/sports/opinion/columnists
Navigation

Un monument nous a quittés

Coup d'oeil sur cet article

Thérèse Dion était une grande dame, une femme droite et franche qui n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait. Hier, c’est un monument du Québec qui nous a quittés.  

J’ai eu le grand privilège de côtoyer la famille Dion au fil des ans et il était clair que Maman Dion en était la chef de file. Cette femme dégageait un charisme indéniable.   

Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’être invité à des soirées lors desquelles plusieurs grandes pointures étaient présentes, des politiciens ou des gens du milieu artistique, mais quand Maman Dion faisait son entrée dans la pièce, elle avait cette aura qui la suivait.  

Tout le monde avait le plus profond respect pour cette dame, à commencer par ses 14 enfants. L’amour qu’ils éprouvaient pour leur mère était indescriptible.  

Et même si les membres de la famille avaient tous une vie bien à eux, leurs réunions familiales semblaient tellement agréables. Ça m’a toujours impressionné de voir à quel point la table où s’assoyait Maman Dion devenait automatiquement une table de plaisir.  

UNE FEMME FORTE  

Non seulement était-elle une personne fort agréable à côtoyer, mais ce qui faisait en sorte que Thérèse Dion imposait autant le respect était aussi qu’elle était une femme d’opinion, confiante en ses convictions qui n’a jamais accepté d’aller à l’encontre de ses valeurs profondes.  

Elle n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait, Maman Dion. Parfois, elle pouvait même utiliser des termes crus pour faire connaître le fond de sa pensée. Ce n’était jamais pour être méchante, mais elle s’assurait que le message passe.  

Ce que vous voyiez d’elle à la télévision, c’était exactement ce qu’elle était dans la vie. Il n’y avait pas de personnage. C’était une personne vraie, tout simplement.  

Mon bon ami René Angélil l’aimait et la respectait beaucoup. Même que des fois, je me demande s’il n’en avait pas peur !  

Ça me faisait toujours rire de le voir agir en sa présence. Quand elle arrivait, René se tenait le corps droit. D’après moi, elle l’avait déjà brassé dans le passé !  

Mais farce à part, René en prenait soin. C’était beau à voir.  

D’ailleurs, ils sont réunis maintenant. Ç’a fait quatre ans mardi que René nous a quittés.  

IMPLIQUÉE  

Maman Dion était également une femme fort généreuse et son implication auprès de la fondation portant son nom, créée en 2005, en était la preuve parfaite.  

Avec cette fondation, Thérèse Tanguay Dion avait pour mission d’aider les jeunes de 5 à 16 ans provenant de milieux défavorisés, en leur offrant notamment du matériel scolaire.  

Même en vieillissant, elle continuait de s’impliquer. On avait l’impression qu’elle n’arrêtait jamais.  

Elle croyait en ce qu’elle faisait. Sa famille était sa plus grande fierté et elle tenait à aider celles dans le besoin.  

Une chose est sûre, c’est que son passage parmi nous ne sera pas passé inaperçu.  

Même si elle nous a quittés hier, Maman Dion laisse au Québec un héritage qui traversera le temps.  

Propos recueillis par Kevin Dubé