/entertainment/comedy
Navigation

Mario Jean: de l’humour confortable

Mario Jean était à Québec avec son nouveau spectacle Aller de l’avant

humoriste Mario Jean
Photo Agence QMI, Simon Clark Mario Jean était de passage à Québec, lundi, avec son sixième spectacle solo Aller de l’avant, où l’humoriste de 54 ans s’amuse, avec efficacité, avec les aléas du quotidien.

Coup d'oeil sur cet article

Mario Jean ne fait pas dans l’humour spectaculaire ou dans la controverse. Avec son nouveau spectacle Allez de l’avant, l’humoriste et comédien ne change pas une formule gagnante avec un humour que l’on peut certainement qualifier de confortable.  

Il a réussi, un lundi soir, à remplir la Salle Albert-Rousseau, avec un public qui le suit visiblement depuis longtemps. Un public plus âgé que celui des jeunes humoristes et qui a apprécié sa soirée.  

«Ici, c’est une de mes salles préférées au Québec. Dans mes 40 préférées», a-t-il laissé tomber, d’entrée de jeu, en s’amusant aux dépens d’une femme venant de Saint-Émile.  

humoriste Mario Jean
Photo Agence QMI, Simon Clark

Dans Aller de l’avant, son sixième spectacle solo, l’humoriste de 54 ans parle beaucoup de ce qu’il vit, de ses observations au quotidien et de son éventuelle retraite.  

Il rigole des émissions télévisées sur des gens qu’il qualifie d’innocents et qui prétendent s’être fait enlever par des extraterrestres ou qui consultent le médecin pour des maladies complètement impossibles.  

«Ils disent, lorsqu’ils ont vu un extraterrestre, avoir vu une lumière, mais ce n’était pas en se regardant dans le miroir», a-t-il lancé, avant de questionner, preuves à l’appui, l’intelligence des orignaux et des poissons.  

humoriste Mario Jean
Photo Agence QMI, Simon Clark

Un des éléments amusants de son nouveau spectacle est la présence d’une boîte où il déposera, tout au long du spectacle, de l’argent, lorsqu’il sacre. Il remettra le contenu à la Fondation Mira à la fin de sa tournée.  

De bonnes tournures  

Il précise qu’il ne sacre pas dans ses spectacles, avant, bien sûr, d’en lancer quelques-uns.  

«Je ne gagnerai pas un Olivier avec ça», fait-il remarquer.  

Il remplira cette boîte, juste en pensées, en s’imaginant faire du jogging ou à l’idée de se lancer dans le golf à la retraite.  

humoriste Mario Jean
Photo Agence QMI, Simon Clark

«J’en remplis deux canisses durant un neuf trous. Si je me mets à jouer au golf à la retraite, Mira va manquer d’aveugles», a-t-il mentionné.  

Dans le Sud, lorsque sa conjointe a perdu sa valise, il lui a proposé de lui passer ses t-shirts et ses bobettes «Fruit of the Loom».  

«Une chance que ce n’était pas ma valise», a-t-il précisé, demandant, à ce moment, combien de gens venaient tout juste de l’imaginer en «string».  

Mario Jean offre, tout au long de la soirée, de bons gags, de bonnes lignes et des images amusantes.  

Il ne révolutionne pas le genre et ce n’est certainement pas l’objectif. Et c’est ce que le public aime de lui.  


► Mario Jean sera de retour le 19 juin à la Salle Albert-Rousseau avec son spectacle Aller de l’avant.