/entertainment/shows
Navigation

11 façons de rendre les tournées de spectacles plus vertes

SPE-OSHEAGA
Photo d'archives, Joël Lemay Les grands rassemblements ont un impact écologique important. Dans l’industrie du spectacle, tous sont appelés à trouver des moyens de rendre les tournées plus vertes.

Coup d'oeil sur cet article

Son cri d’alarme a certainement été le plus retentissant. Quand il a renoncé à partir en tournée pour des raisons environnementales, Coldplay a frappé l’imaginaire. Or, le groupe britannique est loin d’être le seul artiste préoccupé par la crise climatique. Dans l’industrie du spectacle, nombreux sont ceux qui cherchent comment rendre les polluantes tournées plus vertes. Des solutions, il en existe.  

Difficile de réduire l’impact écologique de ses concerts ? Pas nécessairement. Le Journal a demandé avis, conseils et solutions à Jérôme Dupras, batteur des Cowboys fringants, professeur et chercheur en économie écologique, Caroline Voyer, directrice générale du Conseil québécois des événements écoresponsables, Colleen Thorpe, directrice générale chez Équiterre, et Laure Patouillard, postdoctorante au Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services. 

1. La mesure 1 $ par billet des Cowboys fringants 

Depuis 2006, le groupe québécois remet un dollar par billet de concert vendu à sa fondation, vouée notamment à planter des arbres. «Ce n’est pas de la compensation (comme les crédits carbone), mais des projets de lutte et d’adaptation aux changements climatiques», mentionne Jérôme Dupras. D’autres artistes ont depuis emboîté le pas. 

2. Offrir des produits écoresponsables à la table de marchandises 

«Le fameux t-shirt en coton a quand même un impact écologique important et c’est extrêmement répandu dans le domaine de la tournée», soumet Caroline Voyer, qui demande si on ne pourrait pas développer de nouvelles gammes de produits écoresponsables. 

3. Éviter les aller-retours entre les continents pour un seul concert 

En 2011, Elton John est embarqué dans son jet privé à Londres, a volé jusqu’à Québec, a donné son concert sur les plaines d’Abraham puis est reparti chez lui dans son jet privé. Tout ça en moins de vingt-quatre heures. Mauvais exemple ! Les Cowboys fringants, eux, ont fait le choix d’éviter de traverser l’océan pour un seul événement. «Nous avons un public en Europe et ça fonctionne super bien, mais nous ne faisons plus d’aller-retour pour un showcase ou un festival», dit Jérôme Dupras. Bref, maximiser son déplacement. 

Elton John à l’aéroport de Québec en 2011.
Photo d'archives, Karl Tremblay
Elton John à l’aéroport de Québec en 2011.

4. Haro sur les bouteilles d’eau 

«Les bouteilles d’eau, quand t’en vois une, donnes-y un bec et prends-toi en photo avec parce que ça va disparaitre rapidement », avertit le directeur de la programmation du Festival d’été, Louis Bellavance. La mode est aux fontaines d’eau où on peut remplir une gourde ou une bouteille réutilisable. « Dans les festivals, l’été dernier, on distribuait des tasses avec des consignes qui incitaient les gens à les rapporter», note Colleen Thorpe. 

SPE-OSHEAGA
Photo d’archives

5. Faire la promotion au téléphone 

Avant de partir en tournée, il n’est pas rare que des artistes visitent quelques grandes villes pour accorder des entrevues aux médias locaux afin de stimuler la vente des billets. «S’appeler, c’est plus simple et moins dommageable», soulève Laure Patouillard. 

6. Utiliser un véhicule électrique pour faire de la route 

Une mesure assez simple qui, signale Jérôme Dupras, peut avoir un réel impact au Québec où les distances entre les villes sont parfois grandes. Laure Patouillard propose, dans la même veine, de déplacer le moins de personnes possible. 

7. Privilégier les sites facilement accessibles en transport collectif 

Une piste de solution, conviennent nos intervenants, qui est plus facile à mettre en œuvre dans les grandes villes. En région, où les transports collectifs sont bien souvent non disponibles, on suggère d’encourager le covoiturage. 

8. En parler aux fans 

Le leadership des artistes doit être mis à contribution, selon Caroline Voyer. «Quand un artiste passe un message, beaucoup de monde écoute. Dans les communications, mentionner qu’on fait une tournée écoresponsable ou parler de gestes très précis pendant les spectacles peut avoir une influence majeure.» 

9. Prendre un vol commercial au lieu d’un jet privé 

Les stars n’aimeront pas. Pourtant, il n’y a rien de pire pour l’environnement qu’un avion privé transportant une poignée de personnes. «Et c’est important de s’assurer que l’avion, qu’on va prendre si on n’a pas d’autre alternative, sera complètement rempli. Sinon, l’empreinte par passager sera énorme», dit Laure Patouillard. 

