/weekend
Navigation

Nouveaux visages de l’hiver

Coup d'oeil sur cet article

Le mot diversité est au cœur des préoccupations du public, qui a envie de voir de nouveaux visages, et des diffuseurs à la recherche d’authenticité. Cette diversité au sens large commence tranquillement à se faire voir. La programmation télé de l’hiver en témoigne. Voici quelques visages qui vont attirer votre attention dans les prochaines semaines.

Robin L’Houmeau, Kevin Ranély et Jemmy Echaquan Dubé dans Fugueuse – la suite

  • Lundi 21 h à TVA

Robin L’Houmeau

Photo courtoisie

Après avoir obtenu quelques rôles muets et un diplôme en cinéma au Collège Marie-Victorin, Robin a connu une belle année 2019. Il incarne ici Yohan, un jeune homme en cavale qui débarque d’Amqui, troublé, blessé et sans un sou et qui va se lier d’amitié avec Daisie et flirter avec la prostitution. On le verra aussi au grand écran dans La déesse des mouches à feu

Jemmy Echaquan Dubé

Photo courtoisie

Jemmy est une artiste à suivre. Cette jeune Atikamekw est issue de l’initiative Wapikonie avec laquelle elle a réalisé cinq films. Elle est aussi monteuse et autrice en plus d’être impliquée dans de nombreux organismes dont Oxfam, Femmes autochtones du Québec et Réseau jeunesse des Premières Nations. Dans Fugueuse, elle incarne une réalité peu souvent décriée, celle des autochtones qui se retrouvent en situation d’itinérance à Montréal. Elle est Daisie, une jeune prostituée de Manawan, maman d’une petite fille qu’elle a laissée à sa grand-mère et amoureuse de Karim. Elle se lie d’amitié avec Fanny.

Kevin Ranély

Photo courtoisie

Kevin roule sa bosse depuis un certain temps. Ado, il avait déjà cumulé plusieurs rôles dans les séries Le club des doigts croisés, 30 vies, Un sur deux, Toute la vérité et, plus récemment, L’heure bleue et la web-série Avec moi. Mais son Karim dans Fugueuse révèle une autre facette de son talent puisqu’il y campe un petit proxénète, dealer à ses heures, toujours à la recherche de l’arnaque pour faire de plus d’argent sur la vulnérabilité des autres. Mais sous ses airs de bum, il est pris dans l’engrenage du fameux Carlo. 


Judith Ritchie à 99 envies d’évasion Paris

Photo courtoisie
  • Mercredi 20 h à Évasion dès le 4 mars

C’est par sa plume que Judith s’est d’abord fait connaître. La journaliste a écrit pour le Clin d’œil, puis est devenue rédactrice en chef beauté pour le Elle Québec avant de s’envoler pour Paris où elle a été embauchée au magazine L’Officiel. De retour au Québec depuis quelques années, elle fonde son entreprise Jolie Soul et se spécialise dans le mieux-être. On lui doit le guide 300 raisons d’aimer Paris publié en 2016, qui connaîtra une réédition avec de nouvelles adresses le 19 février. Vous pourrez aussi faire sa connaissance à Salut Bonjour où elle livrera une chronique sur le mieux-être dès le 29 janvier avant de nous amener visiter sa ville d’adoption sur les ondes d’Évasion.


Georges Karam à Dans l’œil du dragon dès le printemps à Ici Radio-Canada

Photo courtoisie

La nouvelle recrue des dragons s’est notamment fait connaître grâce à son entreprise dans le domaine des centres d’appels et de contacts clients, Atelka, qu’il a cofondée avec François Lambert. Il est aujourd’hui associé à Genetec, une société spécialisée en vidéo de surveillance. Cet homme d’affaires prospère d’origines libanaises a été initié au commerce et à l’entrepreneuriat dès son plus jeune âge. Débarqué au Canada à 19 ans pour poursuivre des études avec seulement 200 $ en poche, c’est à 26 ans qu’il fonde sa première entreprise de consultation en informatique. En 2012, il était lauréat du Grand Prix de l’entrepreneur d’Ernst & Young. L’année dernière, il avait été dragon invité et avait su se démarquer.


Nancy Saunders dans Épidémie

Photo courtoisie
  • Mardi 21 h à TVA

Artiste originaire de Kuujjuaq au Nunavik, Nancy Saunders est un nom à retenir pour découvrir l’art et la culture inuit qu’elle s’efforce de faire connaître depuis ses études à l’Université Concordia. Elle est reconnue pour le chant de gorge. Elle a aussi contribué à plusieurs expositions. Une installation, Katajjausivallaat, le rythme bercé, sera présentée au public au Musée des Beaux-arts de Montréal cette année. Elle fera ses débuts au petit écran dans la peau de Nelli, une étudiante au doctorat en biochimie médicale dans la série Épidémie. Bien qu’elle caresse des rêves d’avenir avec ses brillantes études, nous verrons qu’elle s’occupe aussi de sa cousine qui, elle, vit dans la rue. 


Les jeunes de L’effet secondaire

Photo courtoisie
  • Vendredi 17 h sur Ici Radio-Canada

Les nouveaux visages seront à l’image de ceux que l’on retrouve dans une école secondaire de la grande région de Montréal dans cette nouvelle série atypique qui s’adresse aux jeunes. Tournée à la façon documentaire, chaque épisode pose son regard sur un thème phare de la jeunesse : difficulté scolaire, mauvais coups, honte, amitié, identité, trouble alimentaire. Outre Émi Chicoine vue dans Plan B et Édouard Tremblay-Grenier, vu dans les films Les démons et Les affamés, les autres jeunes ne sont à peu près pas connus. Axelle Michaud est Fanny, la fille de la directrice qui cherche à faire sa place, Dounia Ouirzane est Safa, une jeune qui vit dans une famille d’accueil, Kaly Roy est Anouk, la fille à qui tout semble sourire. Nicolas Germain-Vien, que les jeunes ont pu voir dans Marika, est Marco, le sportif qui n’a aucun talent pour les maths et Félix-Antoine Bénard incarne Jonathan, le fanfaron de la classe. On peut également découvrir le jeune comédien dans le thriller fantastique Le 422 à Télé-Québec où il est Kevin. 


Camille Charland Pérez à Rénover pour louer

Photo courtoisie
  • Lundi 20 h à Casa dès le 27 janvier

Camille est une designer bien de son temps qui sait très bien utiliser les différentes plateformes pour faire la promotion du beau. En 2016, elle fonde sa compagnie, salt+pepper, et propose dorénavant une collection d’éléments décoratifs faits main. Cet attrait pour rendre nos espaces à leur meilleur, elle le transpose maintenant au petit écran où elle nous transmettra ses conseils.