/news/health
Navigation

[PHOTOS] Voici Dude, le thérapeute à quatre pattes des paramédics

Dude est devenu le premier chien de thérapie pour ambulanciers de la province

Dude est entré en fonction à l’automne dernier. Depuis, la centrale de la CTAQ est sa deuxième maison et il met le sourire au visage des collègues de son maître, Éric Hamel, directeur du service clinique de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec.
Photo Jean-François Desgagnés Dude est entré en fonction à l’automne dernier. Depuis, la centrale de la CTAQ est sa deuxième maison et il met le sourire au visage des collègues de son maître, Éric Hamel, directeur du service clinique de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Les paramédics de Québec ont désormais un ange à quatre pattes qui veille sur eux: Dude, un mignon goldendoodle de deux ans, qui est le premier chien de thérapie pour ambulanciers dans la province.  

Il est frisé, enjoué, et possède une bouille des plus sympathique, en plus de facilement gagner le cœur de tous les gens qu’il croise.     

Selon son maître, Éric Hamel, directeur du service clinique de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ), Dude a sans aucun doute la patte thérapeutique auprès de ses collègues. Il est entré en fonction à l’automne.    

Dude est entré en fonction à l’automne dernier. Depuis, la centrale de la CTAQ est sa deuxième maison et il met le sourire au visage des collègues de son maître, Éric Hamel, directeur du service clinique de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

«Sa job est d’aller dans les briefings. Il se fait flatter par tout le monde, se fait dire qu’il est beau. Il fait le tour des bureaux aussi, car les employés l’aiment beaucoup. C’est le boute-en-train de la place», explique M. Hamel. À l’origine, M. Hamel croyait que son chien n’interviendrait qu’en cas de crise, auprès des paramédics. Rapidement, il a réalisé que le potentiel thérapeutique de Dude allait au-delà de ça.    

«Le plus gros de l’ouvrage était de voir les gens et amener des sourires au quotidien», poursuit-il.    

Dude redonne le sourire  

L’ambulancier Marc-Andre Tremblay aime côtoyer Dude au travail. Il se fait un plaisir de flatter la bête.
Photo Jean-François Desgagnés
L’ambulancier Marc-Andre Tremblay aime côtoyer Dude au travail. Il se fait un plaisir de flatter la bête.

Il évoque une anecdote survenue récemment avec un collègue. Un ambulancier d’une imposante stature était de très mauvaise humeur parce qu’il avait terminé son quart de travail avec plus de deux heures de retard.    

«Ça faisait plusieurs fois que ça arrivait cette semaine-là et il était très choqué. Il était dans le passage et lâchait de gros mots. Il est tombé sur Dude et l’a salué, l’a pris dans ses bras et l’a flatté. Il s’est relevé et a dit qu’il n’aurait jamais pensé partir de l’ouvrage avec le sourire. C’est une rencontre qui n’a duré que trois minutes», raconte-t-il.    

Dude est entré en fonction à l’automne dernier. Depuis, la centrale de la CTAQ est sa deuxième maison et il met le sourire au visage des collègues de son maître, Éric Hamel, directeur du service clinique de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

Briser des carapaces  

Sa présence sert également à briser les carapaces et à amener les paramédics à s’ouvrir plus facilement et plus rapidement auprès d’un thérapeute lorsqu’ils en ont besoin. «Ça prend habituellement deux heures avant d’établir un lien avec un thérapeute. Quand le chien est présent, ça chute à 15 minutes», souligne M. Hamel. Dude a fait six interventions plus ciblées auprès de paramédics depuis qu’il est en fonction.    

Dude est entré en fonction à l’automne dernier. Depuis, la centrale de la CTAQ est sa deuxième maison et il met le sourire au visage des collègues de son maître, Éric Hamel, directeur du service clinique de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

Le chien a suivi plusieurs formations, dont celle de l’organisme Caring Paws, qui propose des services de zoothérapie, notamment dans les hôpitaux et les CHSLD. M. Hamel souhaite devenir une référence au Québec, avec son fidèle ami, et désire également continuer à peaufiner la fibre thérapeutique de Dude.