/news/provincial
Navigation

La Ville de Québec envisage d'ouvrir de nouveaux dépôts à neige

La Ville de Québec envisage d'ouvrir de nouveaux dépôts à neige
Photo d'archives, Annie T. Roussel

Coup d'oeil sur cet article

Prise de court l’hiver dernier par les accumulations exceptionnelles qui ont forcé l’ouverture de trois dépôts à neige temporaires additionnels, la Ville de Québec veut revoir ses pratiques et définir un plan d’action à long terme pour l’entreposage de la neige.  

L’administration Labeaume a lancé un appel d’offres pour la production d’un « plan directeur des lieux d’élimination de neige usée ». 

Ceux qui remporteront le contrat de services professionnels auront 14 mois pour soumettre leurs recommandations à la Ville, en prévision des 30 prochaines années. 

La Ville, de toute évidence, veut éviter de revivre le cauchemar de l’hiver dernier, alors que ses dix dépôts à neige réguliers (incluant le dépôt à neige privé Jean-Talon dans l’arrondissement des Rivières) ne suffisaient plus à la demande. 

La Ville de Québec avait publié cette carte, en mars 2019, avec l’emplacement de tous les dépôts à neige.
Photo d'archives
La Ville de Québec avait publié cette carte, en mars 2019, avec l’emplacement de tous les dépôts à neige.

La capitale avait reçu environ 400 cm de neige l’hiver dernier, bien au-delà de la moyenne de 300 cm. 

Changements climatiques 

« La saison hivernale de 2018-2010 a été particulièrement éprouvante. Les employés et sous-traitants ont dû transporter plus de 11 millions de mètres cubes de neige, amenant ainsi les dépôts à neige au maximum de leur capacité [...] Dans un contexte de développement de son territoire et de changements climatiques, le volume de neige transporté n’est appelé qu’à augmenter », peut-on lire dans le document publié sur le Système électronique d’appel d’offres (SEAO). 

« La Ville souhaite avoir une image claire et actuelle de l’utilisation de ses dépôts afin d’en optimiser l’acheminement de neige et le fonctionnement, dans le respect des normes, des règlements et des meilleures pratiques », ajoute-t-on. 

Peu de terrains disponibles 

Le soumissionnaire qui sera sélectionné devra proposer des solutions globales chiffrées et suggérer à la Ville des sites pour des dépôts à neige supplémentaires « stratégiquement positionnés ». 

« La neige, on ne peut pas la manger. Il faut réfléchir et les terrains en ville, il n’y en a plus beaucoup de libres, alors ce n’est pas simple », a reconnu le maire Régis Labeaume, lundi, en marge d’un point de presse. 

L’appel d’offres prévoit aussi une « analyse d’un scénario catastrophe à la suite d’un hiver exceptionnel, les recommandations associées et les démarches à entreprendre ». 

La Ville de Québec compte 2400 km de chaussée et 1250 km de trottoirs, rappelle-t-on dans le document.