/news/currentevents
Navigation

Dossier Huawei: Meng Wanzhou comparaît pour éviter son extradition aux États-Unis

Coup d'oeil sur cet article

VANCOUVER | Une dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, dont l’arrestation a provoqué une grave crise entre la Chine et le Canada, comparaît lundi devant un tribunal de Vancouver pour tenter d’éviter son extradition vers les États-Unis.

Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei et fille de son fondateur Ren Zhengfei, est accusée par les autorités américaines de fraude et d’avoir contourné les sanctions de Washington contre l’Iran.

Arrêtée le 1er décembre 2018 lors d’une escale à Vancouver, Meng Whanzhou, 47 ans, est en liberté surveillée et vit dans une luxueuse résidence lui appartenant dans la métropole pacifique canadienne.

Pour échapper à son renvoi devant la justice américaine, la dirigeante de Huawei et ses avocats doivent convaincre un juge canadien que les accusations - fondées sur les sanctions américaines contre Téhéran - ne seraient pas passibles de poursuites au Canada et sont essentiellement motivées par des considérations politiques.

Une ligne de défense appuyée par le ministère chinois des Affaires étrangères, qui a maintenu lundi que ce processus d’extradition était un «grave incident politique», et exhorté Ottawa à la libérer.

«Les États-Unis et le Canada sont en train d’abuser de leur traité bilatéral d’extradition», a estimé un porte-parole de la diplomatie chinoise, Geng Shuang, lors d’une conférence de presse à Pékin.

Le fondateur de Huawei avait estimé dans une entrevue au quotidien The Globe and Mail que sa fille «était utilisée comme un pion» par Washington dans son bras de fer avec le géant des télécoms. Les États-Unis soupçonnent le groupe de liens avec le gouvernement chinois et éventuellement d’espionnage.

Washington accuse Meng Whanzou d’avoir menti à la Banque HSBC sur la relation entre Huawei et Skycom, une filiale qui vendait des équipements de télécoms à l’Iran, ce qui exposait la banque au risque de violer les sanctions américaines contre Téhéran.

L’intéressée a pour sa part toujours démenti ces allégations.

La semaine d’audiences qui commence lundi vers 10 h 00 (heure locale) doit être consacrée à la question de la «double incrimination»: pour pouvoir être extradée aux États-Unis, Mme Meng doit y être poursuivie pour un délit également punissable au Canada.

Pour le ministère public, c’est bien le cas et cela justifie le processus d’extradition.

«Échange de prisonniers»

«Pour dire les choses simplement, il existe des preuves montrant qu’elle a trompé HSBC pour inciter» la banque «à continuer à fournir des services financiers à Huawei», soutient le ministère canadien de la Justice dans son argumentaire.

Les avocats de Mme Meng devraient plaider au contraire qu’il n’y a pas de fraude et que leur cliente ne peut être extradée, car une éventuelle violation des sanctions américaines contre l’Iran ne constitue pas un délit au Canada.

Son arrestation, lors d’une escale d’un vol de Hong Kong à Mexico, avait provoqué la colère de Pékin et aussitôt ouvert une crise diplomatique.

Quelques jours plus tard, deux Canadiens, l’ex-diplomate Michael Kovrig et l’homme d’affaires Michael Spavor, étaient arrêtés par la Chine et accusés d’espionnage. Les autorités chinoises ont ensuite gelé des milliards de dollars d’importations de produits agricoles canadiens.

Ces mesures étaient généralement considérées en Occident comme des représailles visant à pousser Ottawa à libérer Mme Meng. Les autorités canadiennes avaient dénoncé des «arrestations arbitraires», assurant respecter, pour leur part, l’indépendance de la justice.

Si, lors des audiences de cette semaine, la justice canadienne décide que l’infraction qui lui est reprochée n’a pas d’équivalent au Canada, Meng Wanzhou pourrait recouvrer sa liberté rapidement. Sinon, le processus d’extradition passera à une nouvelle étape et, avec de nombreuses possibilités d’appel, pourrait durer encore plusieurs années.

Au Canada, plusieurs voix, dont celle de l’ancien Premier ministre Jean Chrétien, se sont élevées pour demander au chef du gouvernement Justin Trudeau de relâcher Meng Wanzhou, dans le cadre d’une sorte «d’échange de prisonniers» avec Pékin.

Cela risquerait toutefois de légitimer la «diplomatie des otages» mise en place par Pékin, selon plusieurs experts interrogés par l’AFP.