/investigations/polices
Navigation

Une nouvelle tuile tombe sur la tête de Charest et Bibeau

Marc Bibeau, qui tentait d’empêcher leur publication, essuie un revers en Cour suprême

Coup d'oeil sur cet article

Dons en argent comptant, enveloppes de chèques au Parti libéral remises dans son bureau et allégations de trafic d’influence. Voilà quelques-unes des informations contenues dans des mandats de perquisition de l’UPAC que l’ex-argentier libéral Marc Bibeau tentait de garder secrètes depuis des années.  

• À lire aussi: Des documents inédits publiés en intégralité  

• À lire aussi: Une opération secrète digne d’un film de James Bond  

• À lire aussi: Encore un des hommes forts de Power   

• À lire aussi: Un ancien administrateur d'Hydro-Québec condamné à trois ans de prison en France  

La Cour suprême du Canada a refusé hier d’entendre l’appel de l’homme d’affaires qui voulait empêcher la publication des motifs qui ont mené à la perquisition de ses bureaux en 2016.              

Marc Bibeau
Photo d'archives
Marc Bibeau

La décision intervient à un mauvais moment pour son ancien très bon ami Jean Charest qui doit annoncer sa décision de se lancer ou non dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada dans les prochains jours.     

Photo d'archives, Agence QMI

L’ancien chef du Parti libéral du Québec est toujours visé par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) tout comme Marc Bibeau. Lors de la perquisition secrète de 2016, les policiers ont utilisé des techniques à la James Bond.          

  • Le journaliste Alexandre Robillard est revenu sur le dossier à QUB Radio:   

Selon les mandats, plusieurs chefs d’entreprise de génie-conseil et de construction ont raconté aux policiers l’influence de Bibeau auprès du gouvernement et les tactiques pour financer le Parti libéral.                

Donner pour rester en vie  

C’est ainsi que Giuseppe « Joe » Borsellino de Construction Garnier a raconté avoir financé le parti en remboursant les cadres de sa compagnie par des bonis annuels. Ces derniers faisaient ensuite des chèques au nom du PLQ. Selon les affidavits liés aux mandats, il contribuait au financement politique pour être dans l’équipe, pour que son entreprise puisse « rester en vie ».     

« Qu’il considère que plus il donnait, plus il avait de gros contrats », peut-on lire dans le document.     

En tout, une dizaine de dirigeants d’entreprise ont livré des témoignages aux policiers. Certaines informations sont déjà connues puisqu’elles ont fait l’objet de fuites dans les médias ou ont été divulguées durant la commission Charbonneau. Cela n’a pas empêché l’ex-argentier de porter jusqu’en Cour suprême chacune des décisions de tribunaux québécois de rendre public le contenu des mandats. Les informations contenues dans ces mandats n’ont pas été testées en cour.     

Bibeau se défend  

Ces derniers devaient permettre aux policiers de l’UPAC de mener une perquisition secrète aux locaux des entreprises de la famille Bibeau sur le boulevard Arthur-Sauvé, à Saint-Eustache.     

Les avocats de Marc Bibeau ont réagi par communiqué à la décision de la Cour suprême. Ils soutiennent que l’homme d’affaires s’est rendu jusqu’en Cour suprême pour empêcher la médiatisation d’allégations non vérifiées et basées sur du ouï-dire. « M. Bibeau tient à réaffirmer son intégrité et maintient qu’il continuera à faire valoir ses droits. Son engagement politique s’est toujours fait librement, bénévolement, par conviction personnelle et en conformité avec les lois », écrit l’avocat Léon Moubayed du cabinet Davies Ward Phillips & Vineberg.     


C’est la troisième fois qu’une cause impliquant Marc Bibeau se rend à la porte de la Cour suprême qui a toujours refusé les demandes. Dans les autres cas, les avocats de Bibeau contestaient des éléments des mandats portant sur le secret professionnel. Une avocate et un notaire sont employés de la famille Bibeau, ce qui peut limiter l’accès à certaines de leurs communications.  

Ce qu’ils ont dit aux policiers  

Onze dirigeants de firmes de génie-conseil et de construction ont raconté aux policiers de l’UPAC les techniques de financement au Parti libéral du Québec sous Charest. Recours à des prête-noms, dons en argent comptant et trafic d’influence font partie des révélations contenues dans les mandats qui ont mené la police aux bureaux de l’ex-argentier libéral, Marc Bibeau.  

Yves Cadotte, ex-vice-président et directeur général SNC-Lavalin, rencontré le 8 avril 2014  

Photo d'archives

- Les employés de SNC recevaient une rémunération supplémentaire s’ils contribuaient aux partis politiques.                 

- Les dons au PLQ sont passés de 90 000 $ à 175 000 $ par année quand Riadh Ben Aïssa est devenu vice-président de SNC-Lavalin.                  

