/news/currentevents
Navigation

Fausse alerte nucléaire: Plus de 32 000 commandes de pilules d'iodure de potassium en Ontario

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO – Une fausse alerte envoyée dimanche concernant un incident à la centrale nucléaire de Pickering, en Ontario, a incité des milliers d'Ontariens à mettre à jour leur trousse d'urgence.  

En date de mardi après-midi, Ontario Power Generation avait dénombré 32 388 commandes pour les comprimés d'iodure de potassium, a indiqué un porte-parole de l'organisation, Neal Kelly. Normalement, à peine de 100 à 200 commandes sont passées chaque mois sur le site preparetobesafe.ca, géré conjointement par Ontario Power Generation, la Ville de Toronto et la région de Durham.  

L'iodure de potassium est une substance qui permet de protéger la thyroïde, en cas de relâchement de substances radioactives dans l'air. L'iode non radioactif contenu dans l'iodure de potassium va être absorbé et saturer la thyroïde, empêchant celle-ci d'absorber de l'iode radioactif, souvent relâché dans l'air en cas de catastrophe nucléaire. Sans protection, les gens sont à risque de développer un cancer de la thyroïde.  

La Commission canadienne de sûreté nucléaire exige que toutes les personnes demeurant dans un rayon de 10 km autour d'une centrale nucléaire soient en possession d'iodure de potassium. La substance est disponible gratuitement en pharmacie et a même déjà été envoyée par la poste à toutes les résidences situées à moins de 10 km des centrales nucléaires ontariennes.  

Dimanche dernier, tôt en matinée, une alerte a été envoyée partout en Ontario concernant un «incident» à la centrale nucléaire de Pickering. Cette alerte a été suivie par un rectificatif indiquant que l'alerte a été envoyée par erreur et qu'il n'y avait aucun danger.  

La centrale de Pickering compte six réacteurs nucléaires présentement actifs qui fournissent 14 % de l'électricité en Ontario. Elle doit demeurer en service au moins jusqu'en 2024.