/weekend
Navigation

Osciller entre deux mondes

Débâcles
Photo courtoisie Débâcles
Marie-Pier Poulin
Sémaphore
224 pages

Coup d'oeil sur cet article

En un personnage, un médecin inuit, Marie-Pier Poulin saisit dans toutes ses nuances la difficile rencontre entre les autochtones du Nord et les Blancs du Sud. 

L’action de Débâcles se déroule entre 1970 et 1971, mais l’histoire prend naissance des années plus tôt, en 1930. C’est le point de départ du roman.

Son point d’arrivée, lui, est hors du livre, puisque nous, lecteurs, savons bien ce qui a suivi juin 1971, là où Débâcles s’achève mais où la vraie vie va continuer...

Le roman met en scène Pierre, dont le véritable prénom est Piari. Il est né dans le Grand Nord québécois, de parents inuits ; dans sa communauté, son père faisait figure d’autorité. Mais lui et sa femme mourront accidentellement, sur la banquise.

Leur survit leur gamin, traumatisé par ces décès. Il sera recueilli par le père Arthur Benoît, missionnaire au village. C’est un homme bon, respectueux des autochtones ; il n’y a pas de scandale sexuel ici, ce n’est pas du tout la teneur de ce récit.

Face au désarroi du petit Piari, que seules la lecture et l’étude arrivent à secouer, le père Benoît se résout à ramener l’enfant avec lui à Montréal. Piari y devient Pierre, il s’apaise et se consacre à fond à sa formation. Les années passent, il devient médecin.

Mais même s’il fait tout pour se fondre au monde des Blancs, il suffit d’un regard, d’un commentaire pour que le jeune homme soit ramené à sa différence. Et ça le perturbe. 

Alors, encouragé par son amoureuse, il se décide à retourner au village natal. On est en octobre 1970, au moment où le Québec est brassé par ce qu’on appellera la Crise d’octobre. Lui constate qu’il ne se sent pas concerné.

Le retour dans le Nord sera toutefois un choc. Ça fait vingt-cinq ans qu’il est parti : il a grandi avec d’autres repères, d’autres habitudes, et le village lui-même a changé. En fait foi ce très visible symbole : les igloos de 1945 ont été remplacés par des maisons préfabriquées.

Surtout, le gouvernement du Québec a un projet ambitieux pour le Nord : la construction de barrages qui viendra tout bouleverser. Les Inuits sont révoltés. Où donc se situera le jeune médecin : sera-t-il Pierre ou Piari ?

Dilemme déchirant

Marie-Pier Poulin rend avec beaucoup de justesse les aspects déchirants de ce dilemme. Son récit s’est pourtant bâti en douceur et retenue. Le roman est dépouillé de toute envolée. Le profond désarroi de Piera en devient plus tangible et la collision entre le Nord et le Sud prend des airs de tristesse. 

Marie-Pier Poulin est née en 1971, donc après l’époque qu’elle décrit, mais elle a grandi chez les Inuits, donc connaît leur réalité. En fin d’ouvrage, elle remercie d’ailleurs ses parents qui, à 20 ans, sont partis travailler dans le Grand Nord.

Débâcles, son premier roman, prouve tout le parti qu’elle a su tirer, avec intelligence et sensibilité, de ce bagage de vie.