Pierre Anctil, ex-vice-président SNC-Lavalin, rencontré le 21 avril 2014  

Photo d'archives

-Vers 2005-2006, il a remis à Marc Bibeau une enveloppe contenant des chèques totalisant 150 000 $ en dons d’employés de SNC au PLQ.                  

- M. Bibeau a dit que les dons comptants, «ça ne se faisait pas».                  

- Un autre cadre de SNC, Normand Morin, a, lui, affirmé que M. Bibeau «savait» que des dons comptants étaient versés au PLQ par SNC.                  

Rosaire Sauriol, ex-vice-président principal Dessau, rencontré le 9 juillet 2014  

Photo d'archives

- Il s’est rendu dans les bureaux des entreprises de Marc Bibeau pour lui remettre des chèques destinés au PLQ.                  

- Les actionnaires de Dessau étaient remboursés par l’entreprise pour les dons qu’ils faisaient au PLQ.                 

- Le financement au PLQ permettait d’avoir des informations privilégiées pour faire avancer les dossiers de Dessau.                 

Paul Lafleur, ex-PDG de BPR, rencontré le 18 septembre 2014  

-Il s’est rendu dans les bureaux des entreprises de Marc Bibeau pour se plaindre des exigences de financement du PLQ.                  

- L’objectif était passé de 5000 $ à 50 000 $.                  

- Il voyait M. Bibeau comme une personne influente.                  

George Dick, ex-PDG de RSW, rencontré le 1er octobre 2014  

Photo d'archives

- Les actionnaires et dirigeants de l’entreprise pouvaient être remboursés pour leurs dons au PLQ.                  

- Marc Bibeau, lui, a dit qu’une fois le PLQ au pouvoir, il pourrait influencer la distribution des contrats d’Hydro-Québec.                  

- «Choqué», M. Dick a vu cela comme du trafic d’influence.                  

- Il a rencontré M. Bibeau à son entreprise pour discuter du financement du PLQ.                  

Pierre Pomerleau, PDG de Pomerleau, rencontré le 28 octobre 2014  

Photo d'archives

- À la demande de Marc Bibeau, il a organisé un cocktail de financement.                  

- L’événement a permis d’amasser 40 000 $.                  

Claudio Vissa, ex-vice-président chez RSW, rencontré le 29 octobre 2014  

- Marc Bibeau a dit que RSW faisait moins de dons que les autres firmes de génie, «qu’il pouvait influencer les contrats chez Hydro-Québec pour que RSW en ait moins».                  

- Il a invité RSW à donner directement au PLQ plutôt qu’aux associations de circonscriptions.                  

- M. Bibeau et Jean Charest étaient «comme des frères».                  

- Le collecteur de fonds avait de l’influence auprès du gouvernement.                  

- Marc Bibeau a mis RSW en contact avec le cabinet de M. Charest dans le dossier du projet Suroît.                  

Giuseppe Borsellino, ex-PDG de Construction Garnier, rencontré le 30 octobre 2014  

Photo d'archives

- Il a remboursé des cadres de sa compagnie qui faisaient des dons au PLQ.                  

- Plus il donnait, plus il avait de gros contrats publics.                  

Kazimir Olechnowicz, ex-PDG CIMA+, rencontré le 18 novembre 2014  

Photo d'archives

- Marc Bibeau lui a suggéré de donner 100 000 $ par an au PLQ.                  

- Les associés de CIMA+ faisaient des dons au PLQ.                  

- Le financement au PLQ était une police d’assurance.                  

Luc Benoit, ex-président Tecsult, rencontré le 25 juin 2015  

Photo d'archives

- Marc Bibeau était «la porte d’entrée» pour avoir de l’information sur les projets du gouvernement.                  

- Il lui a dit qu’il tenterait de convaincre un ministre de changer d'opinion en lien avec le métro de Laval.                   

- Marc Bibeau lui a donné le pointage d’un appel d’offres.                  

Lino Zambito, ex-président Infrabec, rencontré les 16 et 22 décembre 2015  

Photo d'archives

  

- En décembre 2007, Pierre Bibeau lui a demandé 50 000 $ comptant «pour le premier ministre Jean Charest», ce qu’il a été incapable de faire.                  

- Pierre Bibeau est intervenu pour Infrabec auprès de Bruno Lortie, le chef de cabinet de Nathalie Normandeau.                 

- Marc Bibeau a demandé son aide pour qu’une commission scolaire renouvelle son bail avec son entreprise Centre d’achat Beauward.                  

- Marc Bibeau est intervenu auprès de Dan Gagnier, le chef de cabinet du premier ministre, pour faire débloquer un dossier d’Infrabec.     

Des détails inédits  

D’autres détails de notre Bureau d’enquête concernant le financement du Parti libéral du Québec et comment les policiers se sont butés au parti de Jean Charest sont disponibles dans le livre PLQ inc., en vente en librairie.