/news/transports
Navigation

Facture salée pour relier Lévis: le pôle d'échanges sera deux fois plus gros que prévu

La connexion avec les bus de Lévis implique des sommes très importantes

Tramway Pôle Sainte-Foy ouest (Le Phare)
Illustration courtoisie Un aperçu du pôle d’échanges qui serait situé sous le futur complexe le Phare.

Coup d'oeil sur cet article

Le pôle d’échanges ouest du réseau structurant devra être deux fois plus étendu en superficie et coûtera beaucoup plus cher avec l’interconnexion des bus de Lévis exigée par le gouvernement, a appris Le Journal.  

Plusieurs sources près du dossier ont confirmé au Journal qu’une nouvelle mouture du pôle d’échanges ouest du réseau structurant de transport en commun (RSTC) a déjà été concoctée. Selon les plus récentes déclarations de l’administration Labeaume, il est toujours prévu sous le futur complexe du Phare.     

Tramway Pôle Sainte-Foy ouest (Le Phare)
Illustration courtoisie

En octobre, le promoteur du Phare, Michel Dallaire, avait révélé que son projet était reporté de deux ans, le temps que la Ville revoie son pôle d’échanges, en fonction des nouvelles contraintes imposées par le ministère des Transports. Ce dernier avait en effet exigé que les autobus de Lévis, qui viendront se connecter au RSTC, aient un espace au sein du pôle.      

Or, cette exigence a causé des changements majeurs. En effet, «ça implique un pôle d’échanges deux fois plus grand» en superficie, nous a confié une source bien informée. La facture sera à l’avenant. On parle d’un montant beaucoup plus élevé, sans préciser. Mais on nous a confirmé que les montants ont beaucoup changé. La seule information rendue publique jusqu’à maintenant indiquait que la portion payée par le promoteur était de 12 à 15 millions $.     

Expropriations?  

Selon une personne bien informée, il faudra compter «plusieurs dizaines de millions $» seulement pour le déplacement des utilités publiques nécessaires à l’aménagement de la trémie, cette entrée souterraine qui permettra aux autobus du RTC de s’engouffrer sous le Phare.     

Des expropriations dans le secteur ne sont pas à exclure pour la réalisation du pôle d’échanges, nous dit une autre.      

Difficultés au Phare  

Le complexe du Phare aurait quant à lui du plomb dans l’aile selon nos sources. «Ça a déjà mieux été pour ce projet-là», confie l’une d’elles. Une autre indique que le financement ne serait pas au rendez-vous pour le projet qui compte quatre tours, dont une de 65 étages.     

Le Groupe Dallaire a quant à lui affirmé à la fin décembre que le projet est toujours sur les rails dans sa forme prévue à l’origine.     

La Ville devrait faire des annonces dans les prochaines semaines. Au ministère des Transports, on indique que les préoccupations n’ont pas changé. Le ministère insiste toujours pour que «les usagers de la Rive-Sud puissent effectuer une correspondance efficace avec le futur tramway», a fait savoir la porte-parole Émilie Lord.     


Pôle d’échanges de Sainte-Foy   

  • Prévu sous le Phare, coin Lavigerie-Laurier     
  • Doit accueillir les véhicules du RTC (bus, eXpress) afin de permettre aux usagers de se diriger vers le tramway qui y fera un arrêt      
  • Le gouvernement exige que les autobus de Lévis y soient aussi intégrés     
  • 10 000 à 20 000 usagers l’utiliseront chaque jour     
  • Combine d’autres services : café, toilettes, restauration, services publics, garderies, lieux de travail          

Industrielle Alliance croit toujours en ses chances     

Même si la Ville assure qu’elle prévoit toujours le pôle d’échanges ouest du réseau structurant sous le complexe Le Phare du Groupe Dallaire, Industrielle Alliance croit encore en ses chances.     

Au cours des dernières semaines, l’assureur de Québec, qui possède un terrain à l’angle du boulevard Laurier et de la route de l’Église, a confirmé au Journal avoir eu des discussions avec des responsables à la Ville.     

C’est Industrielle Alliance qui a toutefois sollicité ces échanges téléphoniques. La direction tient à préciser qu’il ne s’agissait pas «de négociations».     

«Oui, il y a eu des conversations. On voulait réitérer notre intérêt. Avec l’arrivée du tramway et le projet du Phare qui est chambranlant, il y a plusieurs choses qui se passent», répond Mario Bédard, vice-président en placements immobiliers.     

«La Ville ne nous a pas fermé la porte. Elle a d’autres options pour le pôle d’échanges et je pense que nous sommes une bonne option», poursuit-il.     

Bien qu’elle souhaite toujours participer au projet, l’entreprise précise qu’elle n’a pas pondu de nouvelles maquettes au cours des dernières semaines.     

Plan initial  

Initialement, le plan de l’assureur présenté à la Municipalité prévoyait la construction de quatre immeubles d’environ neuf étages sur les terrains adjacents à l’édifice abritant les travailleurs du ministère de la Justice.     

Le pôle d’échanges devait se marier à ce développement immobilier, avec notamment une portion souterraine. Cette proposition ne tenait pas compte de l’aménagement du tramway, qui n’était alors pas dans les plans de l’administration Labeaume.      

Industrielle Alliance affirme maintenant attendre de connaître les paramètres du ministère des Transports et de la Ville pour le pôle d’échanges et sa connexion avec la Rive-Sud avant de pousser plus loin ses démarches.