/weekend
Navigation

«Mélancolique rodéo» de Jean-Michel Jarre: le créateur d’Oxygène se raconte

Jean-Michel Jarre
Photo courtoisie, Peter Lindbergh

Coup d'oeil sur cet article

Pour la toute première fois, le compositeur français Jean-Michel Jarre, pionnier de la musique électronique, créateur du fabuleux album Oxygène, se raconte dans une autobiographie extraordinaire. Mélancolique rodéo révèle sa vie hors normes, comme musicien et grand créateur, mais aussi comme un homme de cœur.

Dans Mélancolique rodéo, cet immense musicien parle de son enfance, des débuts de la musique électro, de la création de ses albums, des spectacles présentés devant des millions de personnes.

Il livre aussi des moments de sa vie intime, avec Charlotte Rampling, avec sa famille. Et parle de rencontres marquantes avec Arthur C. Clarke, Stephen Hawking, Lady Di, Salvador Dali.

La musique qu’il a créée a fait voyager beaucoup de monde – au propre comme au figuré.

Oxygène, l’album qui l’a propulsé sur la scène internationale en 1976, a été suivi de concerts géants qui détiennent le record du nombre de spectateurs.

Il a également joué devant les pyramides de Gizeh pour passer le millénaire.

Tout un parcours... «surtout pour quelqu’un qui s’était réformé pour agoraphobie!» commente-t-il avec humour, en entrevue.

Jean-Michel Jarre, 71 ans, confie qu’il a toujours voulu écrire un roman.

«J’avais ce titre, Mélancolique rodéo et l’idée d’aborder une histoire à travers des objets depuis assez longtemps. En y réfléchissant, je me suis dit que les gens avec qui je suis resté en contact dans ma vie, à commencer par mes grands-parents et mes parents, étaient tellement des personnages romanesques que je me suis dit que ce livre pouvait être une autobiographie.»

La musique

Le goût de la musique lui est venu de sa mère et de son grand-père, la figure paternelle dans son enfance.

«Il m’a offert un magnétophone pour mes 12 ans. J’ai passé mon temps à enregistrer les bruits un peu partout, sans me douter que ce magnétophone pourrait être considéré un jour comme un instrument de musique.»

Parallèlement à ses cours au conservatoire et aux petits groupes de rock, un jour, par accident, il passe la bande du magnétophone à l’envers.

«J’ai l’impression que c’est un alien qui me parle... À partir de là, je me mets à triturer les sons de ma guitare.»

Sa rencontre avec Pierre Schaeffer, le père de la musique électroacoustique, fut déterminante.

«Cet homme a dit que la musique n’était pas seulement faite de notes basées sur le solfège, mais était aussi faite de sons et qu’on pouvait, avec un micro, un magnétophone, enregistrer les bruits de la vie et en faire de la musique. J’ai découvert que pouvaient coexister la musique classique et la musique qui est aussi un travail sur le son. Je me suis toujours dit : on tient notre révolution. J’étais convaincu, dès le départ, que ça deviendrait une musique majeure pour le siècle suivant.»

«Big-bang personnel»

Il vient de sortir une première version sur IOS d’un album infini, Eon, qui se déploie « comme une sorte de big-bang personnel ».

«On peut l’écouter pendant un an, pendant cinq ans, et ça ne sera jamais la même chose. J’étais obsédé par l’idée de faire une musique différente pour chacun, ce qui est le cas, parce que chaque fois qu’on démarre cette musique, elle ne sera jamais la même. Tout ce que vous entendrez ne se reproduira jamais.»

La technologie lui a permis d’avancer. «J’ai conçu des tas de morceaux de musique, comme une boîte à outils, et tous ces éléments différents peuvent marcher les uns avec les autres, en termes de tempo, de tonalité, de rythme. C’est totalement moi, mais ça évolue en permanence et philosophiquement, on touche à la notion d’infini.»

  • Jean-Michel Jarre est un compositeur, interprète, auteur et producteur. Il est un pionnier de la musique électronique.
  • Depuis son premier album, Oxygène, paru en 1976, il a produit 20 albums studio vendus à plus de 85 millions d’exemplaires dans le monde.
  • Electronica a été en nomination pour un Grammy en 2017.
  • Il est ambassadeur de l’UNESCO pour l’éducation, la science et la culture.
  • Son nouveau projet s’appelle Eon : jeanmicheljarre.com/eon/app

EXTRAIT

Mélancolique rodéo, Jean-Michel Jarre, Éditions Robert Laffont, 376 pages
Photo courtoisie
Mélancolique rodéo, Jean-Michel Jarre, Éditions Robert Laffont, 376 pages

«Confiné dans mon studio, je reste un vrai solitaire : seul à triturer des boutons, des engins, des ondes, faire du son avec des formes, oublieux du reste de la vie, à la recherche obsessionnelle d’accords, d’espaces, d’émotions inédits. Et il me vient à l’esprit que ces heures sans compter enfermé dans ma pièce, la plus grande partie de mon existence en fait, sont peut-être une manière de prolonger l’atelier et, pourquoi pas, de garder en vie cette “deuxième” cuisine dans laquelle un homme m’a transmis un besoin dévorant, plus fort que tout.
Celui de trouver une suite.»

– Jean-Michel Jarre, Mélancolique rodéo, Éditions Robert Laffont