/world/usa
Navigation

Virée de son école pour un gâteau de fête arc-en-ciel

Coup d'oeil sur cet article

LOUISEVILLE | Une adolescente du Kentucky aurait été expulsée de son école privée catholique parce qu’elle aurait reçu un gâteau de fête aux couleurs de l’arc-en-ciel.  

La mère de Kayla Kenney, Kimberly Alford, a affirmé à la chaîne locale de Louiseville, Wave3 News, que sa fille, qui venait de fêter ses 15 ans, avait «enfreint le style de vie» promu par l’école, en arborant, en dehors de l’école, un chandail arc-en-ciel tout en mangeant son gâteau de fête.  

L’école serait tombée sur une photo partagée par sa mère sur Facebook.  

«Elle était heureuse, elle paraissait belle. Bien sûr que, comme mère, j’allais prendre une photo d’elle soufflant ses bougies et la mettre sur ma page Facebook», a-t-elle expliqué à Wave3 News.  

Mais quelques jours plus tard, le directeur de l’école Whitefield Academy, Bruce Jacobson, l’a contactée pour lui signifier le renvoi immédiat de sa fille de l’établissement.  

Kimberly Alford a affirmé avoir reçu un courriel indiquant que le motif provient d’un message des réseaux sociaux «démontrant une posture d’acceptation sociale et culturelle contraire aux croyances de la Whitefield Academy.»  

Le code de conduite de l’école inclut les comportements aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du bâtiment et peut mener à des corrections disciplinaires si ces comportements vont à l’encontre des croyances de l’école, incluant l’orientation sexuelle.  

«Je me sens jugée, elle se sent jugée, on est juste très dévastés par ça», a-t-elle dit.  

Les sept couleurs de l’arc-en-ciel sont liées à la lutte des droits LGBT, mais Kayla Kenney n’est même pas homosexuelle. «Ce n’est pas parce qu’on porte un vêtement arc-en-ciel qu’on est gai. Il n’y avait rien d’intentionnel dans ce gâteau, j’ai pris une recette de la pâtisserie avec des couleurs assorties», a indiqué la mère.  

L’école se défend d’avoir expulsé l’adolescente pour si peu qu’une photo sur les réseaux sociaux.  

«Elle a malheureusement violé notre code de conduite des étudiants à plusieurs reprises au cours des deux dernières années, a indiqué l’école dans un communiqué. À l'automne, nous avons rencontré l'étudiante pour lui donner une dernière chance pour adhérer à notre code de conduite. Malheureusement, elle n'a pas respecté l'accord et a donc été expulsée.»