/sports/football
Navigation

Rivaux sur le terrain, ils s'entraînent ensemble dans le but de percer dans la NFL

Kétel Assé et Marc-Antoine Dequoy s’entraînent ensemble aux États-Unis

Kétel Assé et Marc-Antoine Dequoy
Photo courtoisie Au terme d’un camp de préparation physique à Knoxville, les anciens rivaux et amis Kétel Assé et Marc-Antoine Dequoy prennent la pose devant les chandails d’Antony Auclair (82), des Buccaneers, et Laurent Duvernay-Tardif (76), des Chiefs.

Coup d'oeil sur cet article

Dans un gymnase de Knoxville, un Rouge et un Bleu poussent à fond dans la même direction avec l’objectif commun d’obtenir une opportunité dans la NFL.  

Débarqués au Tennessee il y a une dizaine de jours, le bloqueur Kétel Assé, du Rouge et Or de l’Université Laval, et le demi défensif Marc-Antoine Dequoy, des Carabins de l’Université de Montréal, s’entraînent sous les bons soins du préparateur physique Charlie Petrone en prévision du NFLPA Collegiate Bowl et du East West Shrine Game, qui se dérouleront le 18 janvier à Passedana en Californie et à St. Petersburg en Floride respectivement.  

C’est une première que des joueurs des deux grands rivaux du RSEQ s’entraînent ensemble. «On se fait des blagues sur qui est le meilleur receveur, le meilleur secondeur et des trucs du genre, mais c’est toujours amical, a raconté Dequoy avant de s’envoler pour la Floride. On a le même but et tu ne peux qu’avoir du respect pour un gars qui a les mêmes objectifs que toi. C’est bien plus intéressant de vivre cette expérience à deux.»  

Assé abonde dans le même sens. «Au départ, nous étions des amis parce que nous avons joué ensemble deux ans à Montmorency et il n’y a aucun problème. On se pousse et on s’aide. Il y avait une grosse rivalité, mais notre carrière universitaire est terminée et c’est derrière nous. Marc-Antoine est meilleur que moi en anglais et il m’aide. Et moi je fais la cuisine même si Marc-Antoine se débrouille bien.»  

Dequoy convient que la situation aurait pu être différente s’ils n’avaient pas complété leur parcours universitaire. «Nous avons eu du plaisir et notre carrière universitaire est terminée, a indiqué le joueur défensif par excellence du RSEQ en 2018. Cela aurait été différent si nous avions été deux recrues. J’ai hâte que Kétel ouvre son restaurant de poulet à Québec.»  

Entraînement intense  

À l’instar des Laurent Duvernay-Tardif (Chiefs), Antony Auclair (Buccaneers), Mathieu Betts (agent libre avec les Bears), Charles Vaillancourt (mini camp avec les Giants et les Raiders) et Christophe Mulumba-Tshimanga (mini camp avec les Bucs) qui ont suivi le même cheminement qu’eux avant d’obtenir une chance d’une équipe de la NFL, Dequoy et Assé ont tenu leur préparation finale au Tennessee.  

«Je peux voir l’amélioration au niveau de la souplesse et de la flexibilité depuis que je suis ici, mais je me demanderais si je ne suis pas fou si j’étais seul, a raconté Dequoy. C’est le camp le plus exigeant que j’ai connu. Je me sens comme un nouvel homme. Malgré tous les efforts, nous sommes en contrôle et il n’y a pas de risque de blessure.»  

Assé a ajouté une dizaine de livres depuis qu’il est débarqué à Knoxville et cela n’a rien à voir avec ses talents culinaires. «Je ne me suis jamais senti aussi bien dans mon corps, a-t-il résumé. Je suis dans la meilleure forme de ma vie. Je suis plus vite et plus fort. Je suis plus athlétique que jamais. J’ai pris une dizaine de livres, mais mon pourcentage de gras n’a pas bougé. Parce que j’arrivais dans un nouvel environnement, j’avais des craintes au début, mais Charlie nous a accueillis comme ses propres enfants.»   

Un partenaire de taille pour Assé  

S’il a travaillé sa souplesse et sa flexibilité à Knoxville, Kétel Assé a aussi l’occasion de se frotter à un bel espoir en prévision du repêchage de la NFL.  

Secondeur extérieur des Volunteers du Tennessee dans la NCAA, qui évoluent dans la puissante Conférence SEC qui regroupe notamment Lousiana State, Alabama et Georgia, Darrell Taylor est un chasseur de quarts-arrière de premier plan comme en témoigne ses 17 sacs au cours des deux dernières saisons. Le secondeur de 6 pi 4 po et 260 lb a été invité au Senior Bowl, qui aura lieu le 25 janvier à Mobile en Alabama et qui regroupe les meilleurs espoirs en prévision du repêchage de la NFL. Selon ce qu’il a dit à Assé, Taylor croit qu’il pourrait être sélectionné dès la première ronde.  

Taylor s’entraîne aussi en compagnie du préparateur physique Charlie Petrone. «Il est vraiment bon et il m’a beaucoup aidé, a indiqué Assé. L’ancien joueur de ligne offensive de la NFL Bruce Wilkerson a aussi été d’une bonne aide. Ses situations à un contre un m’ont donné une bonne dose de confiance et je suis prêt à affronter les joueurs américains.  

Belle progression   

«On peut remarquer une bonne amélioration au niveau de ma flexibilité et de mon pad level, d’ajouter le bloqueur qui a été élu sur la première équipe d’étoiles au pays au cours des deux dernières années. Charlie a adopté un programme en fonction de mes besoins. J’ai réussi une progression phénoménale au niveau de ma flexibilité. Au début de mon entraînement à Québec, j’avais commencé en pratiquant le yoga, mais l’entraînement à Knoxville m’a amené à un autre niveau.»  

Taylor a aussi joué les guides pour Assé et Marc-Antoine Dequoy, qui ont visité les installations des Volunteers. «Nous sommes choyés à Laval, a indiqué Assé, mais c’est un autre niveau ici. C’est simplement incroyable. C’est dans le top 10 de la NCAA.»  

Assé tout comme Marc-Antoine Dequoy souhaitent attirer suffisamment l’attention au cours de la semaine afin d’obtenir un proday en mars. «Le premier objectif est de bien faire au Shrine Game et le deuxième est d’obtenir un proday, a souligné le demi défensif des Carabins de l’Université de Montréal ,qui est le deuxième joueur dans l’histoire des Bleus à participer à ce match des étoiles après le receveur Régis Cibasu en 2018. J’ai parlé à Régis avant mon départ et il m’a dit à quoi m’attendre.»