/news/provincial
Navigation

Labeaume aurait «apprécié» que Jaggi Singh accepte d’être jugé en français

Le maire de Québec Régis Labeaume
Photo Simon Clark Le maire de Québec Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Renversé par l’acquittement de l’activiste Jaggi Singh, en raison de l’incapacité de la Ville de Québec à procéder en anglais, le maire Régis Labeaume se désole que l’accusé n’a pas voulu être jugé dans la langue de Molière.

Arrêté à Québec le 20 août 2017, lors d’une manifestation contre La Meute, le militant bien connu avait été accusé d’entrave et de supposition de personne.

Selon ce qui avait été rapporté à l’époque, Jaggi Singh s’était identifié sous le nom de Michel Goulet, l’ancien joueur étoile des Nordiques, donnant aussi le « Colisée » comme lieu de résidence.

Mercredi dernier, il a été libéré des accusations qui pesaient contre lui parce qu’aucun procureur de la Ville n’était en mesure de faire sa preuve en anglais.

« M. Singh parle français... mais il a le droit, il a le droit de faire ce qu’il veut. [...] Il a demandé un procès en anglais. C’est la troisième fois en 13 ans que ça nous arrive. On aurait apprécié qu’il le demande en français. Québec, c’est une ville francophone. On pense que chez nous, ça se passe comme ça, mais il avait le droit », a réagi le maire de Québec, hier, en marge d’un point de presse.

Congés de maladie

Le maire Labeaume plaide le concours de circonstances exceptionnel pour justifier l’arrêt inusité des procédures.

« Moi-même, quand je l’ai entendu dans les médias, je n’en revenais pas, jusqu’à tant qu’on me donne l’explication. On a neuf procureurs, dont sept [qui] peuvent faire des procès en anglais, mais on en a trois qui pouvaient faire [le procès de Jaggi Singh]. Pour des raisons assez incroyables, les trois étaient en congé de maladie. On demandait au juge un peu de temps. Le juge a refusé », a-t-il résumé.

Jaggi Singh avait déclaré, par la suite, que la Couronne avait « autosaboté le procès, sachant qu’elle (allait) perdre ».

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.