10. Donner moins de concerts, mais les diffuser dans des salles de cinéma 

«Réduire notre empreinte environnementale demande une réduction de toutes nos activités», estime Colleen Thorpe. Ça inclut le nombre de concerts présentés un peu partout sur la planète. Cette solution, certes plus radicale que bien d’autres, pourrait sauver bien de coûteux déplacements en avion. 

11. Privilégier des fournisseurs locaux pour la bouffe et l’équipement 

Une mesure accompagnée du conseil de s’assurer, comme le fait remarquer Colleen Thorpe, que les victuailles mises à la disposition des artistes, dans les loges, avant les spectacles, «ne soient pas emballées dans des contenants en styromousse par exemple». Quant aux équipements de scène, on suggère d’utiliser ce qui est disponible sur place (amplificateurs, consoles) au lieu de transporter le matériel d’une ville à l’autre. 

De plus en plus exigeants 

La révolution verte des artistes en tournée est déjà bien amorcée et leurs demandes sont en croissance, selon les programmateurs des deux plus gros festivals de musique québécois. 

«Ils sont plus exigeants», convient Louis Bellavance, qui cherche à attirer de gros noms au Festival d’été de Québec depuis 2012. 

Une vedette courtisée pour l’édition 2020 est même arrivée avec des exigences écologiques à ce point importantes qu’il n’a eu d’autre choix que d’aller quémander l’approbation du conseil d’administration du FEQ avant de signer le contrat. 

«Il fallait voir si nous étions disposés à vivre avec les conséquences pour nous. Est-on prêts à se faire dire par un artiste ce qu’il va y avoir à l’arrière-­scène, ce qu’on doit faire d’un point de vue écologique ? La réponse en ce moment est oui», dit M. Bellavance. 

Même discours chez evenko, où l’on doit composer depuis quelques années déjà avec les demandes vertes des artistes qui prennent part au festival Osheaga. «Ce n’est jamais arrivé que ce soit quelque chose que nous étions incapables de livrer», avise le directeur de la programmation, Nick Farkas. 

Ils n’imiteront pas Coldplay 

Peu d’artistes peuvent imiter Coldplay et se tenir loin de la scène pour des raisons environnementales.
Photo d'archives, Martin Chevalier
Peu d’artistes peuvent imiter Coldplay et se tenir loin de la scène pour des raisons environnementales.

Plus verts, les artistes, mais pas au point de s’interdire de partir en tournée comme vient de le faire Coldplay. 

«Peu d’artistes peuvent se permettre de rester loin de la scène pendant si longtemps. La business artistique aujourd’hui, c’est le spectacle», note Louis Bellavance. 

Son confrère Nick Farkas croit qu’au lieu de rester à la maison, les artistes vont de plus en plus examiner comment ils peuvent diminuer leur empreinte environnementale. 

«Il y a des artistes qui jouent au MTelus et au Corona qui utilisent le système de son en place. Peut-être que le virage vert va engendrer des tournées moins grandes, avec moins de camions sur la route et qui utilisent plus de matériel local.» 

Des artistes impliqués 

Ils agissent... 

Milk and Bone
Photo courtoisie, Oumayma Ben Tanfous
Milk and Bone

Massive Attack : Le groupe anglais trip-hop fera équipe avec une équipe de chercheurs qui calculera les gaz à effet de serre émis lors de sa prochaine tournée. Les résultats seront ensuite partagés avec d’autres artistes. 

Milk and Bone : La chanteuse du duo québécois, Laurence Lafond-Beaulne, a lancé, en 2017, Artistes Citoyens en Tournée, une plateforme où les artistes peuvent trouver une panoplie de suggestions pour rendre leurs tournées écoresponsables. 

Valaire : Très engagée dans la lutte contre les changements climatiques, la formation électro-pop a voyagé en voilier pour compléter une série de concerts dans l’Est-du-Québec, l’été dernier. 


...ils en parlent 

Billie Eilish
Photo AFP
Billie Eilish

Billie Eilish : la nouvelle idole de la jeune génération fait référence au réchauffement climatique dans la chanson All The Good Girls Go To Hell, en particulier dans le vidéoclip où elle apparait en ange pourvue de deux immenses ailes marchant dans les hydrocarbures pendant que des incendies font rage. 

Grimes : Elle sortira bientôt un album concept, intitulé Miss Anthropocene, qui mettra en scène une déesse des changements climatiques. 

The 1975 : La première pièce du nouvel album du groupe britannique est un discours de cinq minutes de la militante Greta Thunberg qui appelle à la rébellion pour sauver la planète.