/investigations/transports
Navigation

L’escouade mobilité quatre fois plus sévère

40% des interventions se terminent par un ticket depuis juillet

Escouade mobilité
Photo Christopher Nardi Les 11 inspecteurs de l’escouade mobilité arpentent les rues montréalaises dans des véhicules comme celui-ci, photographié hier au centre-ville de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

L’escouade lancée par la mairesse de Montréal pour dégager les automobilistes qui bloquent la voie publique est quatre fois plus sévère qu’il y a quelques mois, a constaté notre Bureau d’enquête. 

• À lire aussi: L'Escouade mobilité de Montréal prendra de l'ampleur 

Depuis juillet, le nombre d’interventions de l’escouade mobilité se terminant par une amende est de 40%. 

Il s’agit d’une augmentation considérable. En février 2019, nous révélions que dans ses sept premiers mois d’activités, cette escouade n’avait donné des amendes que dans 7% de ses interventions contre des automobilistes, camionneurs ou entrepreneurs délinquants. 

À cette époque, les inspecteurs ne pouvaient pas donner eux-mêmes des contraventions sur le terrain. Ils devaient donc contacter la police pour que ses agents interviennent, ce qui prenait du temps. 

Nouveaux pouvoirs 

Mais depuis le 1er juillet, les inspecteurs de l’escouade ont obtenu les mêmes pouvoirs que les agents de stationnement. 

À partir de cette date et jusqu’au 18 décembre, pas moins de 1598 constats d’infraction ont été remis sur environ 4000 interventions, soit 39,5% du temps. 

Il s’agit essentiellement de contraventions pour obstruction de la voie publique (1425) et pour des trottinettes mal garées (115), démontrent des données que nous avons obtenues via une demande d’accès à l’information. 

«On remarque qu’on est plus efficace avec la capacité de donner des constats. Pas juste quand on donne des constats, mais aussi avec le pouvoir de dissuasion parce que les contrevenants savent qu’on peut en donner», estime l’élu responsable de la mobilité au sein de l’administration Plante, Éric Alan Caldwell.  

Chiffres erronés 

En septembre dernier, La Presse affirmait que l’escouade mobilité avait effectué plus de 7000 interventions pendant l’été, un chiffre repris par la mairesse Valérie Plante lors d’une entrevue qu’elle nous a accordée en octobre, dans le cadre de son bilan de mi-mandat.  

On indiquait également que 592 constats avaient été remis pendant la même période, soit du 1er juillet au 19 août.  

Or, ces données sont erronées, selon la base de données fournie par la Ville. Il y a plutôt eu 800 interventions menées et 296 contraventions données. 

Voies réservées 

Les données montrent que les employés de l’escouade sont très proactifs pour punir les automobilistes qui bloquent les voies réservées pour les autobus.  

Près de 60% de ces interventions entraînent un constat d’infraction. Celui-ci coûte 302$. 

Les inspecteurs ont été particulièrement sévères sur les voies réservées des artères suivantes :  

  • rue Sherbrooke Ouest  
  • chemin de la Côte-des-Neiges 
  • avenue Papineau (nouvelle ligne)   

Éric Alan Caldwell soutient qu’il n’y a pas de directive particulière.  

«S’il y a plus de constats, c’est parce que c’est la façon la plus efficace de régler le problème. La fluidité des voies réservées est fondamentale», souligne-t-il. 


Montréal doit annoncer aujourd’hui où iront les 500 000$ supplémentaires ajoutés au budget 2020 de l’escouade.