/news/society
Navigation

Extinction Rebellion manifeste contre le Salon international de l'auto de Montréal

Extinction Rebellion manifeste contre le Salon international de l'auto de Montréal
ÉTIENNE PARÉ/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Pendant que le Salon international de l’auto de Montréal battait son plein au Palais des congrès, une vingtaine de militants écologistes du groupe Extinction Rebellion se sont invités sur place, samedi après-midi, pour dénoncer l'industrie automobile.

• À lire aussi - Climat: Extinction Rebellion perturbe le Salon de l’auto à Bruxelles 

Les manifestants croient que ce genre d'événement contribue à la «dépendance à l'automobile».   

«On n’est pas contre les automobilistes, on trouve ça triste que des gens disent qu'ils sont obligés d'en avoir une. On veut que tout le monde au Québec ait un moyen de se déplacer qui n'est pas la voiture», a commenté Coralie LaPerrière, porte-parole du groupe.   

Or, les statistiques ne vont pas dans le sens qu'elle souhaite et elle s’en insurge.  

Extinction Rebellion manifeste contre le Salon international de l'auto de Montréal
ÉTIENNE PARÉ/AGENCE QMI

Le nombre de voitures a en effet augmenté plus rapidement que la population, au Québec, dans les dernières années. Entre 2010 et 2018, le nombre de véhicules a bondi de presque 12 % alors que la croissance démographique a été deux fois moindre.

Extinction Rebellion s'insurge de surcroît de la popularité grandissante des modèles de type VUS, jugés trop polluants. Comme l’a souligné une récente étude de HEC Montréal, les ventes de gros véhicules ont même dépassé celles de voitures de taille moyenne, des chiffres dopés par le succès des VUS chez les concessionnaires. Depuis 2015, l’écart ne cesse de se creuser.

Les activistes l'ont fait savoir samedi après-midi à coups de slogans colorés, mais leur coup d'éclat s'est somme toute déroulé dans le calme. Ils sont restés au premier étage du Palais des congrès et n’ont pas tenté de se rendre à l’intérieur du salon.

Le groupe, qui prône la désobéissance civile, avait fait parler de lui l'automne dernier quand trois de ses militants avaient grimpé sur la structure du pont Jacques-Cartier, entraînant sa fermeture en pleine heure de pointe.