/news/politics
Navigation

Parrainage de réfugiés: le dépôt des candidatures par messagers «doit être revu», admet le ministre Simon Jolin-Barrette

Le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette
Photo d'archives, Simon Clark Le ministre de l'Immigration, Simon Jolin-Barrette

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, admet que le processus de dépôt des candidatures pour les demandes de parrainage de réfugiés «doit être revu» après avoir essuyé de nombreuses critiques ces derniers jours.  

• À lire aussi: Parrainage de réfugiés: des familles ont dû faire la queue toute la fin de semaine 

«Le processus de dépôt de candidatures présentées par l’entremise de messagers soulève de nombreux questionnements quant à son efficacité. Il doit être revu. D’ailleurs, plusieurs de nos programmes d’immigration doivent être modernisés. C’est le cas pour le parrainage collectif et nous y travaillerons», a indiqué le ministre dans une déclaration écrite, lundi.

Après avoir été interrompu pendant un an et demi, un programme de parrainage de réfugiés a été rouvert dans la cohue lundi. Pour être certains que leur demande soit traitée par les fonctionnaires, des aspirants parrains ont dormi toute la fin de semaine dans les bureaux du ministère québécois de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) à Montréal.

Une formule du «premier arrivé, premier servi» avait été retenue. Seules les 750 premières demandes vont donc être traitées, dont seulement 100 provenant de particuliers.

Par ailleurs, le MIFI exigeait que les dossiers soient remis en main propre par des «messagers» et non pas par les potentiels parrains, un service dont le coût peut s’élever entre 500 et 1000 $, selon plusieurs témoins rencontrés sur place durant la fin de semaine.

Lundi, l’opposition avait sommé le ministre de s’expliquer pour l’attente qu’ont eue à endurer les aspirants parrains tout en dénonçant un «fiasco».

«Ce n’est pas l'ouverture d'un nouveau Apple Store! Les gens ne devraient pas avoir à faire la file pendant des jours pour parrainer des réfugié-es», a dénoncé le député de Québec solidaire, Andres Fontecilla lundi.

Selon lui, plusieurs groupes en immigration avaient «déjà annoncé la catastrophe et proposé d’autres pistes de solutions, mais comme d’habitude, le ministre Jolin-Barrette n’a écouté personne d’autre que lui!».

«C’est un bordel, un fiasco, c’est inacceptable en 2020, c’est une solution dépassée dans le temps», a déclaré le porte-parole du Parti libéral en matière d’immigration, Monsef Derraji.

C’est sous l’ancien gouvernement de Philippe Couillard, en 2018, que la procédure du dépôt des candidatures par messager a été mise en place. Mais Monsef Derraji accuse l’actuel gouvernement de ne pas l’avoir modifiée depuis en tenant compte des nouvelles données en immigration.

La porte-parole en matière d’immigration pour le Parti québécois, Méganne Perry Mélançon, s’est quant à elle dite «surprise» d’apprendre que la méthode du «premier arrivé, premier servi» était employée dans le cas de programme de parrainage.

«On doit être cohérent et utiliser une manière beaucoup plus saine. On espère que le gouvernement va remédier à ça le plus rapidement possible. C’est absolument inacceptable de faire attendre des parrains toute la fin de semaine en plus des coûts associés à tout ça», a-t-elle expliqué.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.