/sports/fighting
Navigation

Retour réussi pour Alvarez

L’ancien champion du monde l’emporte par knock-out au 7e round

Eleider Alvarez
Photo courtoisie, Top Rank Eleider Alvarez se dirige vers le centre du ring après avoir terrassé Michael Seals au 7e assaut à Verona, hier soir.

Coup d'oeil sur cet article

VERONA, New York | Alvarez a effacé tous les doutes placés en lui, hier, dans un gala de Top Rank présenté à Verona, dans l’État de New York.   

• À lire aussi: «J’ai fermé la trappe à plusieurs personnes» – Eleider Alvarez 

Le protégé de GYM (25-1, 13 K.-O.) a gagné par un knock-out foudroyant au 7e round contre l’Américain Michael Seals (24-3, 18 K.-O.). Il remporte ainsi le titre WBO intercontinental des mi-lourds qui va possiblement l’amener dans un combat de championnat du monde plus tard en 2020 contre un autre Américain, Joe Smith Jr.    

Eleider Alvarez
Photo courtoisie, Top Rank

On avait hâte de voir de quelle façon Alvarez allait réagir après sa défaite contre Sergey Kovalev, mais surtout après une inactivité de 11 mois. On peut dire qu’il a répondu à l’appel de belle façon.    

Le protégé de Marc Ramsay a signé une victoire importante, mais avant tout convaincante. C’était l’objectif de son équipe.    

Après les six premiers rounds où les échanges n’ont pas été nombreux et nourris, Alvarez a fermé les lumières à Seals avec une solide droite par-dessus le jab de son opposant.    

Eleider Alvarez
Photo courtoisie, Top Rank

L’Américain a été terrassé et il n’a jamais été capable de se relever. Une séquence qui ressemblait beaucoup au moment où il avait envoyé Kovalev sur les fesses lors de leur premier duel.    

«Durant mon camp d’entraînement, nous avons pratiqué cette main droite de façon répétitive, a souligné Alvarez. Mon entraîneur [Marc Ramsay] était un peu fâché contre moi parce que je ne respectais pas le plan de match.    

«Finalement, on a réussi le knock-out. Cette victoire est importante pour moi parce que je voulais redevenir le même boxeur qui a battu Kovalev.»   

Lent départ  

Avec une inactivité de près d’un an, Alvarez a connu un départ tranquille où son jab a été sa principale arme utilisée. Il ne s’est pas compliqué la vie avec des combinaisons qui risquaient de terminer dans des échanges lourds avec un cogneur comme Seals.    

Eleider Alvarez
Photo courtoisie, Top Rank

On a rapidement vu dans le duel que les deux hommes n’étaient pas du même niveau technique. Seals n’a jamais été en mesure d’embêter Alvarez d’une quelconque façon.    

Il n’a jamais été capable de placer sa grosse main droite au visage du Québécois d’origine colombienne comme il le souhaitait.    

Eleider Alvarez est de retour et c’est une bonne nouvelle pour la boxe québécoise.