur les Eagles de Philadelphie dans le match le plus endormant de la fin de semaine. Trois surprises imposantes, les victoires de Houston, Tennessee et Minnesota, dans les trois cas dans des rencontres à grand suspense. Ça promet pour la suite avec l’entrée en scène des vrais bons clubs, aujourd’hui et demain.  

Coup de gueule 

Aux Bills de Buffalo. Cette équipe presque en transit vers Toronto il y a quelques années a connu une saison régulière revigorante. Les Bills ont ravivé l’espoir de victoires au-delà de la beuverie chez ses chauds partisans. Toutefois, après avoir mené les Texans 16 à 0, la défaite de samedi à Houston laisse des traces désormais quasi indélébiles. Les Bills, en dehors de la Bills-Mafia, tout le monde s’en fout. Et y a rien de pire que le mépris...

Un p’tit 2 sur... 

Jimmy Garoppolo
Photo AFP
Jimmy Garoppolo

Les 49ers de San Francisco pour vaincre les Vikings du Minnesota dans le premier et meilleur match au
programme de ce deuxième week-end éliminatoire de la NFL. Mais ce ne sera pas simple. Delvin Cook est affolant et Kirk Cousins démontre un éventail d’outils dont il semblait incapable de se servir avec les misérables Redskins de Washington. Minnesota aime mettre le trouble, mais je me range derrière Jimmy Garoppolo et les Niners. Que le front défensif résiste !