/weekend
Navigation

Comment piéger un agresseur?

#Maria
Photo courtoisie #Maria, Jacques Savoie, Boréal, 326 pages

Coup d'oeil sur cet article

Voici un roman qui ne pouvait mieux tomber : comment dénoncer un acteur célèbre, agresseur sexuel qui sait s’en tirer ? En passant par tous les trucs que permet le cinéma !

Que de retournements de situation dans le tout récent roman de Jacques Savoie, son 19e ! Du début à la fin, c’est un feu roulant, où toutes les apparences peuvent être trompeuses. 

L’angle choisi n’est pourtant pas qu’un amusant effet de style ; il sert un propos sérieux, celui de la dénonciation des agressions sexuelles dans la foulée du mouvement Moi Aussi.

Mais Savoie remonte à plus loin, au viol réellement subi par l’actrice Maria Schneider dans le film Dernier tango à Paris. L’agression avait été préparée en secret par le réalisateur Bernardo Bertolucci et l’acteur Marlon Brando parce qu’ils voulaient que la peur de l’actrice soit véritablement ressentie. 

Une cause juste 

Le titre #Maria donné au roman, le fait qu’il soit dédié à cette actrice morte dans l’oubli, sa trame basée sur le refus qu’une telle agression soit à nouveau excusée au nom du réalisme artistique, sont autant de façons de souligner le drame vécu par Mme Schneider.

Mais, tour de force de l’auteur, l’ouvrage n’est pas sombre pour autant. Au contraire, la charge est menée tambour battant, certes poussée par l’indignation mais portée dans la bonne humeur. La cause est juste et nous vaincrons, a décidé de croire le protagoniste du roman, Mathias Fort, en entraînant son entourage. 

Qui est ce Fort ? Un diplômé en littérature devenu agent de recherche par le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS). Son travail, c’est de prévoir le pire – ce qui lui a notamment permis de voir venir l’élection à la présidence américaine d’un homme entretenant sciemment « la confusion entre la vérité et le mensonge » !

Scénario folichon  

À la suite d’un quiproquo, Mathias Fort va se retrouver dans les bureaux d’une boîte de production en état de choc. L’acteur-vedette du film en train d’être tourné vient d’être accusé de viol, ce dont il se défend farouchement. Les employés de la boîte croient que Mathias est venu à leur rescousse et celui-ci décide de ne pas les détromper. 

Mieux encore, il se prend au jeu et entreprend de poursuivre le film entamé. Mais lorsqu’il comprend que Malcolm Dunn a véritablement agressé sa partenaire de jeu, il décide de transformer la fiction en documentaire. Il servira à piéger l’acteur à l’aide de caméras cachées, d’un montage serré et de l’apport des réseaux sociaux.

Il y aura aussi manif, pressions politiques, implication du SCRS. En plus, Jacques Savoie s’amuse à intégrer des faits vécus (le bed-in de John Lennon et Yoko Ono au Reine Elizabeth ; les feux de forêt en Californie) et des personnalités réelles (Patrick Lagacé, Pénélope McQuade, Xavier Dolan, Michel Coulombe...). En fait, ça pétarade de partout, de quoi oublier quelques agaçantes répétitions dans le texte.

Ce scénario folichon finit même par nous convaincre de sa crédibilité. Il faut décidément se méfier des apparences !